18 mars: « Augustin et ses lecteurs: Ptolémée de Lucques, Dante et la théologie augustinienne de l’histoire de Rome » (Atelier des médiévistes, EHESS)

Atelier des médiévistes. Question, outils et actualités de la recherche

2013-2014

18 mars 2014: Delphine Carron (EHESS) et Elisa Brilli (Université de Zurich)

 

Augustin et ses lecteurs: Ptolémée de Lucques, Dante et la théologie augustinienne de l’histoire de Rome

De 19 h à 21 h, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris

Descriptif 

Les catégories d’augustinisme et d’anti-augustinisme, qui sont profondément enracinées dans les études d’histoire de la philosophie et de la pensée politique médiévales, font depuis quelque temps l’objet de critiques multiples de la part des chercheurs. Ces critiques nous interrogent sur la possibilité de construire une histoire de la réception capable de saisir les lectures et usages qui se sont historiquement donnés d’un certain texte, ainsi que les diverses communautés des lecteurs qui se sont nourries, chacune à sa façon, de la référence à un même ouvrage/auteur. En nous concentrant sur le début du XIVe s. et sur le contexte communal italien, lors de cette séance à deux voix, nous comparerons les usages que Ptolémée de Lucques et Dante Alighieri ont fait du De civitate Dei, notamment pour ce qui est de Rome et de son rôle dans la théologie de l’histoire universelle.

 

Elisa Brilli a soutenu sa thèse sur la « civitas diaboli » en 2009 (cotutelle EHESS-La Sapienza) ; depuis, elle a été boursière post-doc auprès du KHI-Max Planck Gesellschaft à Florence, de l’UQAM à Montréal, de la FMSH à Paris, du FNS à Zurich. A l’Université de Zurich, elle développe un projet de trois ans sur « L’homme, la cité terrestre et la théologie de l’histoire. Saint Augustin chez Dante ». Elle a dirigé le volume Faire l’anthropologie historique du Moyen Age (2010) et publié une monographie sur Firenze e il profeta. Dante tra teologia e politica (2012). Pour plus d’info :https://uzh.academia.edu/ElisaBrilli

 

Delphine Faivre-Carron a soutenu sa thèse sur la figure de Caton de Paul Diacre à Dante en 2010 (cotutelle Paris IV- Univ. de Neuchâtel); depuis, elle a été boursière post-doc auprès de la Goethe Universität de Francfort, de l’Université Paris IV-Sorbonne et, actuellement, du CRH (EHESS) dans le cadre d’un projet sur les commentaires médiévaux à la Politiqued’Aristote. Elle a publié de nombreux articles sur la figure de Caton et, parmi ses travaux en cours, on mentionnera la traduction de PTOLÉMÉE DE LUCQUES, La juridiction de l’empire et l’autorité du Souverain Pontife. Pour plus d’info :http://gas.ehess.fr/document.php?id=264

 

Source : Atelier des médiévistes