Archives de l’auteur : parimed

Enseignements 2017-2018 – Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Véronique Decaix

Conscience et connaissance de soi au Moyen Âge

Ce séminaire a pour objet la connaissance de soi au XIIIe siècle. De la divergence entre Aristote et Augustin sur cette question par elle-même émerge une controverse au Moyen Âge, touchant à la manière dont l’âme peut s’appréhender elle-même. L’âme peut-elle se saisir par essence ? Cette réflexivité est-elle directe et immédiate ? S’opère-t-elle sur les actes psychiques ? Le séminaire se propose de reconstruire les positions, et les oppositions, de Thomas d’Aquin, Pierre de Jean Olivi et Dietrich de Freiberg dans ce débat.

Bibliographie :

Littérature primaire :

Aristote, De l’âme, trad. R. Bodeüs, Paris, GF, 1993

Augustin, Les Confessions, trad. Trabucco, Paris, GF, 1993

Augustin, Dialogues philosophiques II : Dieu et l’âme – De immortalitate animae- De quantitate animae- Soliloquia, Paris, Desclée de Brouwer, « Bibliothèque augustinienne », « Bibliothèque augustinienne », 5, 1939

Thomas d’Aquin, De cognitione essentiae animae, éd. L.A. Kennedy, Vivarium 15, 1977, p. 31-45

Thomas d’Aquin, Questions disputées : De l’âme, trad. J.-M. Vernier, Paris, l’Harmattan, 2001

Thomas d’Aquin, Questions disputées sur la vérité, Question X : L’esprit, texte de l’édition léonine, traduction, introduction, notes et postface de Kim Sang Ong-Van-Cung, Vrin, Textes philosophiques, 1998 (247 pages)

Thomas d’Aquin, Somme théologique, I, qu. 87, Paris, Cerf, 1984

Dietrich de Freiberg, La Vision béatifique, trad. A.-S. Robin Favre, Paris, Vrin, 2012

Pierre de Jean Olivi, Quaestiones in secundum librum sententiarum, éd. B. Jansen, vol. III, qu. 72-118, 1926.

Littérature secondaire :

De Libera, A., L’archéologie du sujet, III L’acte de penser, 1. La double révolution, Paris, Vrin, 2014

De Libera, A., L’invention du sujet moderne, Cours au Collège de France 2013-2014, Paris, Vrin, 2015

Gilson, E., Le Thomisme, Introduction au système de Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1922

C. J. Martin, « Self-Knowledge and Cognitive Assent : Thomas Aquinas and Peter Olivi on the KK-Thesis », in H. Lagerlund (éd.), Forming the Mind. Essays on the Internal Senses and the Mind/Body Problem from Avicenna to the Medical Enlightenment, Dortrecht, Springer, 2007, p. 93-108.

F.-X. Putallaz, Le Sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991

F.-X. Putallaz, La connaissance de soi au XIIIe siècle, Paris, Vrin, 1991.

*

 Delphine Carron

Agrégation de philosophie 2018 – Oral Texte latin

  • Thomas d’Aquin, De Regno ad regem Cypri (La Royauté, au roi de Chypre) Paris, Vrin, 2017.

De Regno ad regem Cypri est également accessible en ligne, libre de droits, dans l’édition Léonine de référence, à l’adresse suivante (à la date de publication du programme) :

http://docteurangelique.free.fr/bibliotheque/opuscules/20deregno.htm

  • Bibliographie :

Littérature primaire

Aristote, Les Politiques, trad. P. Pellegrin, Paris, GF, 1993.

Cicéron,La République, éd. et trad. E. Breguet, Paris, Les Belles Lettres, 1980.
Thomas Aquinas, Commentary on Aristotleʼs Politics, trad. R. Regan, Indianapolis, Hackett Publishing, 2007.

Littérature secondaire

BLEAKLEY, H. H., « The Art of Ruling in Aquinas’ De regimine principium», History of Political Thought 20 (1999), p. 575-602.

BLYTHE, J.M.,Le gouvernement idéal et la constitution mixte au Moyen Âge, trad. J. Ménard, Fribourg / Paris, Academic Press / Cerf, 2005, p. 69-97.

CATTIN, Y., L’anthropologie politique de Thomas d’Aquin, Paris, L’Harmattan, 2001.

DAGUET, F., Du Politique chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2015.

DEMONGEOT, M., Le meilleur régime politique selon Thomas d’Aquin, Paris, Blot, 1929.

GILSON, E., « La vie sociale », in Le thomisme. Introduction à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 6e éd. revue, 1965, p. 375-405.

IMBACH, R. et A. OLIVA, La philosophie de Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2009.

KANTOROWICZ, E.,Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. J. -P. Genet et N. Genet, Paris, Gallimard, 1989.

LACHAUD, F.,L’éthique du pouvoir au Moyen Âge. L’office dans la culture politique (Angleterre, vers 1150vers 1330), Paris, Garnier, 2010.

MOLNÁR, P., « Saint Thomas d’Aquin et les traditions de la pensée politique »,Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 69 (2002), p. 67-113.

SENNELART, M.,Les Arts de gouverner. Du « regimen » médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995.

TORRELL, J.-P.,Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, Editions universitaires-Cerf, 2eéd., 2002.

VALLIN, Ph., « Saint Thomas d’Aquin et la politique: Pourquoi l’homme est-il un animal politique ? L’épreuve eschatologique de la cité, entre émulation et tentation », Revue thomiste. Saint Thomas et la politique 114, 1 (2014), p. 59-94.

Cours d’Alain de Libera au Collège de France 2017-2018

Chaire d’histoire de la philosophie médiévale – Alain de Libera

Destructionis destructio (suite) : existence et vérité

Calendrier des séances :

5 février 2018

12 février 2018

19 février 2018

26 février 2018

5 mars 2018

12 mars 2018

19 mars 2018

26 mars 2018

Collège de France – Amphithéâtre Marguerite de Navarre/Marcelin Berthelot, 17h-19h

19 septembre : Soutenance d’HDR de Iacopo Costa « Liberté. Nature » – Sorbonne, 14h

M. Iacopo Costa soutient son habilitation à diriger des recherches (HDR) :

« Liberté. Nature »

comprenant notamment deux inédits intitulés

« La structure fondamentale de la liberté humaine »

et

« Le commentaire ‘théologique’ de l’Éthique à Nicomaque de Raoul le Breton »

devant un jury composé de

M. Olivier Boulnois — École Pratique des Hautes Études (garant)

M. Philippe Büttgen — Université Paris I Panthéon-Sorbonne

M. Sten Ebbesen — Université de Copenhague

M. Christophe Grellard — École Pratique des Hautes Études

M. Pasquale Porro — Université Paris-Sorbonne

M. Marwan Rashed — Université Paris-Sorbonne

*

le mardi 19 septembre, à 14h

en Sorbonne, EPHE, Salle Gaston Paris, esc. E, 2ème étage

17, rue de la Sorbonne

75005 Paris

La soutenance sera suivie d’un pot, salle 059.

University of Helsinki: Postdoctoral researcher (Deadline 29.05.17)

The University of Helsinki – among the best in the world. Founded in 1640, the University of Helsinki is one of the best multidisciplinary research universities in the world. The University of Helsinki is an international academic community of 40,000 students and staff members. The Department of Philosophy, History, Culture and Art Studies (http://www.helsinki.fi/phca/) belongs to the Faculty of Arts and has a strong profile in the multidisciplinary research and teaching of the humanities.

 

Department’s project Rationality in Perception: Transformations of Mind and Cognition 1250-1550 invites applications for the position of

POSTDOCTORAL RESEARCHER

for a fixed term from September 1st, 2017 to March 31st, 2020.

Continuer la lecture

3 mai: Conférence P. de Leemans (Paris)

Monsieur Pieter De Leemans

(KU Leuven, De Wulf-Mansion Centre for Ancient, Medieval, and Renaissance Philosophy)

donnera les conférences suivantes à Paris en avril-mai 2017 :

Mercredi 3 mai , 15h-17h, dans le cadre du séminaire « Questions disputées en histoire intellectuelles du Moyen Âge » animé par Etienne Anheim, Béatrice Delaurenti et Sylvain Piron (EHESS, 105, bd Raspail, salle 4) :

À la recherche du texte perdu. La redécouverte d’Aristote au Moyen Âge latin

La deuxième conférence explorera les étapes et les caractéristiques de la redécouverte d’Aristote par les traducteurs et les commentateurs médiévaux. On s’interrogera d’abord sur le statut de cette redécouverte pour les traducteurs : s’agissait-il d’une entreprise ‘coordonnée’? Comment ont-ils garanti la qualité de leurs traductions ? La conférence abordera ensuite les stratégies d’interprétation des commentateurs face aux nouvelles traductions.

5 mai: Conférence P. De Leemans (Paris)

Monsieur Pieter De Leemans

(KU Leuven, De Wulf-Mansion Centre for Ancient, Medieval, and Renaissance Philosophy)

donnera les conférences suivantes à Paris en avril-mai 2017 :

 

Vendredi 5 mai, 13h-15h, dans le cadre du séminaire « Âme et corps dans la philosophie naturelle médiévale » de Béatrice Delaurenti (EHESS, 105, bd Raspail, salle 5) :

Neque est quod hic liber non fuerit Aristotelis… 

Traductions et réception de pseudo-Aristote au Moyen Âge

La traduction des œuvres pseudo-aristotéliciennes représente un chapitre particulier de la redécouverte d’Aristote. Les entreprises de deux traducteurs importants, Guillaume de Moerbeke et Barthélémy de Messine, seront comparées. On examinera ensuite l’utilisation des œuvres pseudo-aristotéliciennes par les commentateurs médiévaux, afin de déterminer s’il est pertinent de distinguer les réceptions de l’œuvre authentique et de l’œuvre inauthentique d’Aristote.

12 Mai: Séminaire « Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques » (EHESS)

Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques

  • Élizabeth Clairechargée de recherche au CNRS ( CRH )
  • Béatrice Delaurentimaîtresse de conférences de l’EHESS ( CRH-GAS )Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Roberto Pomamaître de conférences à l’Université Paris-Est/Créteil Val-de-Marne (TH) ( Hors EHESS )
  • Koen Vermeirchargé de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

Continuer la lecture

16 mai: Conférence P. De Leemans (Paris)

Monsieur Pieter De Leemans

(KU Leuven, De Wulf-Mansion Centre for Ancient, Medieval, and Renaissance Philosophy)

donnera les conférences suivantes à Paris en avril-mai 2017 :

Mardi 16 mai, 18h-20h, dans le cadre du séminaire « Histoire des Sciences dans l’Occident médiéval  » de Nicolas Weill-Parot (EPHE, Sorbonne, escalier E, 1er étage droite)

Commenter Aristote au Moyen Âge. Textes et intertextualité

Cette étude des commentateurs médiévaux d’Aristote adoptera comme point de départ les commentaires per modum questionis du De motu animalium, un texte traduit vers 1260 par Guillaume de Moerbeke. Le commentateur le plus connu est sans doute Jean de Jandun, qui écrivit ce texte dans le cadre de son commentaire sur les Parva Naturalia. On montrera que ce commentaire et les doctrines qu’il contient ne peuvent pas être considérés comme autonomes, mais doivent être interprétés dans une tradition plus longue qui commence avec Albert le Grand.