Archives de catégorie : Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Séminaire conjoint Master-Agrégation « L’ontologie scotiste du singulier » (D. Demange)

PHILOSOPHIE ANCIENNE ET MÉDIÉVALE

Enseignant en 2014-2015 : Dominique Demange

Thème du séminaire : L’ontologie scotiste du singulier
Présentiel et EAD vidéo (séminaire mutualisé avec la préparation à l’agrégation)

Descriptif

Par ‘tode ti’, le texte d’Aristote signifie cette chose-ci, particulière, singulière – cette pierre, Socrate, Platon, ce stylo. La métaphysique d’Aristote se reconnaît pourtant incapable d’aller au-delà de cet acte de désignation : en tant que tel, le singulier échappe à la connaissance universelle qui est son seul horizon d’intelligibilité. Articulé en de multiples significations, le terme d’être ne saurait d’ailleurs se réduire à l’unité d’un concept, il signifie la réalité dans sa diversité. A l’issue d’une longue tradition antique et médiévale de reprises, déplacements et reformulations de la question de la définition et de la connaissance de la substance, question lourde d’enjeux théologiques au Moyen Age, Jean Duns Scot (1266-1308) finit par réaliser le projet qu’Aristote ne pouvait ni ne voulait accomplir : une double clôture de la métaphysique, par son sommet (l’univocité du concept d’étant, qui étend sa domination de la plus infime poussière jusqu’à Dieu) et par sa base (la constitution entièrement métaphysique de l’individu, achevée par une distinction formelle ultime). Désormais, à tout degré de réalité répond un degré d’intelligibilité. Cette refondation de la métaphysique réalise son second commencement, qui trouvera, à travers son déploiement dans la scolastique tardive et la Schulmetaphysik allemande, son terme et achèvement dans la critique kantienne.

Ce séminaire se propose d’approcher l’ontologie scotiste du singulier à partir des problèmes médiévaux sur la constitution et la connaissance des substances. Une partie du séminaire sera consacrée à l’étude des questions de Duns Scot sur le principe d’individuation, texte au programme de l’agrégation externe de philosophie.

Bibliographie :

Jean Duns Scot. Le principe d’individuation (De principio individuationis). (Ordinatio I, distinction 3, partie 1) Edition bilingue, introduction, traduction et notes de Gérard Sondag, Vrin (« Bibliothèque des textes philosophiques »), 2005.
Autres textes étudiés pendant le séminaire et disponibles en traduction française :
Jean Duns Scot. Sur la connaissance de Dieu et l’univocité de l’étant. (Ordinatio I, distinction 3, partie 1 ; Ordinatio I, distinction 8, partie 1). Introduction, traduction et commentaire par Olivier Boulnois. Presses Universitaires de France, 1988.
Comme première approche de la métaphysique scotiste (comme lecture pour les vacances d’été, en particulier) :
Gérard Sondag, Duns Scot. La métaphysique de la singularité. J.Vrin (« Bibliothèque des philosophies »), 2005.
Pour une étude plus approfondie, deux grands classiques en langue française :
Etienne Gilson, Jean Duns Scot, Introduction à ses positions fondamentales, J.Vrin, 1952 (disponible chez Vrin en réédition)
Olivier Boulnois, Être et représentation. Une généalogie de la métaphysique moderne à l’époque de Duns Scot Presses Universitaires de France (« Epiméthée »), 1999.

Voir le site de l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense: ici