07 avril: Théorie et pratique de la démonstration dans les Seconds Analytiques (J. Brumberg-Chaumont)

La septième séance du séminaire « L’argumentation médiévale », org. J. Chandelier, Paris VIII et N. Weill-Parot (UPEC) le lundi 7 avril 2014 (17h-19h)

 

Julie Brumberg-Chaumont (CNRS-LEM/EFR) fera une intervention sur le thème suivant:

 

« Théorie et pratique de la démonstration : qu’est-ce qui est analytique dans les Seconds analytiques ? »

 

Nous rappelons dans un premier temps la structure des syllogismes démonstratifs (inférences nécessaires, syllogistiques, parfaites et partant de prémisses scientifiques), les sens de « analyse » dans les Premiers analytiques (réductions des déductions non syllogistiques aux syllogismes) d’une part, et dans les Seconds analytiques et dans les mathématiques pré-euclidiennes d’autre part (remontée non déductive des prémisses adéquates pour une conclusion recherchée) et la place de la notion de découverte (inventio) dans les Premiers et les Seconds analytiques. La structure «problématologique» de l’argumentation scientifique, qui part toujours d’une conclusion recherchée (ou plutôt d’une proposition donnée souhaitée comme conclusion d’une démonstration) signifie que la recherche porte sur la chasse au moyen terme qui permettra de relier le sujet et le prédicat de la conclusion souhaitée. D’autres facteurs interviennent probablement, liés à la contingence du monde et à la situation d’ «ignorance » initiale liée à la condition humaine, pour expliquer l’accent mis au Moyen Âge sur la construction d’une théorie de la pratique démonstration comme incluant un premier moment non déductif dans la déduction, appelé analyse. Le philosophe de la nature doit procéder analytiquement dans le syllogisme scientifique (de la conclusion aux prémisses) pour pouvoir ensuite démontrer à proprement parler (des prémisses à la conclusion), contrairement au mathématicien qui peut user de l’analyse mais aussi procéder directement par déduction. L’analyse est alors identifiée à une logique de la découverte (pons asinorum, chasse au moyen terme de la démonstration). Un stade ultérieur de l’évolution de la question de la pratique de la démonstration dans son moment de découverte est l’harmonisation de ces données issues des Analytiques avec la théorie galénique de l’analyse et de la synthèse. L’analyse des Seconds analytiques est alors rapprochée des notions de syllogismes du fait (quia) et l’analyse comme logique de la découverte est redéfinie comme un moment déductif imparfait partant des effets comme prémisses pour « remonter » déductivement aux causes. On redescend ensuite déductivement des causes aux effets (syllogisme de la cause propter quid). Ce parcours dans le détails des procédés logiques de la théorie et de la pratique de la démonstration permet de mettre en perspective les accusations contre la méthode de la science aristotélicienne comme étant stérile, puisque partant des conclusions, ou purement verbale, puisque le moyen terme est découvert simplement par une analyse de qu’implique ou de ce qu’implique respectivement le sujet et prédicat.

Lieu : La séance a lieu lundi 7 avril de 17h à 19h, à l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, salle d’histoire, escalier D, 2e étage)

Rétrolien: http://argumentationmedievale.wordpress.com