18-20 novembre 2021 : Colloque “Littérature et pensée scolastique en France, XIIIe-XVe siècles”

Colloque

Littérature et pensée scolastique en France (XIIIe-XVe siècles)

sous le haut patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

organisé par Sorbonne Université, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université Paul-Valéry, avec le soutien de l’équipe Étude et édition de textes médiévaux (Sorbonne Université), du laboratoire ALTER (UPPA) et du Centre d’Études médiévale de Montpellier (Université Paul-Valéry)

18-20 Novembre 2021, Paris, Saulchoir, Sorbonne, Académie des Inscriptions et Belles Lettres

L’avènement de la pensée scolastique va de pair avec le développement des universités et des studia ouverts par les ordres mendiants. Il marque une évolution, voire une rupture, par rapport aux modes de pensée antérieurs, notamment augustiniens, pour atteindre son apogée au XIIIe siècle, avec d’amples œuvres pétries d’aristotélisme. Cherchant à concilier foi et raison, à fonder la foi sur l’exercice de la raison (fides quaerens intellectum), la scolastique renouvelle les processus intellectuels en accordant une importance prépondérante à la dialectique (Sic et non d’Abélard) et à l’exercice de la logique, dans l’espoir de « clarifier les dogmes » (Thomas d’Aquin). Elle se caractérise par une formalisation nouvelle et contraignante des exercices scolaires (conduite de la dialectique, disputatio quodlibétique), ainsi que par de nouveaux systèmes de classification, de présentation, de hiérarchisation ou de division, nourris de logica nova.
Dès leur naissance, ces pratiques intellectuelles nouvelles se heurtent à l’hostilité de théologiens conservateurs tels que Bernard de Clairvaux (condamnation des enseignements d’Abélard au Synode provincial de Sens en 1140) ou sont tournées en dérision dans la littérature vernaculaire (Henri d’Andeli, Bataille des sept arts). Simultanément, illustrant le phénomène qu’E. Panofsky a nommé la « forme formatrice des habitudes », la littérature en langue romane se trouve, pour diverses raisons, investie par ces nouveaux modes de penser et de raisonner, soit qu’elle cherche à divulguer auprès du plus grand nombre des connaissances jusque-là réservées aux clercs, soit qu’elle incorpore à son insu ces nouveaux modèles de pensée. Ce sont les causes, les modalités et les enjeux de tels transferts que ce colloque se propose d’étudier, en mettant au jour les marqueurs et les circuits de diffusion qui attestent de la présence de la pensée scolastique dans certaines œuvres littéraires, que celles-ci s’ouvrent à elle (Le Roman de la Rose en est l’exemple le plus célèbre), la mettent en fiction ou la récusent.

 

 Jeudi 18 novembre 2021 :

Saulchoir, 45, rue de la Glacière 75013 Paris, Salle Christophe Dumont

Présidence : M. Olivier Boulnois (directeur d’études à l’École pratique des hautes Études [EPHE], Institut catholique de Paris)

Littérature et scolastique au XIIIe siècle : le temps de la rencontre  

  • 9 h. Accueil
  • 9 h 15. Mme Valérie Fasseur (professeur à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Introduction
  • 9 h 45. M. Cédric Giraud, (professeur ordinaire à l’Université de Genève, directeur d’études à l’EPHE) : « Genres littéraires de la théologie scolastique »
  • 10 h 15. Mme Julie Brumberg-Chaumont (directrice de recherche au CNRS [PSL/CNRS/LEM]) : « Retours logiciens sur la méthode scolastique : artificialisation de la raison, transparence, syllogisme et dispute »
  • 10 h 45. Discussion et pause
  • 11 h 15. M. Louis-Patrick Bergot (docteur de Sorbonne Université) : « L’influence de la scolastique sur les représentations allégoriques de Dialectique dans la littérature française du xiiie siècle »
  • 11 h 45. M. Gilbert Dahan (directeur d’études honoraire au CNRS et à l’EPHE) : « Théâtre religieux et scolastique (XIVe-XVe s.) »  
  • 12 h 15. Discussion  

     

    Ambitions scolastiques de la littérature : l’esprit des sommes

    Présidence : Mme Cécile Caby (professeur à Sorbonne Université)

  • 14 h. M. Christopher Lucken (maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « « Benoite soit li science ki si vivement m’a le poissance d’amours moustree et ensegnie ». Art et maîtrise de l’amour chez Richard de Fournival »
  • 14 h 30. M. Jonathan Morton (Associate Professor, Tulane University, Louisiana) : « « Et cil ki ont leu et entendu les hautes philosofies sevent bien ke musike peut » : le scolasticisme confus du Bestiaire d’amour de Richard de Fournival »
  • 15 h 00. Mme Pascale Bourgain (correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) : « Influences de la méthode scolastique sur les œuvres littéraires latines »
  • 15 h 30. Discussion et pause
  • 16 h. M. Patrick Moran (Associate Professor, University of British Columbia [Vancouver, Canada]) : « Sommes littéraires et sommes scolastiques : retour sur une opinion critique au sujet de la Vulgate arthurienne du XIIIe siècle »
  • 16 h 30. M. Richard Trachsler (professeur ordinaire à l’Université de Zurich) : « De la chaire à l’encyclopédie. Barthélemy l’Anglais et les couleurs »
  • 17 h. Mme Joëlle Ducos (professeur à Sorbonne Université et directeur d’études à l’EPHE) : « Imagination scolastique, imagination littéraire »
  • 17 h 30. Discussion

     

     Vendredi 19 novembre 2021

    Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 23 quai de Conti, 75006 Paris

    Grande salle des séances

    Spiritualité scolastique de la littérature vernaculaire  

    Présidence : M. Michel ZINK, de l’Académie française (secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

  • 9 h. Accueil
  • 9 h 45. M. Thibaut Radomme (maître de conférences à l’Université Jean-Monnet, Saint-Étienne) : « L’Ovide moralisé et la scolastique : discours anti-scientifique et critique de l’aristotélisme dans un texte franciscain du XIVe siècle et ses gloses »
  • 10 h 15. M. Dominique Poirel (directeur d’études au CNRS-IRHT) : « L’oeuvre scolastique »
  • 10 h 30. Discussion et pause
  • 11 h 15. Mme Isabelle Fabre (professeur à l’Université Paris Nanterre) : « Marguerite Porete et la scolastique »
  • 11 h 45. Mme Marie-Pascale Halary (maître de conférences à l’Université Lumière-Lyon 2) : « Li Ars d’amour, de vertu et de boneurté (c. 1300) : une scolastique vernaculaire ? »
  • 12 h 15. Discussion  

    15 h 30 Séance publique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sous la présidence de M. Yves-Marie BERCÉ, Président de l’Académie

    Allocution d’accueil de M. Michel ZINK, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

    Communication de M. Jean-Marie Fritz, professeur à l’Université de Bourgogne, sous le patronage de M. Michel ZINK : « Scolastique et allégorie : la mise en scène de la parole du maître du Roman de la Rose à l’Ovide moralisé. »

     

     Samedi 20 novembre 2021

    La Sorbonne (bibliothèque Ascoli), 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

    Salle Christophe Dumont

    La littérature du Moyen Âge tardif : une scolastique flamboyante ?  

    Présidence : M. Jacques Verger (membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

  • 9 h 30. M. Pierres-Yves Badel (Professeur honoraire à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : Échos de débats universitaires dans le Tombel de Chartreuse
  • 10 h. Mme Sarah Delale (Post-doctorante à l’Université de Louvain-la-Neuve) : « Comment la scolastique influence-t-elle l’écriture d’une penseuse autodidacte au XVe siècle ? »
  • 10 h 30. Discussion et pause
  • 11 h. Mme Elisabeth Pinto-Mathieu (Professeur à l’Université d’Angers) : « La Moralité de Fortune, Maleur, Eur, Povreté, Franc Arbitre et Destinee ou la scolastique sur scène à la fin du XVe siècle »
  • 11 h 30. M. Christophe Grellard (Directeur d’études à l’EPHE) : « Penser la contingence, dire la contradiction : autour du « Concours de Blois » »
  • 12 h. Discussion
  • 12 h 15. M. Jean-René Valette (Professeur à Sorbonne Université) : Conclusion.
Télécharger le programme en pdf