Archives de catégorie : Cours et enseignements

Enseignements 2017-2018 – Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Véronique Decaix

Conscience et connaissance de soi au Moyen Âge

Ce séminaire a pour objet la connaissance de soi au XIIIe siècle. De la divergence entre Aristote et Augustin sur cette question par elle-même émerge une controverse au Moyen Âge, touchant à la manière dont l’âme peut s’appréhender elle-même. L’âme peut-elle se saisir par essence ? Cette réflexivité est-elle directe et immédiate ? S’opère-t-elle sur les actes psychiques ? Le séminaire se propose de reconstruire les positions, et les oppositions, de Thomas d’Aquin, Pierre de Jean Olivi et Dietrich de Freiberg dans ce débat.

Bibliographie :

Littérature primaire :

Aristote, De l’âme, trad. R. Bodeüs, Paris, GF, 1993

Augustin, Les Confessions, trad. Trabucco, Paris, GF, 1993

Augustin, Dialogues philosophiques II : Dieu et l’âme – De immortalitate animae- De quantitate animae- Soliloquia, Paris, Desclée de Brouwer, « Bibliothèque augustinienne », « Bibliothèque augustinienne », 5, 1939

Thomas d’Aquin, De cognitione essentiae animae, éd. L.A. Kennedy, Vivarium 15, 1977, p. 31-45

Thomas d’Aquin, Questions disputées : De l’âme, trad. J.-M. Vernier, Paris, l’Harmattan, 2001

Thomas d’Aquin, Questions disputées sur la vérité, Question X : L’esprit, texte de l’édition léonine, traduction, introduction, notes et postface de Kim Sang Ong-Van-Cung, Vrin, Textes philosophiques, 1998 (247 pages)

Thomas d’Aquin, Somme théologique, I, qu. 87, Paris, Cerf, 1984

Dietrich de Freiberg, La Vision béatifique, trad. A.-S. Robin Favre, Paris, Vrin, 2012

Pierre de Jean Olivi, Quaestiones in secundum librum sententiarum, éd. B. Jansen, vol. III, qu. 72-118, 1926.

Littérature secondaire :

De Libera, A., L’archéologie du sujet, III L’acte de penser, 1. La double révolution, Paris, Vrin, 2014

De Libera, A., L’invention du sujet moderne, Cours au Collège de France 2013-2014, Paris, Vrin, 2015

Gilson, E., Le Thomisme, Introduction au système de Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1922

C. J. Martin, « Self-Knowledge and Cognitive Assent : Thomas Aquinas and Peter Olivi on the KK-Thesis », in H. Lagerlund (éd.), Forming the Mind. Essays on the Internal Senses and the Mind/Body Problem from Avicenna to the Medical Enlightenment, Dortrecht, Springer, 2007, p. 93-108.

F.-X. Putallaz, Le Sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991

F.-X. Putallaz, La connaissance de soi au XIIIe siècle, Paris, Vrin, 1991.

*

 Delphine Carron

Agrégation de philosophie 2018 – Oral Texte latin

  • Thomas d’Aquin, De Regno ad regem Cypri (La Royauté, au roi de Chypre) Paris, Vrin, 2017.

De Regno ad regem Cypri est également accessible en ligne, libre de droits, dans l’édition Léonine de référence, à l’adresse suivante (à la date de publication du programme) :

http://docteurangelique.free.fr/bibliotheque/opuscules/20deregno.htm

  • Bibliographie :

Littérature primaire

Aristote, Les Politiques, trad. P. Pellegrin, Paris, GF, 1993.

Cicéron,La République, éd. et trad. E. Breguet, Paris, Les Belles Lettres, 1980.
Thomas Aquinas, Commentary on Aristotleʼs Politics, trad. R. Regan, Indianapolis, Hackett Publishing, 2007.

Littérature secondaire

BLEAKLEY, H. H., « The Art of Ruling in Aquinas’ De regimine principium», History of Political Thought 20 (1999), p. 575-602.

BLYTHE, J.M.,Le gouvernement idéal et la constitution mixte au Moyen Âge, trad. J. Ménard, Fribourg / Paris, Academic Press / Cerf, 2005, p. 69-97.

CATTIN, Y., L’anthropologie politique de Thomas d’Aquin, Paris, L’Harmattan, 2001.

DAGUET, F., Du Politique chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2015.

DEMONGEOT, M., Le meilleur régime politique selon Thomas d’Aquin, Paris, Blot, 1929.

GILSON, E., « La vie sociale », in Le thomisme. Introduction à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 6e éd. revue, 1965, p. 375-405.

IMBACH, R. et A. OLIVA, La philosophie de Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 2009.

KANTOROWICZ, E.,Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. J. -P. Genet et N. Genet, Paris, Gallimard, 1989.

LACHAUD, F.,L’éthique du pouvoir au Moyen Âge. L’office dans la culture politique (Angleterre, vers 1150vers 1330), Paris, Garnier, 2010.

MOLNÁR, P., « Saint Thomas d’Aquin et les traditions de la pensée politique »,Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 69 (2002), p. 67-113.

SENNELART, M.,Les Arts de gouverner. Du « regimen » médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995.

TORRELL, J.-P.,Initiation à saint Thomas d’Aquin. Sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, Editions universitaires-Cerf, 2eéd., 2002.

VALLIN, Ph., « Saint Thomas d’Aquin et la politique: Pourquoi l’homme est-il un animal politique ? L’épreuve eschatologique de la cité, entre émulation et tentation », Revue thomiste. Saint Thomas et la politique 114, 1 (2014), p. 59-94.

Séminaires EPHE 2015-2016 (O. Boulnois)

Religions et philosophies dans le christianisme au Moyen Âge

Directeur d’études : M. Olivier BOULNOIS
olivier.boulnois@ephe.sorbonne.fr

  • 1er semestre : Theologia : discipline théologique et science philosophique de Dieu au Moyen Age (Ce séminaire se déroulera à l’ENS Ulm)

Les vendredis de 10h à 12h.

ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Date de reprise : 2 octobre 2015.

 

  • 2e semestre : Volonté, action et liberté (XIIIe-XIVe siècle)

Les vendredis de 16h à 18h, salle D059 (Sorbonne-escalier E) – Date de reprise : 5 février 2016.

Séminaires EPHE 2015-2016 (A. Robert)

Ecole Pratique des Hautes Etudes, année 2015-2016

Séminaire d’Aurélien Robert

(aurelien.robert@univ-tours.fr)

Atomisme et théologie au Moyen Âge (XIIe-XIVe s.) 

Le phénomène est relativement bien connu : avant la réapparition des manuscrits de Lucrèce et la traduction de Diogène Laërce au XVe siècle, plusieurs auteurs ont défendu l’existence d’atomes dans la nature. Ce sont, pour la plupart, des théologiens et les textes dans lesquels ils défendent cet atomisme sont le plus souvent de nature théologique. Nous tenterons donc de comprendre les justifications philosophiques et théologiques de cet atomisme médiéval, en insistant principalement sur la figure de Robert Grosseteste, qui joua un rôle très important dans la transformation des débats médiévaux sur l’existence d’entités indivisibles. Ce faisant, nous aborderons plusieurs problématiques classiques dans l’histoire de la philosophie : la nature du continu ; la structure ontologique du temps ; la question de l’éternité du monde ; l’applicabilité d’un modèle arithmétique en physique et en théologie.

 

Dates : 06/11 ; 20/11 ; 04/12 ; 18/12 ; 15/01 ; 29/01 ; 12/02 ; 11/03 ; 25/03 ; 08/04 ; 06/05 ; 27/05 ; 07/06

 

Les séminaires ont lieu le vendredi de 12h à 14h, en Sorbonne, salle D052 (Esc. E, 1er étage). Début des séminaires le vendredi 6 novembre 2015

 

 

Séminaires EPHE 2015-2016 (C. Grellard)

Ecole Pratique des Hautes Etudes, année 2014-2015

 C. Grellard

(christophe.grellard@ephe.sorbonne.fr)

Enseignements EPHE 2015-2016

  1. Les Collationes d’Abélard, traduction et commentaire (suite et fin), Semestre 1
  2. L’ignorance invincible et le problème de l’hétérodoxie, de Pierre Abélard à Bartholomée de Las Casas, Semestre 2
  3. Paris 1340 : logique, philosophie naturelle, éthique (avec Jean Celeyrette), une séance par mois de novembre à avril (20/11, 18/12, 22/01, 18/03, 08/04, 03/06)

Les séminaires ont lieu le vendredi de 14h à 16h, en Sorbonne, salle D052 (Esc. E, 1er étage). Début des séminaires le vendredi 6 novembre 2015

Séminaire conjoint Master-Agrégation « L’ontologie scotiste du singulier » (D. Demange)

PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE

Enseignant en 2014-2015 : Dominique Demange

Thème du séminaire : L’ontologie scotiste du singulier
Présentiel et EAD vidéo (séminaire mutualisé avec la préparation à l’agrégation)

Descriptif

Par ‘tode ti’, le texte d’Aristote signifie cette chose-ci, particulière, singulière – cette pierre, Socrate, Platon, ce stylo. La métaphysique d’Aristote se reconnaît pourtant incapable d’aller au-delà de cet acte de désignation : en tant que tel, le singulier échappe à la connaissance universelle qui est son seul horizon d’intelligibilité. Articulé en de multiples significations, le terme d’être ne saurait d’ailleurs se réduire à l’unité d’un concept, il signifie la réalité dans sa diversité. A l’issue d’une longue tradition antique et médiévale de reprises, déplacements et reformulations de la question de la définition et de la connaissance de la substance, question lourde d’enjeux théologiques au Moyen Age, Jean Duns Scot (1266-1308) finit par réaliser le projet qu’Aristote ne pouvait ni ne voulait accomplir : une double clôture de la métaphysique, par son sommet (l’univocité du concept d’étant, qui étend sa domination de la plus infime poussière jusqu’à Dieu) et par sa base (la constitution entièrement métaphysique de l’individu, achevée par une distinction formelle ultime). Désormais, à tout degré de réalité répond un degré d’intelligibilité. Cette refondation de la métaphysique réalise son second commencement, qui trouvera, à travers son déploiement dans la scolastique tardive et la Schulmetaphysik allemande, son terme et achèvement dans la critique kantienne.

Ce séminaire se propose d’approcher l’ontologie scotiste du singulier à partir des problèmes médiévaux sur la constitution et la connaissance des substances. Une partie du séminaire sera consacrée à l’étude des questions de Duns Scot sur le principe d’individuation, texte au programme de l’agrégation externe de philosophie.

Bibliographie :

Jean Duns Scot. Le principe d’individuation (De principio individuationis). (Ordinatio I, distinction 3, partie 1) Edition bilingue, introduction, traduction et notes de Gérard Sondag, Vrin (« Bibliothèque des textes philosophiques »), 2005.
Autres textes étudiés pendant le séminaire et disponibles en traduction française :
Jean Duns Scot. Sur la connaissance de Dieu et l’univocité de l’étant. (Ordinatio I, distinction 3, partie 1 ; Ordinatio I, distinction 8, partie 1). Introduction, traduction et commentaire par Olivier Boulnois. Presses Universitaires de France, 1988.
Comme première approche de la métaphysique scotiste (comme lecture pour les vacances d’été, en particulier) :
Gérard Sondag, Duns Scot. La métaphysique de la singularité. J.Vrin (« Bibliothèque des philosophies »), 2005.
Pour une étude plus approfondie, deux grands classiques en langue française :
Etienne Gilson, Jean Duns Scot, Introduction à ses positions fondamentales, J.Vrin, 1952 (disponible chez Vrin en réédition)
Olivier Boulnois, Être et représentation. Une généalogie de la métaphysique moderne à l’époque de Duns Scot Presses Universitaires de France (« Epiméthée »), 1999.

Voir le site de l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense: ici

Philosophie médiévale

MASTER 1

Semestre 1

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE

  1. V. Decaix (mardi 14h-16h, salle Halbwachs)

Les théories médiévales de la mémoire

Ce séminaire propose d’examiner les débats médiévaux sur le statut de la mémoire. L’enjeu est de distinguer mémoire sensible et mémoire intellectuelle, afin de déterminer si l’homme est le seul animal doté de mémoire. Les explications que fournissent les penseurs du Moyen Âge (Avicenne, Averroès, Thomas d’Aquin, Buridan…) des processus de mémorisation et de remémoration volontaire, ainsi que leurs réponses aux problèmes psycho-physiologiques de l’oubli ou de l’amnésie, montrent la portée, toujours actuelle, de leurs théories. En repérant les différentes sources (la tradition galénico-hippocratique, l’augustinisme…) qui l’ont irriguée, ce séminaire soulignera les enrichissements successifs de la psychologie médiévale, à la croisée des champs du savoir (la physique, la médecine, la rhétorique) de son époque.

Bibliographie :

Aristote, De l’âme, trad. R. Bodeüs, Paris, GF, 1999

Aristote, De la sensation, De la mémoire et de la réminiscence, in Petits traités d’histoire naturelle, introduction, traduction et annotation de P.-M. Morel, Paris, GF, 2000* (Les étudiant-e-s doivent se procurer cette traduction)

Augustin, Les Confessions, trad. J. Trabucco, Paris, GF, Flammarion, 2008

Averroès, Epitome of the Parva naturalia, éd. H. Blumberg, Medieval Academy of America, Cambridge Mass., 1972

Avicenna, Liber de anima seu Sextus de naturalibus, vol. I-II, éd. S. van Riet, Louvain-Leiden, 1968-1972

Cicéron, Rhétorique à Hérennius, trad. G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1989

Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu (de memoria), II, Paris, Cerf, 1992

Autres lectures :

Bergson, H., Matière et Mémoire, Essai sur la relation du corps à l’esprit, Présentation par D. Forest, Paris, GF, 2012

Hume, Traité de la nature humaine : Livre I, L’Entendement, trad. P. Baranger, P. Saltel, Paris, GF, 1999

Locke, J., Essai philosophique sur l’entendement humain, Livres I et II, trad. J.-M. Vienne, Paris, Vrin, 2002

Ryle, G., La Notion d’esprit, Paris, trad. de l’anglais S. Stern-Gillet, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005

Littérature secondaire :

Black, D., « Memory, Individuals, and the Past in Averroes’s Psychology », Medieval Philosophy and Theology 5, 1996, p. 161-187

Bloch, D., Aristotle on Memory and Recollection, Text, Translation, Interpretation, and Reception in Western Scholasticism, Leiden Boston, Brill, 2007

Carruthers, M., Le Livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris, Macula, 2002

Coleman, J., Ancient and Medieval Memories : Studies in the Reconstruction of the Past, Cambridge, 1992

Yates, F., L’Art de la mémoire, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires »,‎ 1987

 

Semestre 2

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE

J.-B. Brenet (mardi 14h-16h, salle Halbwachs)

Al-Fârâbî : Intellect et Politique

Le séminaire porte sur le premier grand philosophe arabe de l’histoire – peut-être le plus grand : Al-Fârâbî (m. 950). Surnommé « le second Maître » (après Aristote), il est une source majeure d’Avicenne ou d’Averroès, et l’une des clés, par l’ampleur de son système, de la pensée occidentale. On propose d’étudier l’articulation qu’il défend entre théorie de l’intellect et doctrine politique.

Les textes seront distribués, ainsi qu’une bibliographie complète. D’al-Fârâbî, on peut commencer à lire, toutefois :

(a) La politique civile ou les principes des existants, texte, traduction et commentaire par A. Cherni, Beyrouth, Albouraq, 2011 ; Id., Le livre du régime politique, introduction, traduction et commentaires de Ph. Vallat, Paris, Les Belles Lettres, 2012

(b) Idées des habitants de la cité vertueuse, traduit de l’arabe avec introduction et notes par Y. Karam, J. Chlala, A. Jaussen, Beyrouth-Le Caire, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d’œuvre-Institut français d’archéologie orientale, 1986.

(c) L’Épître sur l’intellect (al-Risâla fî-l-‘aql), traduit de l’arabe, annoté et présenté par D. Hamzah, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Epître sur l’intellect (Risâla fî l-‘aql). Introduction, traduction, et commentaire de Ph. Vallat, suivis de « Onto-noétique. L’intellect et les intellects chez Fârâbî », Paris, Les Belles Lettres, 2012.

(d) Philosopher à Bagdad au Xe siècle, Paris, Seuil, 2007.

 

MASTER 2

Semestre 1

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE

  1. M. Sebti (vendredi 16h-17h30, salle Lalande)

Le séminaire de Master 1 au premier semestre de l’année 2015 a été dédié à l’étude de la doctrine de la connaissance d’Avicenne qui attribue au prophète des capacités noétiques et imaginatives singulières. Ce nouveau séminaire, consacré à la doctrine de la prophétie d’Avicenne, se concentrera sur les implications théologico-politiques de cette dernière. Deux textes nous servirons de base la Risāla fī Iṯbāt al-nubuwwāt  (Epître de l’établissement des preuves des prophéties) et le dernier chapitre des Ilahiyāt du Ṧifā’ (Métaphysique du Ṧifā‘). Nous étudierons en parallèle la Poétique d’Avicenne (al-Ṧi῾r) qui constitue le neuvième livre de la Logique du Ṧifā’ dans laquelle le philosophe développe sa conception du symbole (al-ramz). Le symbole étant le mode d’expression utilisé par le prophète pour s’adresser aux hommes et transmettre le contenu de la révélation (al-waḥī).

Semestre 2

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE 

J.-B. Brenet (vendredi, 15h30-17h) :

Averroès : une physique de la pensée ?

 

Y a-t-il chez Averroès une physique de la pensée ? C’est la question du séminaire. Pour concevoir la production des concepts, la dynamique de la vie mentale et son couronnement (ce que les Arabes appellent « la jonction »), sont-ce des schèmes physiques, tirés d’Aristote, qu’Averroès mobilise ? On doit l’examiner en prenant ces notions au sérieux : l’instant de la pensée, la continuité avec l’intellect, le mouvement vers la jonction, l’engendrement des habitus, etc. Il s’agit d’envisager une nouvelle grille de lecture de la noétique.

 

Indications bibliographiques (les textes seront distribués à chaque séance)

 

Averroès, On Aristotle’s ‘Metaphysics’ ; an annotated translation of the so-called ‘Epitome’, ed. by R. Arnzen, Berlin/New York, De Gruyter, 2010.

__, Aristotelis Opera cum Averrois commentariis, Venise (apud Junctas), 1562-1574 ; réimpr. Frankfurt a.M., Minerva, 1962.

__, La Béatitude de l’âme, éd., trad. annotées, études doctrinales et historiques d’un traité d’« Averroès », par M. Geoffroy et C. Steel, Paris, Vrin, 2001.

__, Averrois Cordubensis Commentarium magnum in Aristotelis de anima libros, éd. F.S. Crawford, Cambridge (Mass.), The Medieval Academy of America, 1953 ; trad. angl. complète : Averroes (Ibn Rushd) of Cordoba, Long Commen­tary on the ‘De anima’ of Aristotle, transl., introd. and notes by R.C. Taylor, with T.-A. Druart, subeditor, New Haven and London, Yale UP, 2009 ; trad. all. partielle : Averroes, Über den Intellekt. Auszüge aus seinen drei Kommentaren zu Aristoteles’ ‘De anima’. Arabisch, Lateinisch, Deutsch, Herausgegeben, übersetzt, eingeleitet und mit Anmerkungen versehen von D. Wirmer, Freiburg-Basel-Wien, Herder, 2008.

__, Grand Commentaire de la Métaphysique d’Aristote (Tafsîr Mâ Ba‘d aṭ-ṭabî‘at), Livre Lam-Lambda trad. de l’arabe et annoté par M. Aubert, Paris, Belles Lettres, 1984.

__, L’Intelligence et la Pensée. Grand Commentaire du ‘De anima’. Livre III (429 a 10-435 b 25), trad. A. de Libera, Paris, Flammarion (GF), 1998.

__, Ibn Rushd’s Metaphysics, a Translation with Introduction of Ibn Rushd’s Commentary on Aristotle’s Metaphysics, Book Lām, by Ch. Genequand, Leiden, Brill, 1984.

__, Middle Commentary on Aristotle’s De anima. Critical ed. of the Arabic Text with English transl., notes and introd. by Alfred L. Ivry, Provo (Utah), Bringham Young UP, 2002 ; trad. franç. du chapitre sur l’intellect par A. Elamrani-Jamal dans A. de Libera, E. Elamrani-Jamal, A. Galonnier (éd.), Langages et Philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, Vrin, 1997.

__, M. Zonta, « La tradizione giudeo-arabe ed ebraica del De intellectu di Alessandro di Afrodisia e il testo originale del Commento di Averroè », in Annali di Ca’ Foscari, XL, 3 (2001) (Serie orientale 32), p. 17-35

__, Tafsīr mā ba‘da ṭ-ṭabī‘at (« Grand Commentaire » de la Métaphysique) (Bibliotheca Arabica Scholasticorum. Série arabe V-VII), éd. M. Bouyges, 3 vol., Beyrouth, Dar el-Mashreq, 21973

__, Tahafot at-Tahafot. L’incohérence de l’Incohérence (Bibliotheca arabica Scholasticorum. Série arabe III), éd. M. Bouyges, Beyrouth, Dar el-Machreq, 31992