9 janv: Séminaire « Mathématiques arabes » « Mathématiques de la renaissance » (SPHERE)

vendredi 9 Janvier 2015 9:30 – 12:30, salle Kandinsky, 631B
Mathématiques «  arabes  » et Mathématiques à la Renaissance

Mohammed Abattouy (Université Mohamed V, Rabat) 
Un nouveau corpus de mécanique : Les textes de la science arabe des poids et des balances. Tradition textuelle et signification historique.
La naissance de la science des poids dans la tradition arabe médiévale équivaut à un remaniement du paradigme de la mécanique ancienne, qui transforma une partie marginale de la géométrie en une science indépendante. Le nouveau paradigme mécanique s’est traduit sur le plan théorique par l’établissement de rapports étroits entre la science des poids et la philosophie naturelle, mettant un terme ainsi à leur séparation dans l’antiquité, et par l’unification des traitements théoriques des problèmes de l’équilibre avec les informations pratiques sur la construction et l’usage des balances. Une telle transformation s’opéra dans un contexte matériel et social marqué par la quête de la précision des instruments de mesure et la montée en puissance de l’institution de la ḥisba, chargée de l’inspection des marchés et du contrôle des instruments de pesage.
Je caractériserai dans ma communication le remaniement paradigmatique opéré par l’autonomisation de la science des poids et je décrirai les éléments textuels et contextetuels qui l’accompagnèrent. J’aborderai ainsi trois thèmes principaux :
1. La description de la tradition textuelle du corpus arabe de la science des poids (ʿilm al-athqāl), en reconstituant le corpus des textes scientifiques et techniques édités à partir de manuscrits, et dont l’écrasante majorité n’ont jamais été publiés encore ni présentés auparavant comme un corpus unifié. Les textes composant ce corpus, au nombre d’une cinquantaine, couvrent la période de l’activité scientifique dans les pays islamiques entre le IXe et le XIXe siècles. Ce corpus de textes est unifié par un thème commun : le spectre des problèmes théoriques et pratiques liés aux propriétés des balances, leur description et usage, avec un intérêt spécial pour la balance dite romaine, composée d’un fléau calibré, des bras inégaux et un poids curseur.
2. L’interprétation du corpus arabe de la science des poids comme une transformation dans l’histoire de la mécanique. Une telle transformation a été opérée par le biais de la création d’une branche indépendante de la mécanique, la science des poids (ʿilm al-athqāl), qui équivaut à la mécanique théorique centrée autour des débats sur les problèmes de l’équilibre et les propriétés des opérations de pesage. Par conséquent, ‘ilm al-athqāl ne doit plus être confondu avec ‘ilm al-ḥiyal, la branche de la mécanique qui étudie différents types de machines.
3. Il découle d’une telle vision de la signification historique de la science arabe des poids un important résultat : cette tradition scientifique constitue la base historique de la phase suivante de l’histoire de la mécanique, à savoir la tradition latine de la scientia de ponderibus qui émergea dans l’Europe médiévale au XIIIe siècle.