16 décembre: « L’argumentation scientifique médiévale » (org J. Chandelier, N. Weill-Parot)

Lundi 16 décembre, 17h-19h

Aude Buffenoir, «Nicolas Bonet (+1343) et la naissance de la théologie naturelle: invention d’un nouvel espace argumentatif»

Résumé: L’oeuvre du maître en théologie Nicolas Bonet (+1343), franciscain et scotiste, a connu une diffusion importante qui témoigne de la renommée dont il a fait l’objet en son temps : il est d’une part l’auteur d’un traité de métaphysique systématique, qui devient sous sa plume une science totalement transcendantale et dé-théologisée, et en ce sens jalon important vers l’ontologie transcendantale moderne ; d’autre part, il nous a laissé le premier traité connu à porter le titre Theologia naturalis. La théologie naturelle, selon l’acception commune, est censée recouvrir un champ d’investigation – la question de l’existence et des attributs de Dieu – et une méthode – l’usage de la raison naturelle, indépendamment de toute révélation. Or la théologie naturelle, en cette première émergence historique, est le résultat d’une combinatoire multiple qui suppose non seulement l’évolution interne à la rationalité théologique, mais encore un contexte institutionnel donné qui la rend possible comme discipline, une certaine évolution du vocabulaire conceptuel, et enfin un sol métaphysique déterminé qui semble conditionner de part en part l’existence et la possibilité de ce nouveau champ argumentatif. Si la notion de « théologie naturelle » dans son acception large peut recouvrir tout argument tiré de la raison naturelle portant sur l’existence et les attributs de Dieu, une acception stricte réclame un arrière-plan historique et conceptuel précis qui seul a rendu possible historiquement l’émergence d’un nouvel espace argumentatif baptisé theologia naturalis.

Marion Lieutaud, «Entre description clinique et récit explicatif : la typologie des contractions de l’âme chez Giordano Bruno»

Résumé: A la Renaissance, la psychologie philosophique connaît un moment de grande créativité, forte des acquis de la médecine arabo-galénique, d’une tradition platonicienne réactivée et d’une philosophie naturelle renouvelée. Au cours de sonSigillus sigillorum, le philosophe Giordano Bruno expose une typologie de ce qu’il désigne comme des contractions de l’âme ou de l’esprit qui manifestent les pouvoirs extraordinaires de l’activité psychique, pour le meilleur et pour le pire. Nous examinerons la « rhétorique argumentative » qu’il met en œuvre à cette occasion.
Dans le cadre du séminaire, « L’argumentation scientifique médiévale » (Org., J. Chandelier et N. Weill-Parot)

Les séances ont lieu les lundis, de 17 à 19h, à l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, salle d’histoire, escalier D, 2e étage)