8-9 déc: Colloque international 2014 de l’IEM « Commenter au Moyen Âge »

Lundi et Mardi 8 et 9 décembre 2014  Commenter au Moyen Âge

Pour son quatrième colloque international, l’Institut d’Etudes Médiévales de l’Institut Catholique de Paris propose de s’interroger sur l’acte et la pratique du commentaire.

Qu’est-ce que commenter ? D’emblée, commenter se définit comme un acte étrange, dans lequel le lecteur glisse ses paroles dans celles d’autrui, comme s’il était impossible de recevoir une parole sans y mêler les siennes. Le mode d’appropriation du texte par le lecteur ne semble pas devoir faire l’économie d’une trace, d’une empreinte sur le texte, l’observation donnant lieu à l’annotation. Le dialogue entre le lecteur et le texte s’élargit lorsque l’observation devient une remarque partagée, lorsque le mode d’appropriation du texte par le lecteur aboutit à la production d’un nouveau texte, que ce dernier soit court ou long, avec ou sans la présence du texte à commenter. L’annotation se fait glose, l’observation devient une explication, l’inspiration une exégèse.

Sortant du pur rapport entre le texte et le lecteur, le commentaire introduit de nouvelles problématiques : sa fidélité explicative, sa part interprétative ; en même temps qu’il doit penser sa méthodologie, à la fois matérielle (marges du texte, volume distinct) et intellectuelle (paraphrase, explication linéaire, interprétation personnelle).

Le Moyen Age est une période particulièrement riche pour interroger la pratique de l’acte de commenter. A la suite de la pratique néoplatonicienne des écoles d’Athènes et d’Alexandrie dans lesquelles la mise en oeuvre du commentaire permettait de s’approprier les textes des anciens philosophes, en particulier Platon et Aristote, pour mieux en montrer l’harmonie et souligner l’unité de l’acte philosophique, les médiévaux se sont très tôt exercés au commentaire, comme s’il ne pouvait exister d’appropriation, ou, plus largement, d’acculturation philosophique, sans ré-écriture. Dans le monde biblique également, la pratique du commentaire est ancienne, que ce soit dans l’accompagnement de l’acte de traduction (targum) ou pour lui-même (midrash). La tradition exégétique se poursuit pendant toute la période médiévale, le titre de « bachelier biblique » (puis de « bachelier sententiaire ») à l’Université de Paris au XIIIème siècle étant la marque la plus frappante de l’importance accordée à l’acte-même de commenter.

Posant la question fondamentale du sens de l’acte de commenter, le colloque interrogera, à partir d’études de cas, ce qui le caractérise : le public, la méthode, le vocabulaire spécifique, la forme (oral ou écrit), l’usage (visée spéculative, pédagogique, pratique, etc.), en posant les trois axes suivants :

1. L’herméneutique du commentaire.

L’acte de commenter est-il destiné à viser ce que l’auteur a voulu dire (l’intentio auctoris), ce qu’il a vraiment dit (la littera), ou bien la vérité qu’il n’a fait qu’approcher (réflexion sur le sensus, le rapport à la vérité, position d’unequaestio, etc.). Le sens du commentaire est-il d’actualiser le texte originel pour l’adapter à la situation et aux institutions de l’interprète ? Est-il au contraire de scruter l’intention de l’auteur dans sa différence et sa singularité ? Ou bien, ne faut-il pas, dans certains cas remarquables, se demander si la recherche du sens littéral le plus distancié est précisément ce qui apporte surcroît de sens et renouvellement aux lecteurs médiévaux ? A quel moment le commentaire doit-il ou ne doit-il pas se changer en question ?

2. Les formes du commentaire.

Que signifie le vocabulaire du commentaire (sententia, commentum, glossa, expositio, etc.) et comment ces différentes appellations témoignent-elles d’une méthode particulière de construire un rapport au texte original. Quelles sont les « microformes » du commentaire (divisio textus, littera, sensus, etc.) et sont-elles articulées avec l’intention première du lecteur ? Qu’impliquent les genres du commentaire, s’il est vrai que la paraphrase digère le texte originel en l’absorbant, le commentaire à lemmes le laisse subsister dans son étrangeté, … Que nous enseigne la matérialité de la mise en page (glose interlinéaire, marginale, etc.) ?

3. Le rapport du commentaire à l’institution.

C’est dans un cadre pédagogique, et en vue de construire un savoir, que le commentaire fleurit, comme le montre notamment la constitution des grades à l’Université de Paris, point d’aboutissement de toute une tradition interprétative qui s’effectuait déjà dans le cadre des écoles cathédrales. Il a donc une vocation scientifique, doctrinale et disciplinaire. Ce que confirme a contrario l’exigence de S. François : vivre l’Evangile sine glossa — encore un testament trahi ! Ce qui nous invitera à poser, d’une part, la question de la surcharge textuelle qu’implique l’acte de commenter, le commentaire finissant par renvoyer à un autre commentaire, sans plus de lien avec le texte initiateur ; d’autre part la dimension de « témoignage » du commentaire par rapport à d’autres formes de témoignage qui n’ont pas recours à l’écrit.

Cette problématique sera abordée dans une double perspective.

  1. Une approche interdisciplinaire : seront étudiés l’herméneutique, les genres et le vocabulaire du commentaire dans une perspective commune à plusieurs spécialités.
  2. A l’intérieur des principales disciplines étudiées (Ecriture sainte, philosophie, droit, littérature, théologie), on se demandera ce que le genre du commentaire a apporté à la discipline, et réciproquement, si celle-ci a suscité des pratiques spécifiques d’interprétation.

Lieu : Institut Catholique de Paris. 21, rue d’Assas 75006 Paris

Télécharger le programme sur le site de l’Institut catholique de Paris