Archives de catégorie : Janvier 2014

7 Janvier: Séminaire: “Histoire de la logique” Org. A. Hasnaoui (SPHERE–CHSPAM, CNRS)

Séminaire: “Histoire de la logique” Organisation : Ahmed Hasnaoui (SPHERE–CHSPAM, CNRS)

Troisième séance:

Mardi 07 janvier 2014, 10h-12:30h
: Paul Thom (Université de Sydney)

Lieu; Bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot, 4 rue Elsa Morante, 75013 – Paris

Salle Mondrian, 646 A

Argumentaire du séminaire:

These four seminars form part of a project devoted to the history of theories of reasoning in the Aristotelian tradition stretching from Antiquity up to the nineteenth century.

Séance  3. 7 January. The logic of categorical propositions – I. Salle Mondrian, 646A

The semantics of Aristotelian assertoric and modal propositions according to modern predicate-logic (Nortmann). Malink-style term logics. Application of this type of analysis to the logic of Avicenna and his successors.

http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1013&lang=fr

10 Janvier: Ali Benmakhlouf : « Al Fârâbi et Averroès sur la relation dans leur commentaire sur les catégories d’Aristote »

Vendredi 10 janvier 2014, de 17h à 19h

Ali Benmakhlouf  : « Al Fârâbi et Averroès sur la relation dans leur commentaire sur les catégories d’Aristote »

Dans le cadre du séminaire « Problèmes de la métaphysique », Org. Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine, en collaboration avec le CNRS, UPR76/Centre Jean Pépin.

Usages de la relation

La proposition l’ « être est relation » a trouvé une nouvelle actualité dans la philosophie contemporaine. Elle est au centre des tentatives de reconstruction de la métaphysique qui font communiquer des œuvres aussi disparates que celles d’ H. Bergson, G. Tarde, A. N. Whitehead, R. Ruyer, G. Simondon ou encore G. Deleuze. Elle annonce un nouveau genre de questions : comment des individus, physiques, biologiques, techniques et sociaux, se constituent-ils à l’intérieur d’un tissage relationnel, toujours singulier et mobile ? Si la notion de substance n’est plus adéquate pour penser les êtres quels concepts lui substituer ? Que serait une identité relationnelle ? Quelles sont les conséquences épistémologiques de ce changement de perspective ?

Le séminaire envisagera dans un premier temps la question des relations à partir de moments historiques qui nous paraissent particulièrement prégnants, du point de vue des enjeux contemporains, afin de la densifier et de lui donner les expressions techniques qu’elle porte avec elle. L’année suivante, le séminaire se concentrera sur les tentatives plus contemporaines qui visent à rendre au concept de relation son statut de principe métaphysique de constitution des choses.

ENS-Ulm, Salle de séminaires, Pavillon Pasteur, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Responsables : Saverio Ansaldi, Gwenaëlle Aubry, Didier Debaise

10 janvier: « Mystique et langue vulgaire » dans le cadre du séminaire Diptyque (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense)

Vendredi 10 janvier 2014 (14-18h) — MYSTIQUE ET LANGUE VULGAIRE

Géraldine Veysseyre (Paris-Sorbonne) Méditer, en latin ou en français ? Concurrence ou complémentarité des langues savante et vernaculaire à la fin du Moyen Âge ?

Isabelle Garnier (Lyon 3) Marguerite de Navarre mystique : prier en français au temps de l’imprimé

Dans le cadre du Séminaire « Diptyque, Dynamiques herméneutiques »

Organisé par:

Organisé par: Marie-Christine Gomez-Géraud (mc.gomezgeraud@gmail.com) et Jean-René Valette (jrvalette@gmail.com)

Centre des Sciences de la Littérature Française de l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Lieu: salle en R05 du Bt L, à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre

Argument du séminaire:

Le discours mystique et la question du langage

(Moyen Âge et Renaissance)

Le séminaire « Diptyque » est un lieu de rencontre interdisciplinaire entre chercheurs médiévistes et seiziémistes, intéressés par la question des dynamiques herméneutiques mises en oeuvre sur la longue durée, entre le XIIe siècle et l’automne de la Renaissance. Le « diptyque » symbolise la perspective de dialogue qui doit s’établir entre les deux périodes considérées, en vue d’apporter des éclairages et des réponses spécifiques aux questions retenues pour l’étude commune. Il s’adresse aux chercheurs de ces périodes, aux doctorants dont il entend favoriser la formation et à toute personne intéressée par les problématiques développées au cours du séminaire. Les travaux présentés et discutés feront l’objet d’un volume d’études synthétiques sur les thèmes choisis.

Apparu au XIIe siècle, le discours mystique s’offre comme l’une des dynamiques herméneutiques majeures de la période qui mène jusqu’au premier XVIIe siècle. Il constitue un véritable carrefour, dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles, pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Tandis que le premier pôle concerne la révélation biblique, le second ressortit à l’institution religieuse, dont la réalité médiatrice se caractérise à la fois par une force de transmission et par une capacité de contrainte (ce que montre par exemple la condamnation de Marguerite Porete, exécutée à Paris en 1310).

Le pôle du sujet en transformation est fondamental, si l’on songe que la mystique est souvent définie comme « connaissance expérimentale de Dieu » (J. Gerson) ou comme « expérience fruitive de l’absolu », qui ne saurait se résumer à une « brûlure » : la mystique forme et élabore un langage, dont les liens avec l’écriture poétique ont souvent été relevés. Tel est le quatrième pôle, milieu privilégié où advient le sens.

Le séminaire « Diptyque » explorera d’abord ce dernier pôle en examinant le langage mystique sous plusieurs angles (littéraire, linguistique, historique, philosophique et artistique). Du XIIe siècle à l’automne de la Renaissance, un certain nombre de questions seront abordées, en relation avec la constitution et l’usage d’un langage mystique.

Celle de la langue en premier lieu : quels sont les idiomes en usage pour l’écriture mystique ? Quel est, de ce point de vue, le statut du vulgaire face au latin ? Comment dire l’expérience de Dieu en français ?

Comment s’exprime-t-elle dans l’aire rhéno-flamande ou bien au cours du Siècle d’Or espagnol ? Dans quelle mesure peut-on penser le rapport entre langage mystique et mystique du langage, ainsi que la notion de « fable mystique » ? On s’intéressera ensuite à des modes d’expression en marge du langage (rire, larme, cri, aphasie, gestuelle) et à la place à accorder au silence. La notion de langage mystique sera aussi envisagée dans sa relation aux traditions, aux textes préalables qui forment le terreau nourricier de l’écriture mystique et aux effets de continuité et de rupture du phénomène. Aussi s’arrêtera-t-on sur les questions suivantes : les deux traditions que forment la mystique affective et la mystique ontologique suscitent-elles l’émergence de deux grammaires distinctes ? Le Cantique des cantiques constitue-t-il un prétexte mystique ? Comment articuler les diptyques que forment respectivement Eckhart et Jean de la Croix, Bernard de Clairvaux et François de Sales ?

11 Janvier: « L’influence plotinienne sur l’exégèse de la mort d’Abel dans De fide catholica de Boèce » (A. Galonnier)

11 janvier  2014 14h 30 Alain GALONNIER (Villejuif) : « L’influence plotinienne sur l’exégèse de la mort d’Abel dans De fide catholica de Boèce »

Dans le cadre du séminaire: « La tradition du néoplatonisme latin au Moyen Âge et à la Renaissance » (responsables : Hélène Casanova-Robin et Alain Galonnier, avec la collaboration d’Alice Lamy), organisé en collaboration par l’E.A. 4081 « Rome et ses renaissances » et le Centre Jean Pépin UPR 76

THETA (CNRS – Centre Jean Pépin) – EA 4081 « Rome et ses renaissances » (Université Paris-Sorbonne)

Lieu: Maison de la recherche de l’Université Paris-Sorbonne (rue Serpente), (salle D116- 1er étage)

13 Janvier: Présentation et discussion du livre d’Olivier Boulnois, Métaphysiques rebelles

Dans le cadre du projet « Revisiter les monothéismes », Olivier Boulnois, directeur d’études à l’École Pratiques des Hautes Études, présentera son ouvrage:

Métaphysiques rebelles. Genèse et structure d’une science au Moyen Âge

En présence de Pasquale Porro, Université Paris-Sorbonne, discutant

Le Lundi 13 janvier 2014, 17h30-19h30, à l’École Pratique des Hautes Études, immeuble le France, salle 123, 190 avenue de France, 75013 Paris

Le programme de cette conférence-débat est ici: Conférence-Débat

Pour une présentation du livre d’Olivier Boulnois, consulter ce lien: Métaphysiques rebelles-Présentation

 

14 Janvier: Cycle de conférences M. Gaetano Lettieri (Professeur à La Sapienza, professeur invité à l’EPHE)

Monsieur Gaetano LETTIERI, Professeur à l’Université la « Sapienza«  de Rome

Directeur d’Etudes invité par Mme Irène ROSIER-CATACH et M. Olivier BOULNOIS

Donnera un cycle de conférences sur le thème:

 « Le Logos de Dieu de la Lettre à l’Esprit » Herméneutique, ontologie, allégorie dans la pensée chrétienne ancienne « 

Mardi 14 janvier 2014 de 14h à 16h – Salle 123 – Bâtiment « le France »

1- L’Epître à Flora de Ptolémée gnostique : allégorie et ontologie à l’origine de l’herméneutique biblique chrétienne.

Les conférences auront lieu au Bâtiment « LE FRANCE”

190 Avenue de France – 75013 PARIS au 1er étage

Métro : Quai de la gare  ligne 6 – RER C : Station Bibliothèque François Mitterrand – Bus 89

16 janvier: Journée d’étude « Deduction and syllogistic form in Aristotle and his medieval commentators » (Université Paris-Diderot)

Séminaire du

CENTRE D’HISTOIRE DES SCIENCES ET DES PHILOSOPHIES ARABES ET MEDIEVALES (CHSPAM)

(SPHERE, UMR 7219 : CNRS/Universités Paris Diderot et Paris 1)

Sciences et philosophie de l’antiquité à l’âge classique 

 
 
Deduction and syllogistic form in Aristotle 
and his medieval commentators
 

Journée d’étude du 16 janvier 2014

organisée par Ahmad Hasnaoui (CNRS/SPHERE) et Paul Thom (Univ. of Sydney)  

 

10.00–12.30 

Marko MALINK (University of Chicago)

             Deduction in Aristotle’s Topics and Prior Analytics.

Répondant

Paul THOM

 

14.00–16.30 

Julie BRUMBERG (LEM/CNRS, Paris)

             Syllogistic form in the late Medieval context.

Répondant

Paul THOM

 

Lieu : Salle Malevitch, 483A, Université Paris Diderot-Paris 7, bâtiment Condorcet, 4e étage, 10, rue Alice Domon et Léonie Duquet, 75013 Paris.

 

Métro ligne 14 / Station : Bibliothèque François Mitterrand
Métro ligne 6 / Station : Quai de la Gare
RER C / Station : Bibliothèque François Mitterrand
Bus 64 / Arrêt : Tolbiac-Bibliothèque François Mitterrand
Bus 62 89 / Arrêt : Avenue de France ou Bibliothèque François Mitterrand (terminus)
Bus 325 / Arrêt : Watt

Affiche et plan téléchargeables ici : http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article766
 

16 janvier: Causes et principes de l’Antiquité au Moyen-Âge (A. Vasiliu et C. Viano)

16 Janvier 2014, 14h30-18h30, Salle des Actes

DRAGOS CALMA (CNRS / Univ. de Cluj) : De Bagdad à Cracovie : les commentaires inédits au Liber de causis

JEAN-LUC SOLERE (CNRS / Boston College) : Sur les causes inefficientes

Troisème séance du séminaire: « L’héritage philosophique de l’Antiquité dans la pensée byzantine et médiévale latine »: CAUSES ET PRINCIPES DE L’ANTIQUITÉ AU MOYEN ÂGE, Organisé par Anca Vasiliu et Cristina Viano

21 Janvier: Conférence de M. Gaetano Lettieri (La Sapienza, professeur invité à l’EPHE)

Monsieur Gaetano LETTIERI, Professeur à l’Université la « Sapienza«  de Rome

Directeur d’Etudes invité par Mme Irène ROSIER-CATACH et M. Olivier BOULNOIS

Donnera un cycle de conférences sur le thème:

 «  Le Logos de Dieu de la Lettre à l’Esprit » Herméneutique, ontologie, allégorie dans la pensée chrétienne ancienne  

Mardi 21 janvier 2014   de 14h à 16h – Salle 123 – Bâtiment « le France »

2-    D’Origène à Grégoire de Nysse : allégorisation de l’ontologie gnostique et interprétation infinie de la révélation

Les conférences auront lieu au Bâtiment « LE FRANCE”, 190 Avenue de France – 75013 PARIS au 1er étage

Métro : Quai de la gare  ligne 6 – RER C : Station Bibliothèque François Mitterrand – Bus 89

20-24 Janvier: Stage d’initiation à l’édition critique (D. Poirel, CNRS-IRHT)

Initiation à l’édition critique, Dominique Poirel, CNRS-IRHT

Formation théorique et pratique aux méthodes de l’édition critique, de la collation des témoins à la présentation du texte et de ses apparats, en passant par la construction du stemma codicum, sa justification argumentée, son utilisation pour choisir parmi diverses variantes.

Du lundi 20 au vendredi 24 janvier 2014, de 10 h. à 17 h. Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT / CNRS), salle Terroine, 40 av. d’Iéna, 75116 Paris

Pour plus d’information, veuillez consulter ce lien: http://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/initiation-l-edition-critique

24 Janvier: Anas Ghrab, « La musique comme science dans les textes arabes médiévaux »

Séminaire Mathématiques « arabes »

 du laboratoire SPHERE (UMR 7219), en collaboration avec le CEPERC

 La prochaine séance aura lieu le

vendredi 24 janvier 2014

de 9h30 à 12h30, à l’Université Paris Diderot, en salle Kandinsky, 631B

(VEUILLEZ NOTEZ QUE CE N’EST PAS LA SALLE HABITUELLE)

Nous y écouterons

Anas Ghrab

(Institut supérieur de musique, Université de Sousse)

La musique comme science dans les textes arabes médiévaux.

Lieu: Université Paris Diderot, Bâtiment Condorcet, 4, rue Elsa Morante, 75013 PARIS

 

25 Janvier: La langue arabe, berceau de l’algèbre – اَلْـعَـرَبِيَّـةُ مَهْـدُ ٱلْـجَبْـرِ

La langue arabe, berceau de l’algèbre – اَلْـعَـرَبِيَّـةُ مَهْـدُ ٱلْـجَبْـرِ

Samedi 25 janvier 2014 – 14h

Grande Mosquée de Paris (salle de conférences)

Place du puits de l’Ermite (Paris)

Entrée libre

François Nicolas

« Les langues sémitiques tendent à la formation abrégée et abstraite, “algébrisante”, des idées. » Louis Massignon

« La conception de la science qu’a engagée le linguiste al-Khalîl comme la méthode qui l’accompagne sont deux conditions de possibilité de l’algèbre d’al-Khawârizmî. » Roshdi Rashed

L’algèbre, cette nouvelle discipline mathématique inaugurant un calcul direct sur l’inconnu (et non plus s’étendant du connu vers l’inconnu), est née à Bagdad au début du IX° siècle, exposée dans la langue arabe alors pratiquée par une multitude d’intervenants (perses aussi bien qu’arabes, chrétiens aussi bien que juifs ou musulmans…). Est-ce là purement anecdotique ? On soutiendra que non : la langue arabe a constitué le berceau fécond de cette naissance même si l’algèbre était ensuite destinée à s’universaliser dans toutes les langues (tout comme la géométrie axiomatisée, née dans la langue grecque, s’est ensuite universalisée en passant… dans la langue arabe). On s’attachera à mieux comprendre ce fait en sorte de mieux spécifier cette singularité de la langue arabe qui l’a prédisposée à devenir un tel berceau et d’analyser comment la pensée (ici linguistique et mathématique) peut puiser, parmi les ressources inattendues qu’offre une situation, de quoi faire émerger de toutes nouvelles idées.

*

Explorant une intuition de Louis Massignon, on soutiendra qu’on peut caractériser la dimension algébrisante de la langue arabe de deux manières. Objectivement d’abord. On détaillera sept traits caractérisant ce qu’on propose d’appeler « les raisonances algébriques » de la langue arabe : l’algèbre de son écriture (rythmant consonnes et voyelles par points diacritiques et harakat, qui viennent orner les lettres d’exposants et d’indices), l’algèbre de ses racines trilatères (où فعل – f/ε/l – joue le rôle d’un monôme xyz à trois variables), l’algèbre de ses schèmes et formes verbales, l’algèbre de ses déclinaisons (‘iεrâb إِعْـرَابٌ), l’algèbre de sa phonologie et de sa prosodie (tajwîd تَجْـوِيـدٌ), l’algèbre de son déchiffrage (où les textes non voyellés s’avancent telles des formules et équations offertes au décryptage du lecteur), enfin l’algèbre de sa rhétorique (où rhétorique désigne l’organisation à grande échelle d’un discours fait de plusieurs phrases).

Réflexivement ensuite. On examinera la manière consciente dont la langue arabe, à partir du VIIIe siècle, se réfléchit, d’une part dans son lexique (voir le premier dictionnaire, construit par al-Khalîl, selon de nouveaux principes combinatoires), d’autre part dans sa syntaxe (voir la première grammaire écrite, produite par Sîbawayhi). On verra comment cette manière arabe de penser la langue arabe prépare la manière dont les premiers algébristes (al-Khawârizmî et Abû Kamîl au IX° siècle) vont ensuite penser leur nouvelle discipline mathématique. En particulier, on mettra l’accent sur l’orientation de pensée, propre à cette grammaire arabe, qui consiste à différencier ses objets (les mots, en l’occurrence) non par leur fonction mais par la manière dont leur forme varie: par leur mode de formation-déformation. On examinera les raisonances de ce parti pris original (mécompris par nombre de grammairiens européens) dans la manière d’inventer l’algèbre par formation-déformation (réduction – اَلْـجَبْـرُ – et confrontation – اَلْـمُـقَابَـلَـةُ) de ses nouveaux objets (en l’occurrence des équations, conçues comme mouvement d’égalisation – مُـعَادَلَـةٌ).

 

*** N.B. Cette conférence, destinée à un public non-spécialisé et se suffisant à elle-même, se prolongera le samedi matin 5 avril 2014 (Ens-Ulm – séminaire mamuphi ) par un exposé mathématiquement plus développé : « L’extension en pensée d’une langue par adjonction de sa grammaire – l’exemple de l’arabe à partir du VIII° siècle »

28 janvier: Conférence de M. Gaetano Lettieri (La Sapienza, professeur invité à l’EPHE)

Monsieur Gaetano LETTIERI, Professeur à l’Université la « Sapienza«  de Rome

Directeur d’Etudes invité par Mme Irène ROSIER-CATACH et M. Olivier BOULNOIS

Donnera un cycle de conférences sur le thème:

 «  Le Logos de Dieu de la Lettre à l’Esprit » Herméneutique, ontologie, allégorie dans la pensée chrétienne ancienne  

Mardi 28 janvier 2014   de 14h à 16h – Salle 123 – Bâtiment « le France »  

            3- Le premier Augustin : règles de l’herméneutique, allégorie du Verbe, libre arbitre. 

Les conférences auront lieu au Bâtiment « LE FRANCE”, 190 Avenue de France – 75013 PARIS au 1er étage

Métro : Quai de la gare  ligne 6 – RER C : Station Bibliothèque François Mitterrand – Bus 89

28 Janvier: « Gloses et chaînes bibliques : sources de l’interprétation de la Bible au Moyen Âge » (IRHT)

Le mardi 28 janvier 2014, de 17h30 à 19h30 – La Glossa ordinaria (F. Siri, IRHT ; M. Morard, LEM ; F. Gibiino, LabEx HASTEC).
Dans le cadre du séminaire:

« Gloses et chaînes bibliques : sources de l’interprétation de la Bible au Moyen Âge »

Dans le cadre du séminaire de Nicole Bériou, (EPHE, 5e section) « Exégèse et prédication dans le Moyen Âge chrétien occidental », Martin Morard et Francesco Siri organisent un atelier de recherche autour des gloses et chaînes bibliques au Moyen Âge (activités du LabEx HASTEC pour l’année 2013-2014).

Argumentaire:

De la fin de l’Antiquité à la période moderne, la réception de la révélation chrétienne s’est cristallisée autour du texte de la Bible chrétienne, qualifiée par certains de « forme», par d’autres de la « norme » de la foi chrétienne. Le commentaire – et plus spécialement les chaînes exégétiques et les gloses – sont des lieux de croisement entre texte biblique et traditions herméneutiques ecclésiastiques. Par leur double caractère, sélectif et synthétique, les chaînes/gloses ont vocation à devenir des instruments de référence. Elles ont contribué à la fabrication et à la diffusion des autorités qui nourrissent les différentes instances du discours théologique (magistère ecclésiastique, prédication, théologie, commentaires scolaires, etc.), mais aussi celles du discours politique, philosophique, scientifique.

L’atelier vise à introduire les étudiants à la compréhension du statut historique des gloses et des chaînes dans l’exégèse de la Bible, en leur présentant les recherches actuelles sur ce sujet. Il vise aussi à créer un lieu de réflexion sur le commentaire biblique médiéval ouvert destiné aux membres du LabEx HASTEC et aux spécialistes de l’exégèse médiévale.

Lieu: IRHT, 40 avenue Iéna, 75016 Paris

 

30 Janvier: M. Sorokina « L’influence astrale chez les théologiens du XIIIe s. »

Quatrième séance de notre séminaire de recherche: « Le Monde du savoir au Moyen Âge Textes, hommes, lieux, concepts (XIIe-XVe siècles) »

(org. Nathalie Gorochov, Jacques Paviot et Nicolas Weill-Parot)

le jeudi 30 janvier 2014 de 17h à 18h30.
Maria Sorokina, doctorante à l’UPEC, présentera une communication portant le titre suivant :
« L’influence astrale chez les théologiens du XIIIe siècle ».
Lieu: Campus Centre de l’université Paris-Est Créteil, dans le bâtiment i1, premier étage, salle  i1 128 (ex 108).

Pour s’y rendre depuis la station de métro ‘Créteil-Université’ (ligne 8), il suffit de marcher 5mn tout droit et d’emprunter la passerelle.