14 novembre: Séminaire « Mathématiques arabes » (SPHERE)

Les séminaires « Mathématiques arabes » et « Mathématiques à la Renaissance » (org. Sabine Rommevaux-Tani et Pascal Crozet) de SPHERE se réunissent cette année pour proposer des séances communes sur l’histoire des mathématiques et de leurs applications, au Moyen Âge arabe et latin et à la Renaissance.

vendredi 14 novembre

Pietro Roccasecca (Accademia di Belle Arti di Roma, Max Planck Institut) 

Le De li aspecti de Alhacen : théorie cognitive de la vision et perspective de peintres

  • Résumé
  • Le De li aspecti (Codex Vat. Lat. 4595, XVe siècle) est une traduction en langue italienne du De aspectibus, qui, lui-même est une traduction latine du Kitab al-Manazir d’Ibn al-Haytam. Le De aspectibus d’Alhacen – le savant arabe était appelé ainsi au Moyen-Âge –, arriva en Europe au XIIIe siècle. Entre 1260 et 1280, Roger Bacon, John Pecham et Witelo écrivirent des commentaires sur la « perspective » qui firent du De aspectibus la source canonique de la théorie optique en Occident jusqu’à Kepler.
  • De mon point de vue, la raison principale de l’intérêt du manuscrit italien consiste dans le fait qu’il pourrait être un des intermédiaires qui favorisèrent l’appropriation des théories optiques par les artistes toscans du XVe siècle. Le De li aspecti s’adresse, en effet, potentiellement, à un public de lecteurs très large, comprenant les artistes et les techniciens.
    D’un côté, l’absence d’autres manuscrits en langue vernaculaire dérivés de celui de la Bibliothèque Vaticana laisse penser à une circulation limitée du codex. D’un autre côté, par contre, deux faits indiquent que le manuscrit circula dans les milieux artistiques de Florence entre les année 30 et 80 du 15e siècle :
    1) Lorenzo Ghiberti, dans son Troisième Commentaire, a inséré des extraits en langue vulgaire duDe aspectibus, qui pourraient venir du manuscrit Vat. Lat. 4595
    2) la présence dans le manuscrit de deux dessins de haute qualité formelle (f. 30v et f. 39v), attribuables à un artiste toscan du troisième quart du XVe siècle, dessins qui se différencient des autres présents dans le reste du manuscrit qui, quant à eux, suivent le standard graphique de la tradition médiévale.
  • Lors de la séance du séminaire du 14 novembre seront lus les passages (soit en latin, soit en italien) illustré par les deux dessins susdits.

Les passages en latin en question sont disponibles ici :

A. Mark Smith, Alhacen’s Theory of Visual Perception, a Critical editions, with English translation and commentary of the First Three Books of Alhacen’s De Aspectibus, the Medieval Latin Version of Ibn al-Haytam, Kitab al Manāzir, American Philosophical Society, Philadelphia 2001, Book II, 3.80 et 3.147.

Lieu:  les séances ont lieu le vendredi, de 9h30 à 12h30, en salle Kandinsky (631B).  Bâtiment Condorcet, université Paris Diderot, 4 rue Elsa Morante, 75013 Paris

Lien : http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article739

Prochaines séances: 14 novembre ; 12 décembre ; 9 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 17 avril  22 mai ;  19 juin.