Archives de catégorie : Décembre 2014

4 décembre 2014: Soutenance de Thèse, Chirine Raveton « L’idée de simplicité divine. Une lecture de Bonaventure et Thomas d’Aquin » (Paris-Sorbonne)

Le 4 décembre 2014, 14h, au Centre Clignancourt

Chirine Raveton

soutiendra sa thèse de doctorat

« L’idée de simplicité divine.

Une lecture de Bonaventure et Thomas d’Aquin »

devant un jury composé de:

Olivier Boulnois (EPHE)

Ruedi Imbach (Directeur de Thèse, Université Paris-Sorbonne),

Cyrille Michon (Université de Nantes)

Pasquale Porro (Université Paris-Sorbonne)

18 décembre: Soutenance de thèse d’Elisabeth Boncour: « Maître Eckhart, lecteur d’Origène » (EPHE)

Le jeudi 18 décembre 2014 à 14h

Madame Elisabeth Boncour soutiendra sa thèse intitulée:

Maître Eckhart, lecteur d’Origène

Devant un jury composé de : M. Gilles BERCEVILLE (COMMISSION LEONINE), M. Olivier BOULNOIS (EPHE-directeur de thèse), Gaetano LETTIERI (Università LA SAPIENZA-ROMA), Dominique POIREL (CNRS-IRHT), Alain DE LIBERA (COLLEGE DE FRANCE).

Lieu: École Pratique des Hautes Études

Bâtiment Le France

190, Avenue de France

75013 Paris – 1er étage, Salle 115.

 

5 déc: Séminaire « La Providence, le destin, le mal et la matière. Un réseau de commentaires en amont et en aval d’Avicenne »

Séminaire « La Providence, le destin, le mal et la matière. Un réseau de commentaires en amont et en aval d’Avicenne »

Vendredi 5 décembre 2014 10h-13h

Pasquale Porro (Université Paris IV-Sorbonne)

« La causalité : cause première, causes secondes et leur collusion chez Avicenne »

 

Lieu: Campus de Villejuif 7, rue Guy Môquet 94800 Villejuif, Salle de la Rotonde

Organisateurs : Meryem Sebti, UPR 76- «Philosophie arabe: innovations, héritages grec et syriaque, postérité latine (sebti@vjf.cnrs.fr) ; Daniel de Smet, UMR 8584,  LEM (desmet@vjf.cnrs.fr)

 

 

 

5 déc: Séminaire « L’âme et ses puissances » (CESR, Tours)

Séminaire de recherche 2014-2015

« L’âme et ses puissances »

Séance du 5 décembre (9h30-16h30)

• Conférence Pauline Koetschet (Aix-en-Provence) :

« Abū Bakr al-Rāzī : l’âme séparée et l’unité du corps »
• Travail sur Blaise de Parme : introduction par Christophe Grellard (EPHE)

Présentation du séminaire (voir):

Le fil conducteur de ces travaux seront l’étude du statut de l’âme et de ses fonctions, de l’animation à l’intellection, en insérant cette question dans la tradition des commentaires sur le Traité de l’âme sans exclure les autres apports qui ont constamment croisé et fécondé cette tradition (platonisme, augustinisme, tradition médicale).

Le fil conducteur sera la question de l’unité : unité des « parties » ou puissances, unité du composé de l’âme et du corps, notamment dans le cas de l’homme. Mais de nombreuses questions pourraient être abordées, de la noétique jusqu’à la théorie de la sensation et aux formes les plus diverses d’union entre corps et esprit dans ce contexte. Un moment important est constitué par le XIVe siècle, où la psychologie comme science de l’âme se déploie pour une large part en étude systématique des processus cognitifs.

L’autre finalité de ce séminaire sera aussi d’offrir un lieu d’échanges et de rencontres en invitant des chercheurs, français ou d’autres pays, qui ont travaillé ou travaillent sur un point particulier de la psychologie médiévale.

Les différentes point abordés sont, sans exclusivité:

– des potentialités aux facultés : qu’est-ce qu’une partie de l’âme (une puissance ? un principe actif ? un accident ?) ; unité de l’âme et diversité des fonctions ; statut des différentes puissances…

– sensation et intellection : polarisation des puissances et tentations dualistes ; sens interne et multiplication des facultés ; statut de la sensation ; de la noétique à la psychologie cognitive…

– corporéité et séparabilité : âme et animation ; le corps comme signe de l’âme (la physionomie) ; les localisations cérébrales ; l’hypothèse matérialiste ; récurrence de l’averroïsme à la Renaissance…

Les journées comprennent une partie centrée sur une conférence, et en partie de lecture des Questions sur l’âme de Blaise de parme.

Le séminaire commencera au printemps 2014 et se poursuivra tout au long de l’année universitaire 2014-2015.

Pour plus d’informations, voir la page personnelle de Joël Biard.

Responsables de l’organisation :

Joël Biard (joel.biard@univ-tours.fr)

Véronique Decaix (veronique.decaix@gmail.com)

Lieu : Centre d’études supérieures de la Renaissance, 59 rue Néricault-Destouches, Tours.

6 déc: Shaping the Brain in the Late Middle Ages and Early Modern Period

Shaping the Brain in the Late Middle Ages 
and Early Modern Period

 

With Tanja Klemm, Sander de Boer, Danielle Jacquart and Pauline Koetschet.
Organized by Annemieke Verboon and Rafael Mandressi

The brain has, throughout history, been considered an important achievement in the creation of man, although often secondary to the soul and the heart. Our knowledge about how the brain has been conceived in the past is, however, very fractional, especially for the late Medieval and early modern periods. This conference looks to re-situate the question of knowing the brain anew in a dialogue between medicine (anatomy, physiology and pathology) and natural philosophy (inter alia physics, biology and psychology).
See for a description: http://headlines.hypotheses.org/ ;
brain.sciencesconf.org

Voir le programme: affiche-programme Shaping the brain(1)

Participation is free. Thank you for letting us now if you are coming for organizational reasons.

Where: Paris, Centre Alexandre Koyré
When: December 6th, 2014. From 10h — 17h.
Contact: Annemieke Verboon (annemieke.verboon@cnrs.fr)

 

6 déc: Journée thomiste « Thomas d’Aquin commentateur » (Le Saulchoir)

JOURNÉE THOMISTE

Thomas d’Aquin commentateur

samedi 6 décembre 2014

Lieu: « Le Saulchoir », 45 rue de la Glacière, Paris XIIIe

 

09 h 30 Accueil

10 h Ruedi IMBACH « Thomas d’Aquin commentateur d’Aristote. Étude du Livre Lambda de la Métaphysique : comparaison avec Averroès et Albert »

10 h 45 Pasquale PORRO « Thomas d’Aquin commentateur de textes néoplatoniciens »

11 h 30 Pause

11 h 45 C. DE BELLOY, G. BERCEVILLE, M. BORGO, Ph. BÜTTGEN

Présentation de quelques ouvrages de philosophie et de théologie médiévales I

12 h 30 Pause

14 h 00 Martin SABATHÉ : « L’originalité de la doctrine trinitaire du Commentaire de l’Évangile selon saint Jean par saint Thomas d’Aquin »

14 h 45 Daniel OLS: « Quelques aperçus sur la christologie du Commentaire sur les Sentences de saint Thomas, confrontée à celle de la Somme contre les Gentils et à celle de la Somme de théologie »

15 h 30 Pause

15 h 45 I. COSTA, M. MILLAIS, J.-Ch. DE NADAÏ, A. OLIVA

Présentation de quelques ouvrages de philosophie et de théologie médiévales II

Entrée libre. — Pour tous renseignements : a.oliva@commissio-leonina.org

Consulter le programme: Journee_thomiste_2014

8 dec: Séminaire « History of Logic » (Sphere)

8 décembre Session 2

Paul Thom

Ockham’s critique of his realist predecessors, including Kilwardby, on the categories, propositional forms, the syllogism. Nominalism in logic. Ockham’s programme of ‘exposition’ as a method of extending the reach of Aristotelian logic.Ockham and Buridan. The theological context.

Description: This seminar is inspired by Graham Priest’s article ‘Can logic be revised ?’ in Penelope Rush (ed.), The Metaphysics of Logic (Cambridge University Press 2014).The seminar will study major reforms to the discipline of logic proposed by Avicenna, William Ockham, the Port-Royal logicians, and some of the German thinkers of the eighteenth and nineteenth centuries. It will focus on the goals of these reforms, and the reasoning which led to their pursuit. These logics will be treated as theoretical constructions, and accordingly we will consider not only historical questions about how and why they arose, but also systematic questions about how successful they were in advancing the understanding of their subject-matter.

Reading for the seminar will include Priest’s article, and selected historical texts.
Séminaire et cours donnés par Pr Paul THOM (The University of Sydney), organisé par A. Hasnaoui.

Séance de 10 :00 à 12 :30 le lundi en salle Rothko (412B).
Bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot, 4 rue Elsa Morante, 75013 – Paris

Lien: http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1013&lang=fr

 

 

8 déc: Séminaire argumentation scientifique médiévale

Séance du séminaire « L’argumentation médiévale », org. J. Chandelier, Paris VIII et N. Weill-Parot (UPEC) le lundi 8 décembre 2014 (17h-19h)

Alain Boureau, fera une intervention sur le thème suivant:

 « La méthode démonstrative en science chez Richard de Mediavilla »

Lieu : La séance a lieu lundi 08 décembre de 17h à 19h, à l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, salle d’histoire, escalier D, 2e étage)

Rétrolien: http://argumentationmedievale.wordpress.com

8-9 déc: Colloque international 2014 de l’IEM « Commenter au Moyen Âge »

Lundi et Mardi 8 et 9 décembre 2014  Commenter au Moyen Âge

Pour son quatrième colloque international, l’Institut d’Etudes Médiévales de l’Institut Catholique de Paris propose de s’interroger sur l’acte et la pratique du commentaire.

Qu’est-ce que commenter ? D’emblée, commenter se définit comme un acte étrange, dans lequel le lecteur glisse ses paroles dans celles d’autrui, comme s’il était impossible de recevoir une parole sans y mêler les siennes. Le mode d’appropriation du texte par le lecteur ne semble pas devoir faire l’économie d’une trace, d’une empreinte sur le texte, l’observation donnant lieu à l’annotation. Le dialogue entre le lecteur et le texte s’élargit lorsque l’observation devient une remarque partagée, lorsque le mode d’appropriation du texte par le lecteur aboutit à la production d’un nouveau texte, que ce dernier soit court ou long, avec ou sans la présence du texte à commenter. L’annotation se fait glose, l’observation devient une explication, l’inspiration une exégèse.

Sortant du pur rapport entre le texte et le lecteur, le commentaire introduit de nouvelles problématiques : sa fidélité explicative, sa part interprétative ; en même temps qu’il doit penser sa méthodologie, à la fois matérielle (marges du texte, volume distinct) et intellectuelle (paraphrase, explication linéaire, interprétation personnelle).

Le Moyen Age est une période particulièrement riche pour interroger la pratique de l’acte de commenter. A la suite de la pratique néoplatonicienne des écoles d’Athènes et d’Alexandrie dans lesquelles la mise en oeuvre du commentaire permettait de s’approprier les textes des anciens philosophes, en particulier Platon et Aristote, pour mieux en montrer l’harmonie et souligner l’unité de l’acte philosophique, les médiévaux se sont très tôt exercés au commentaire, comme s’il ne pouvait exister d’appropriation, ou, plus largement, d’acculturation philosophique, sans ré-écriture. Dans le monde biblique également, la pratique du commentaire est ancienne, que ce soit dans l’accompagnement de l’acte de traduction (targum) ou pour lui-même (midrash). La tradition exégétique se poursuit pendant toute la période médiévale, le titre de « bachelier biblique » (puis de « bachelier sententiaire ») à l’Université de Paris au XIIIème siècle étant la marque la plus frappante de l’importance accordée à l’acte-même de commenter.

Posant la question fondamentale du sens de l’acte de commenter, le colloque interrogera, à partir d’études de cas, ce qui le caractérise : le public, la méthode, le vocabulaire spécifique, la forme (oral ou écrit), l’usage (visée spéculative, pédagogique, pratique, etc.), en posant les trois axes suivants :

1. L’herméneutique du commentaire.

L’acte de commenter est-il destiné à viser ce que l’auteur a voulu dire (l’intentio auctoris), ce qu’il a vraiment dit (la littera), ou bien la vérité qu’il n’a fait qu’approcher (réflexion sur le sensus, le rapport à la vérité, position d’unequaestio, etc.). Le sens du commentaire est-il d’actualiser le texte originel pour l’adapter à la situation et aux institutions de l’interprète ? Est-il au contraire de scruter l’intention de l’auteur dans sa différence et sa singularité ? Ou bien, ne faut-il pas, dans certains cas remarquables, se demander si la recherche du sens littéral le plus distancié est précisément ce qui apporte surcroît de sens et renouvellement aux lecteurs médiévaux ? A quel moment le commentaire doit-il ou ne doit-il pas se changer en question ?

2. Les formes du commentaire.

Que signifie le vocabulaire du commentaire (sententia, commentum, glossa, expositio, etc.) et comment ces différentes appellations témoignent-elles d’une méthode particulière de construire un rapport au texte original. Quelles sont les « microformes » du commentaire (divisio textus, littera, sensus, etc.) et sont-elles articulées avec l’intention première du lecteur ? Qu’impliquent les genres du commentaire, s’il est vrai que la paraphrase digère le texte originel en l’absorbant, le commentaire à lemmes le laisse subsister dans son étrangeté, … Que nous enseigne la matérialité de la mise en page (glose interlinéaire, marginale, etc.) ?

3. Le rapport du commentaire à l’institution.

C’est dans un cadre pédagogique, et en vue de construire un savoir, que le commentaire fleurit, comme le montre notamment la constitution des grades à l’Université de Paris, point d’aboutissement de toute une tradition interprétative qui s’effectuait déjà dans le cadre des écoles cathédrales. Il a donc une vocation scientifique, doctrinale et disciplinaire. Ce que confirme a contrario l’exigence de S. François : vivre l’Evangile sine glossa — encore un testament trahi ! Ce qui nous invitera à poser, d’une part, la question de la surcharge textuelle qu’implique l’acte de commenter, le commentaire finissant par renvoyer à un autre commentaire, sans plus de lien avec le texte initiateur ; d’autre part la dimension de « témoignage » du commentaire par rapport à d’autres formes de témoignage qui n’ont pas recours à l’écrit.

Cette problématique sera abordée dans une double perspective.

  1. Une approche interdisciplinaire : seront étudiés l’herméneutique, les genres et le vocabulaire du commentaire dans une perspective commune à plusieurs spécialités.
  2. A l’intérieur des principales disciplines étudiées (Ecriture sainte, philosophie, droit, littérature, théologie), on se demandera ce que le genre du commentaire a apporté à la discipline, et réciproquement, si celle-ci a suscité des pratiques spécifiques d’interprétation.

Lieu : Institut Catholique de Paris. 21, rue d’Assas 75006 Paris

Télécharger le programme sur le site de l’Institut catholique de Paris 

11 Déc : Séminaire « Le principe du bien »

Séminaire doctoral et post-doctoral : « L’héritage philosophique de l’Antiquité », dirigé par Anca Vasiliu (CNRS, Centre Léon Robin).

LE PRINCIPE DU BIEN

11 Décembre, 14h30-18h30, Salle des conseils J636

Charlotte Murgier (Univ. Paris-Est Créteil), Aristote critique de Platon (titre à préciser)

Luc Brisson (CNRS, Paris-Villejuif), « Quand Aristote se moquait de Platon. La leçon de Platon sur le Bien et les critiques adressées à Platon sur la question du Bien »

Le séminaire est consacré à l’analyse des mutations conceptuelles et des transformations des thèmes et des genres, à la transmission des textes philosophiques, ainsi qu’aux modalités de leur étude depuis l’époque de l’Antiquité classique jusqu’à la période médiévale, avec un intérêt particulier pour l’Antiquité tardive, la pensée proto-byzantine (IVe-VIIe s.) et le haut Moyen âge (VIe-IXe s.). L’étude de la réception prend en compte aussi des lectures de l’Antiquité par la philosophie moderne.

Le séminaire est thématique et fonctionne par cycles de deux ans. Le thème en cours, «Le principe du Bien de Platon à Gadamer », a commencé en février 2014 et finira en janvier 2016.

12 déc: « Striving for Coherence : Readings in Averroes’ Incoherence of the Incoherence », Séminaire de philosophie arabe, Köln-Paris

Striving for Coherence : Readings in Averroes’ Incoherence of the Incoherence

Séminaire de Philosophie arabe, Köln-Paris

org: J-B. Brenet (Univ. Panthéon-Sorbonne) et D. Wirmer (Univ. Köln)

 

Le séminaire aura lieu alternativement à Cologne et à Paris.

 

Deuxième séance (Paris) : D. Wirmer (Univ. Köln) « Intellect in Averroes’ Tahâfut »

Voir l’annonce de la séance: Affiche_Averroes_D-_Wimer

Salle Rothko, 412B, Université Paris Diderot,
bâtiment / building Condorcet,
10 rue Alice Domon et Léonie Duquet, 75013 Paris
Accès / Map: http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?rubrique38

Pour consulter le programme des séances : http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1255

12 déc: Séminaire « Mathématiques arabes »/ »Mathématiques à la Renaissance » (SPHERE)

Les séminaires « Mathématiques arabes » et « Mathématiques à la Renaissance » (org. Sabine Rommevaux-Tani et Pascal Crozet) de SPHERE se réunissent cette année pour proposer des séances communes sur l’histoire des mathématiques et de leurs applications, au Moyen Âge arabe et latin et à la Renaissance.

vendredi 12 décembre

Odile Kouteynikoff (SPHERE) 

Entre le Xe siècle arabe et la Renaissance occidentale : le Liber Quadratorum de Fibonacci..

 

Lieu:  les séances ont lieu le vendredi, de 9h30 à 12h30, en salle Kandinsky (631B).  Bâtiment Condorcet, université Paris Diderot, 4 rue Elsa Morante, 75013 Paris

Lien : http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article739

Prochaines séances: 14 novembre ; 12 décembre ; 9 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 17 avril  22 mai ;  19 juin.

12 déc: La cosmologie d’Averroès : le Commentaire moyen au De caelo d’Aristote

Séminaire 

La cosmologie d’Averroès :

le Commentaire moyen au De caelo d’Aristote

la prochaine séance aura lieu le 

vendredi 12 décembre

15h-17h* 

« Révision de la traduction de CMDC I, 3-4 »

Cristina CERAMI

(CHSPAM-SPHERE/UMR 7219, CNRS/Université Paris-Diderot)

* salle Rothko, 412 B

Université Paris Diderot-Paris 7

Bâtiment Condorcet, 4e étage

10 rue Alice Domon et Léonie Duquet

75013 PARIS

http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article744

La prochaine séance aura lieu le vendredi 16 janvier.

Métro : Ligne 14, RER C, Arrêt : Bibliothèque F. Mitterrand.

Bus 62, 64, 89 / Arrêt : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand

Bus 325 / Arrêt : Watt