Jeudi 8 décembre 2022 – Journée d’études “Errare (et perseverare) : Erreurs et corrections à la fin du Moyen Âge”

« Errare et perseverare. Erreurs et corrections à la fin du Moyen Âge »

Journée d’études – Séminaire du CHSPAM – SPHere (UMR 7219)

Organisée par Véronique Decaix (Univ. Paris 1, Panthéon-Sorbonne, GRAMATA)

et Sophie Serra (Projet ERC ALFA, SYRTE, Observatoire de Paris/PSL-CNRS ; SPHere)

Jeudi 8 décembre 2022 – Université Paris-Cité, salle Dali 348A – Bâtiment Condorcet, 4, rue Elsa Morante 75013 Paris

[changement de salle]

 

Erreur et fausseté sont deux notions proches, qui témoignent toutes deux de l’inadéquation entre la réalité et le discours (écrit, oral, calculé, dessiné) qui porte sur elle. La distinction entre ces deux notions existe pourtant, notamment dans la mesure où la fausseté tient à l’immuabilité tandis que l’erreur s’inscrit par définition dans une temporalité. En effet, elle se fait jour à partir du moment où elle est anticipée (reconnue comme un contenu approximatif, amendable, soumis à ré-élaborations ultérieures) ou, plus simplement, lorsqu’elle est corrigée et donc définie par rapport à un passé. On ne compte plus les mentions, dans les propos introductifs des textes du Moyen Âge, d’une expression qui se ferait « sub correctione aliorum », laissant entendre par là, au-delà d’une humilité de façade, la réalité d’une conception de savoirs humains qui s’élaboreraient collectivement, au long du temps, par raffinements successifs. L’errance serait le lot de l’humain aux prises avec son désir de connaissance, et la correction une nécessité morale en plus de gnoséologique. Les marques de l’erreur peuvent en effet être des déclarations explicites, de la part des auteurs eux-mêmes offrant leur travail à des développements ultérieurs ou bien corrigeant ou réprouvant des propos antérieurs (les leurs ou ceux des autres) dans le cadre de débats doctrinaux.

C’est à la conception de l’erreur, envisagée dans son fondement étymologique comme un « errement », un cheminement autour du territoire de la vérité qui creuse parfois durablement de nouvelles voies, que souhaite se consacrer cette journée d’études. Où situer la limite entre des thèses considérées comme erronées et à écarter, et des déclarations humblement considérer comme imparfaites ? Quelle place la science médiévale latine faisait-elle à contenus approximatifs mais utilisables efficacement ? Comment traquer et attester d’une erreur ? Quelles formes de remédiations à l’erreur peuvent-elles envisagées : corrections ponctuelles ou réformes radicales ?

Les productions scientifiques (philosophie naturelle, médecine, astronomie…) de la fin du Moyen Âge latin, qu’il s’agisse de textes et de leurs annotations marginales, de listes de valeurs numériques ou de diagrammes, constituent un observatoire particulièrement pertinent pour remarquer les différents régimes de l’erreur et de la correction, révélant ainsi les conceptions épistémologiques des auteurs, et la façon dont ils pensent la connaissance dans son rapport à la temporalité et au travail collectif.

 

Télécharger l'affiche en pdf


Citer ce billet
parimed (2022, 7 novembre). Jeudi 8 décembre 2022 – Journée d’études “Errare (et perseverare) : Erreurs et corrections à la fin du Moyen Âge” Pariscope médiéval. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/soqm