4 Novembre 2021 : Les jeudis de la philosophie arabe de l’IMA – séance 2

En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe lance, en partenariat avec Philosophie Magazine, un tout nouveau cycle de rencontres, chaque premier jeudi du mois à partir d’octobre 2021 : Les Jeudis de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Séance 2 : Jeudi 4 novembre 2021 – 19h

Institut du Monde Arabe – salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Démontrer et soigner

Ali Benmakhlouf, Abdelouahab Rgoud

À l’âge classique de la civilisation arabo-musulmane, du VIIIe au XIVe siècle, de multiples paradigmes se rencontrent, se mêlent, se fécondent, se combattent parfois, se confrontent souvent. Qu’il s’agisse, par exemple, des paradigmes théologiques ou juridiques, tous ont pour point commun une interrogation sur les frontières entre les notions de Vrai (Ḥaqq) et de Valide (Ṣaḥîḥ), de Théorique et de Pratique, etc. Chaque fois, la question de savoir quel type de discours (rhétorique, dialectique, démonstratif) doit être employé est cruciale.
Au sein même de la philosophie, la médecine, science pratique par excellence, et la métaphysique, science théorique suprême, constituent deux modèles que nous nous proposons d’analyser sous cet angle particulier : démontrer et soigner. 

 

  • Ali Benmakhlouf est agrégé de philosophie. Il est actuellement professeur à l’université de Paris Est-Val de Marne, au département de philosophie, et membre sénior de l’institut universitaire de France. Le fil directeur de ses recherches est la logique, l’histoire et la philosophie de la logique. Après s’être intéressé à G. Frege (1848-1925) et Bertrand Russell (1872-1970), deux logiciens auxquels il a consacré de nombreux ouvrages, il s’est proposé de parcourir l’histoire de la logique médiévale arabe, riche de commentaires sur l’Organon d’Aristote. C’est ainsi qu’il a lancé l’entreprise de traduction des œuvres logiques d’al-Fârâbî (Xe siècle) et d’Averroès (XIIe siècle), auteurs auxquels il a consacré aussi des études monographiques. Expert auprès de l’UNESCO pour mener le dialogue philosophique entre le monde arabe et le monde asiatique (2004-2011), il a participé à de nombreuses formations dans les pays d’Asie (Corée du Sud, Thaïlande, Japon) et dans les pays arabes (Maroc, Tunisie, Egypte).

    Il est actuellement engagé dans les débats sur la bioéthique après avoir été membre du comité consultatif national d’éthique et du comité d’éthique et de déontologie de l’Institut de recherches pour le développement. Il est membre de la société française de philosophie, de l’Institut international de philosophie, de la société d’histoire de la pharmacie et membre permanent de l’Académie Nationale de pharmacie.

    Parmi ses livres récents :   Pourquoi lire les philosophes arabes (Albin Michel, 2015) ; La Conversation comme manière de vivre (Albin Michel, 2016) ; La Force des raisons, logique et médecine (Fayard, 2018) ; Bioéthique et droits humains (La croisée des chemins, Casablanca, 2019).
  • Abdelouahab Rgoud est normalien, agrégé de sciences physiques et actuellement doctorant en quatrième année de thèse en épistémologie et philosophie arabe, sous la direction du Professeur Ali Benmakhlouf. Sa thèse porte sur les Fondements épistémologiques et théologiques de l’Atomisme et de la Causalité, au sein de l’âge classique de la civilisation arabo-musulmane.
Séance présentée par Jean-Baptiste Brenet, médiéviste, professeur de philosophie arabe à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Textes lus par Pierre Baux.