20 décembre: J. Biard: « Peut-on se passer de relations réelles ? Les nominalistes du Moyen Âge tardif et le statut de la relation »

Vendredi 20 décembre 2013, de 17h à 19h:

Joël Biard : « Peut-on se passer de relations réelles ? Les nominalistes du Moyen Âge tardif et le statut de la relation »

ENS-Ulm Salle de séminaires, Pavillon Pasteur, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Dans le cadre du Séminaire « Problèmes de la métaphysique »

Organisation: Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine, en collaboration avec le CNRS, UPR76/Centre Jean Pépin.

Usages de la relation

La proposition l’ « être est relation » a trouvé une nouvelle actualité dans la philosophie contemporaine. Elle est au centre des tentatives de reconstruction de la métaphysique qui font communiquer des œuvres aussi disparates que celles d’ H. Bergson, G. Tarde, A. N. Whitehead, R. Ruyer, G. Simondon ou encore G. Deleuze. Elle annonce un nouveau genre de questions : comment des individus, physiques, biologiques, techniques et sociaux, se constituent-ils à l’intérieur d’un tissage relationnel, toujours singulier et mobile ? Si la notion de substance n’est plus adéquate pour penser les êtres quels concepts lui substituer ? Que serait une identité relationnelle ? Quelles sont les conséquences épistémologiques de ce changement de perspective ?

Le séminaire envisagera dans un premier temps la question des relations à partir de moments historiques qui nous paraissent particulièrement prégnants, du point de vue des enjeux contemporains, afin de la densifier et de lui donner les expressions techniques qu’elle porte avec elle. L’année suivante, le séminaire se concentrera sur les tentatives plus contemporaines qui visent à rendre au concept de relation son statut de principe métaphysique de constitution des choses.

Responsables : Saverio Ansaldi, Gwenaëlle Aubry, Didier Debaise