Archives de l’auteur : parimed

21 Janvier 2022 – Séance de séminaire : “William of Auvergne on Mathematical Infinity”

Séminaire SPHere “Mathématiques de l’Antiquité à l’Âge Classique”

William of Auvergne on Mathematical Infinity

Paolo Mancosu (University of California, Berkeley, et Université Paris 1)

Vendredi 21 Janvier 2022 – 9h30-12h30 – A distance

Si vous souhaitez vous joindre à nous à distance (Zoom-Université), merci d’envoyer un mail à Vincenzo de Risi au plus tard 24h avant la séance avec le mot-clé ” MAAC-21-01-22 ” en objet.

 

 

20 Janvier 2022 – Séance de séminaire “Infinis inégaux au Moyen Âge”

Séminaire “Infini mathématique”

organisé à l’occasion de la Chaire d’excellence Blaise Pascal du Professeur Paolo Mancosu

Séance 1 – Infinis inégaux au Moyen Âge

Jeudi 20 Janvier 2022 – 14h30-17h – Bâtiment Condorcet, Paris, 13e – salle 454A Valentin ou sur Zoom

 

Tony Lévy [SPHERE ; CNRS] : Thâbit ibn Qurra (Baghdad, IXe siècle) et l’infinité numérique

Cecilia Panti [Università di Roma “Tor Vergata”] : “ex infinitis indivisibilibus ad invicem mediatis”: Robert Grosseteste’s unequal infinites in extended continua

 

20-21 Janvier 2022 – Colloque “La raison au Moyen Âge”

Colloque “La raison au Moyen Âge”

organisé par P. Bermon et D. Poirel

20-21 Janvier 2022 – Hybride : ICP Paris – salle Z21 Amphithéâtre Paul Ricoeur

Le Moyen Âge est souvent présenté comme un temps où dominent la foi, la tradition, l’autorité. Or c’est alors aussi que triomphe en Occident une raison logicienne et collective comme forme du discours savant, dans tous les savoirs y compris sacrés, et comme moteur de la discussion, dans les disputes scolaires et universitaires. Comment comprendre ce paradoxe ?
On l’abordera de trois façons complémentaires en étudiant la raison comme mot, comme procédure intellectuelle et comme réquisit d’une connaissance scientifique et démontrable.
 

1) Quel est au Moyen Âge le sens du mot ratio, l’un des plus équivoques qui soient ? Selon les cas, il peut en effet signifier le compte, la proportion, la faculté de connaître, un processus d’abstraction, la faculté de raisonner, un argument, une notion, une cause, une intention, un discernement moral, un principe de modération, une exigence de cohérence, un dessein organisateur… Ces acceptions sont-elles des éclats de sens fragmentaires et juxtaposés, ou dépendent-elles d’une signification commune, qui se spécialise et s’adapte à des contextes divers, et alors laquelle ? Comment définir ce qui fait le coeur de la raison au Moyen Âge ?

2) Quelle est la fonction de la raison dans les discours philosophique, théologique, exégétique, homilétique, liturgique, juridique, médical, poétique, historique ou autres ? Dans ces domaines, que signifie le recours à la raison ? Varie-t-il selon les champs du savoir ou les temps ? Existe-t-il une procédure rationnelle commune (définition et argumentation), ou les actes de la raison varient-ils d’une discipline à l’autre ? La redécouverte d’Aristote et de ses Analytiques a-t-elle révolutionné la rationalité médiévale, ou l’a-t-elle perfectionné seulement ? Observe-t-on un conflit au Moyen Âge entre des rationalités « dures » et « molles », closes et ouvertes ?

3) Quelle est la valeur de la raison dans l’édifice médiévale de la connaissance ? Existe-t-il des savoirs assez sublimes, comme la théologie, ou assez humbles, comme les arts empiriques, pour échapper à l’emprise de la raison ? Dans quelles époques, chez quels auteurs trouve-t-on l’idée que la foi, la révélation, le divin, ne dépassent pas seulement la raison (supra rationem), mais encore lui font exception (praeter rationem) ou s’opposent à elle (contra rationem) ? Quelles sont les causes, quelles sont les conséquences, d’une telle scission entre ce qui découle de la raison, ou s’y laisse ramener, et ce qui lui est par nature étranger ?
 
Programme :
 
Jeudi 20 janvier 2022 
 
9h30 
P. Vincent Holzer (Institut Catholique de Paris), « Ouverture ». 
Dominique Poirel, « Introduction ». 
Agnieszka Kijewska (Univ. de Lublin), « La conception de vera / recta ratio dans le Periphyseon de Jean Scot Erigène : le contexte doctrinal, littéraire et la fonction théorique ». 

Pause 

11h 
Julie Brumberg-Chaumont (LEM, CNRS), « Raison et logique au Moyen Âge ». 
Olivier Boulnois (EPHE), « Les états de la raison. Formes et fonctions de la rationalité médiévale ». [intervention reportée à 14h30] 

Déjeuner 

14h 
Clelia Crialesi (KU Leuven), « « Les ‘raisons’ des mathématiques : aspects de la ​ratio dans la pensée mathématique médiévale ».  
Nicolas Weill-Parot (EPHE), « Ratio, Raison et science médiévale : exemples d’expression et de manifestation de la rationalité scientifique et de ses limites (xiiie-xve siècle) ». [intervention déplacée à 11h30] 

Pause
 
16h 
Christophe Grellard (EPHE), « Jean Gerson et la recta ratio ». 
Lydwine Scordia(Univ. de Rouen), « Le prince doit gouverner ‘selon loy et reson’ : évolution du principe du xiiie au xve siècle». 
 
Vendredi 21 janvier 2022 

9h30 
Gilbert Dahan (EPHE – LEM), « Ratio et approches rationnelles dans l’exégèse du Moyen Âge ». 
Gilles Berceville (Institut Catholique de Paris), « Renovamini autem spiritu mentis vestrae. Esprit et raison dans les commentaires médiévaux d’Éphésiens 4, 17–5, 20 ».  

Pause 

11h 
Dominique Poirel (IRHT, CNRS – Institut Catholique de Paris – Univ. de Lublin), « Nécessité ou contradiction ? Richard de Saint-Victor et la raison en matière trinitaire ». 
Patrick Henriet (EPHE), « Raison et hagiographie ». 

Déjeuner 

14h 
Ayelet Even-Ezra (Hebrew University of Jerusalem), « Reasoning ritual : reason and symbolic thinking »/ « Raisonner le rituel : la raison et la pensée symbolique ». 
Cécile Coulangeon (Institut Catholique de Paris), « Construire en pierres à l’époque romane : une architecture de la raison ? » 

Pause 

16h 
Marcin Jan Janecki(Univ. de Toruń et Lublin – EPHE), « Supra rationem, sed non sine ratione : la raison chez quelques auteurs spirituels du Moyen Âge ».  
Pascale Bermon (LEM, CNRS), «Ratio, id est intellectus. Grégoire de Rimini (1300-1358), entre Aristote et Augustin, à la recherche du principe de réalité ». 
Dominique Poirel, « Conclusions ». 
 
 
Pour vous inscrire et recevoir le lien de connexion, allez sur cette page.

Offre d’aide financière – SIEPM World Congress 2022 – Paris

La Société Internationale pour l’Étude de la Philosophie Médiévale (SIEPM) organise à Paris son congrès international du 22 au 26 Août 2022 sur “La pensée radicale au Moyen Âge”.

Pour faciliter la participation des jeunes chercheurs (moins de 35 ans) ou des personnes originaires de pays moins favorisés économiquement, la SIEPM offre des bourses de mobilité allant de 500 à 750 euros.

La date-butoir pour solliciter une aide financière est fixée au 20 Mars 2022, et toutes les informations sur la procédure et les conditions d’éligibilité sont consultables ici.

 

Memory and Recollection in the Aristotelian Tradition: Essays on the Reception of Aristotle’s De memoria et reminiscentia, eds. V. Decaix, C. Thomsen Thörnqvist (Brepols, SA47, Dec. 2021)

Memory and Recollection in the Aristotelian Tradition
Essays on the Reception of Aristotle’s De memoria et reminiscentia

V. Decaix, C. Thomsen Thörnqvist (eds.)

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503593128-1

Aristotle’s De memoria et reminiscentia (“On Memory and Recollection”) is the oldest surviving systematic study of the nature of human memory.

Aristotle’s De memoria et reminiscentia (“On Memory and Recollection”) is the oldest surviving systematic study of the nature of human memory. Forming part of Aristotle’s other minor writings on psychology that were intended as a supplement to his De anima (“On the Soul”) and known under the collective title Parva naturalia, Aristotle’s De memoria et reminiscentia gave rise to a vast number of commentaries in the Middle Ages. The present volume offers new knowledge on the medieval understanding of Aristotle’s theories on memory and recollection across the linguistic traditions including the Byzantine Greek, Latin and Arabic reception.

Véronique Decaix is associate professor in Medieval Philosophy at the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Her research focus is on psychology during the Middle Ages, more precisely on intentionality in cognitive processes such as sensation, memory, dream and intellection. She has recently published a monograph on Dietrich of Freiberg (Vrin, 2021).

Christina Thomsen Thörnqvist is professor of Latin (University of Gothenburg) and specializes on the Latin reception of Aristotle’s syllogistic theory and his natural philosophy. She has recently a major research project on the Greek, Latin and Arabic reception of Aristotle’s Parva naturalia (Representation and Reality 2013-2019) and is now heading a project on the medieval reception of Aristotle’s logic (Filling the Gap: Medieval Aristotelian Logic 1240–1360, 2019–2024).

Table of Contents

Christina Thomsen Thörnqvist, Preface

Véronique Decaix, Introduction

Mika Perälä, Aristotle’s Three Questions about Memory

Alexandra Michalewski, Writing in the Soul. On Some Aspects of Recollection in Plotinus

Tommaso Alpina, Retaining, Remembering, Recollecting. Avicenna’s Account of Memory and Its Sources

Carla Di Martino, Mémoire, représentation et signification chez Averroès. Une proposition de lecture

Joël Chandelier, Memory, Avicenna and the Western Medical Tradition

Julie Brumberg-Chaumont, The First Latin Reception of the De memoria et reminiscentia: Memory and Recollection as Apprehensive Faculties or as Moving Faculties?

Véronique Decaix, What Is Memory of? Albert the Great on the Proper Object of Memory

Sten Ebbesen, Memory Is of the Past

Christina Thomsen Thörnqvist, Aristotle and His Early Latin Commentators on Memory and Motion in Sleep

Dafni Argyri, The Byzantine Reception of Aristotle’s De memoria

Bibliography

Index

266 p., 156 x 234 mm, 2021
ISBN: 978-2-503-59312-8
Languages: English, French

 

 

Mardi 11 Janvier 2022 (autres dates à venir) – Séminaire “Dante et la philosophie”

Centre Jean Pépin UMR 8230 (ENS Ulm/CNRS/PSL)

Dante et la philosophie

Séance 1 : “Le poème de la raison et son commentaire”

organisation Bruno Pinchard

Mardi 11 Janvier 2022 – 14h-17h – Amphi Évariste Galois, ENS, Département de physique, 14, rue Lhomond)

Dans le cadre des séminaires de recherche du Centre Jean Pépin, Bruno Pinchard propose une relecture du Convivio de Dante qui s’attache à mettre en lumière la portée
philosophique de l’œuvre, en abordant quelques questions centrales : quelle part de l’œuvre créatrice de Dante appartient au champ de la philosophie ? Y a-t-il une philosophie spécifique pour la langue vulgaire ? Quelle place est réservée à la vie intellective dans le magistère poétique ? La philosophie est-elle l’œuvre du concept ou de l’amour ?

Séances à venir :

  • Mardi 15 février : Proportionnalité et improportionnalité
    (Amphi Jean Jaurès, ENS, 29, rue d’Ulm)
  • Mardi 1er mars : La politica nel Convivio: dal silenzio (I-III) al panegirico (IV)
    Raffaele Pinto (Univ. Barcelona)
    (Amphi Évariste Gallois)
  • Mardi 12 avril : Avicenna nel Convivio
    Sebastiano Italia (Univ. Catania)
    (Amphi Jean-Jaurès)
  • Mardi 10 mai : La raison et son secret
    (Salle des Résistants)
  • Mardi 14 juin : Qu’est-ce que la raison noble ?
    (Amphi Évariste Gallois)

Télécharger le programme en pdf

 

Jeudi 14 Janvier – Conférence de J.-B. Brenet “Penser sur une île”

Conférence “Penser sur une île”

Jean-Baptiste Brenet

dans le cadre du séminaire “L’écriture de la pensée” de Baptiste Clément et et F. Noudelmann

Jeudi 14 Janvier – 14h30-16h30 – Hybride Sorbonne/Zoom

Je voudrais réfléchir à “l’écriture de la pensée” en présentant quelques éléments de mes deux derniers livres: l’un, Robinson de Guadix (Verdier, 2020), est une ré-écriture d’un texte philosophique andalou du XIIème siècle (l’histoire d’un autodidacte sur une île qui s’élève, seul, jusqu’à l’Absolu, avant de rencontrer un autre homme venu d’une île voisine); l’autre est un bref essai qui sort en mars, intitulé Que veut dire penser ? (Payot, 2022) : il s’agit d’une sorte de lexique, où je décline librement quelques termes, arabes et latins, servant à dire ce en quoi penser pourrait consister.

Jean-Baptiste Brenet est médiéviste, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il enseigne la philosophie arabe. Spécialiste de la pensée andalouse et de son legs au monde latin, il est l’auteur de plusieurs essais, parmi lesquels Averroès l’inquiétant (Belles lettres, 2015), Je fantasme. Averroès et l’espace potentiel (Verdier, 2017), avec Giorgio Agamben, Intellect d’amour (Verdier, 2018). Il a récemment édité et préfacé Ibn Tufayl, Le philosophe sans maître (Payot, 2021). Il est co-directeur de la collection “Translatio. Philosophies médiévales” chez Vrin. 

- en Sorbonne: 14 rue Cujas, 75005 Paris, escalier I, 2e étage, Bibliothèque du 19e siècle. Pour entrer dans l'enceinte de l'université il faudra présenter une invitation (à retirer sur demande à bpe.clement@gmail.com)

- en ligne: pour participer il faudra activer le lien ci-dessous

https://univ-paris8.zoom.us/j/91683315405?pwd=dXB0a1IxaHhVMlFibVUwVnBnNHcvZz09
ID de réunion : 916 8331 5405
Code secret : 766525

 

Mardi 18 Janvier 2022 – Conférence A. Even-Ezra “The games of thought: the changing context of analogizing in medieval France”

La philosophie médiévale à Condorcet – séance 2

“The games of thought: the changing context of analogizing in medieval France”

Ayelet Even-Ezra

Mardi 18 Janvier – 17h-19h – Campus Condorcet – Centre de colloques, salle 3.01

Lien vers le site du séminaire “La philosophie médiévale à Condorcet

 

Mercredi 26 Janvier 2022 : Conference A. Lammer “What is an Avicennian Theory of Time? Features and their Traces”

Séminaire de philosophie médiévale de Paris 1 “Le temps” – Séance 1

(organisation J.-B. Brenet et V. Decaix)

What is an Avicennian Theory of Time? Features and their Traces

Andreas Lammer (Radboud University Nijmegen)

Mercredi 26 Janvier 2022 – 17h-19h – salle de formation de la BIS

In response to various lines of reasoning in the preceding late ancient tradition of natural philosophy, Avicenna devised a complex theory of time (zamān). Within the overall largely Aristotelian physics of his magnum opus called The Cure (al-Šifāʾ), his understanding of time as a real feature of the universe could be considered the least Aristotelian component, i.e., the component with the strongest Platonist overtones. Irrespective of the question whether Avicenna was aware of the fact that he was actively trying to fuse disparate Aristotelian and Platonist elements into a coherent theory, his resulting conception bears distinctive, identifiable features which, in their combination, make up the “Avicennian Theory of Time.” If we wanted to trace the influence of that theory upon the Latin tradition, we should first single out these features and trace them independently. In the hope of spurring further research in the reception of Avicenna’s theory, this presentation will give an overview of its most salient features and provide some hints towards their Latin fortuna.

contact et réservation obligatoire : Veronique.Decaix[at]univ-paris1.fr ou Jean-Baptiste.Brenet[at]univ-paris1.fr 

Télécharger le programme complet du séminaire en pdf

 

 

Ch. Ehret, Agir en vertu d’un autre. Thomas d’Aquin et l’ontologie de l’instrument, Paris, Vrin, “Études de philosophie médiévale”, 2021.

Ch. Ehret, Agir en vertu d’un autre. Thomas d’Aquin et l’ontologie de l’instrument, Paris, Vrin, “Études de philosophie médiévale”, 2021.

 
La Physique d’Aristote est travaillée par un problème souterrain. D’après ses principes, ce qui est mû ne saurait mouvoir : un mû est en puissance et un moteur est en acte, de sorte qu’un moteur essentiellement mû est une contradiction. Le présent livre montre l’importance de ce problème dont la solution n’apparaît qu’avec le concept d’instrument élaboré au XIIIe siècle par Thomas d’Aquin.
Si l’instrument chez Thomas correspond au « moteur mû » aristotélicien, l’Aquinate ne s’en tient pas à cette formule lorsqu’il produit une théorie détaillée de la causalité instrumentale. À l’analyse, la notion de moteur mû se dissipe et l’instrument apparaît comme ce qui agit en vertu d’un autre. Cela signifie que l’agent principal donne son pouvoir (virtus) à l’instrument, qui le reçoit selon un être intentionnel (esse intentionale). Cette doctrine délicate ne se comprend qu’à condition de restituer la physique qu’elle dépasse et la métaphysique des pouvoirs à laquelle elle aboutit.

Charles Ehret, agrégé et docteur en philosophie, est chercheur associé au centre GRAMATA (Paris I – Panthéon-Sorbonne) et enseigne en lycée ainsi qu’à l’Université de Lille.

 

Vrin – Études de philosophie médiévale
240 pages – 16 × 24 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-3006-6 – décembre 2021
 
http://vrin.fr/book.php?title_url=Agir_en_vertu_d_un_autre_Thomas_d_Aquin_et_l_ontologie_de_l_instrument_9782711630066&search_back=&editor_back=%&page=1

Brill’s Companion to the Reception of Pythagoras and Pythagoreanism in the Middle Ages and the Renaissance, ed. Irene Caiazzo, Constantinos Macris, Aurélien Robert, Leiden-Boston: Brill, xv-495 p. (series “Brill’s Companions to the Classical Reception”, 24).

Brill’s Companion to the Reception of Pythagoras and Pythagoreanism in the Middle Ages and the Renaissance, ed. Irene Caiazzo, Constantinos Macris, Aurélien Robert, Leiden-Boston: Brill, xv-495 p. (series “Brill’s Companions to the Classical Reception”, 24).

 
Présentation de l’éditeur:
 
Une vaste palette de spécialistes offre une vue d’ensemble de la réception des idées pythagoriciennes au Moyen Âge et à la Renaissance, en apportant un éclairage nouveau, notamment sur le “Pythagore médiéval” de l’Occident latin, qui a été peu étudié. Ils explorent également la survie du pythagorisme dans les cultures arabe, juive et perse, adoptant ainsi une perspective multiculturelle. Leur souci commun est de détecter les sources de cette réception, et de suivre leur circulation dans des aires linguistiques diverses. Le lecteur peut ainsi avoir une vision panoramique des grands thèmes appartenant à l’héritage pythagoricien – philosophie des nombres et sciences du quadrivium ; éthique et mode de vie ; théologie, métaphysique et âme – jusqu’au début de l’époque moderne.
 
A wide range of specialists provide a comprehensive overview of the reception of Pythagorean ideas in the Middle Ages and the Renaissance, shedding new light especially on the understudied ‘Medieval Pythagoras’ of the Latin West. They also explore the survival of Pythagoreanism in the Arabic, Jewish, and Persian cultures, thus adopting a multicultural perspective. Their common concern is to detect the sources of this reception, and to follow their circulation in diverse linguistic areas. The reader can thus have a panoramic view of the major themes belonging to the Pythagorean heritage – number philosophy and the sciences of the quadrivium; ethics and way of life; theology, metaphysics and the soul – until the Early Modern times
 
 
 

Continuer la lecture

V. Cordonier, T. De Robertis (éd.), Chrysostomus Javelli’s Epitome of Aristotle’s Liber de bona fortuna. Examining Fortune in Early Modern Italy, Leiden, Brill, 2021

Chrysostomus Javelli’s Epitome of Aristotle’s Liber de bona fortuna   

Examining Fortune in Early Modern Italy 

  

Series: 

In this book, Valérie Cordonier and Tommaso De Robertis provide the first study, along with edition and translation, of Chrysostomus Javelli’s epitome of the Liber de bona fortuna (1531), the famous thirteenth-century Latin compilation of the chapters on fortune taken from Aristotle’s Magna Moralia and Eudemian Ethics. An Italian university professor and a prominent figure in the intellectual landscape of sixteenth-century Europe, Javelli (ca. 1470-ca. 1542) commented on nearly the entirety of Aristotle’s corpus. His epitome of the Liber de bona fortuna, the only known Renaissance reading produced on this work, offers an unparalleled insight into the early modern understanding of fortune, standing out as one of the most comprehensive witnesses to discussions on fate, fortune, and free will in the Western world.

10 décembre 2021 – Hommage à Dante en Sorbonne

700ème anniversaire de la mort de Dante

1321-2021

Hommage en Sorbonne

organisé par la Société Dantesque de France

Sous le haut patronage de l’Académie Française

10 décembre 2021, 17h, Amphithéâtre Richelieu

Programme :

  • Salut des professeurs Jean-Baptiste Brenet (Panthéon-Sorbonne) et Vincent Carraud (Sorbonne-Université)
  • Manuele Gragnolati (Sorbonne-Université) : “Pour un Dante pluriel et trtansnational”
  • Bruno Pinchard (président de la Société Dantesque de France) : “Les âges de Dante”
  • Jean-Luc Marion de l’Académie Française : “L’itinéraire de l’amour”
  • Concert hommage de Michaël Levinas : piano, Beethoven, Liszt
Entrée libre sur présentation du passe sanitaire, par le 17, rue de la Sorbonne.

Préinscription obligatoire à cette adresse.

Télécharger l'affiche en pdf.

 

Late Medieval Hylomorphism: Matter and Form, 1300–1600International Conference, 9–11 June, 2022, Institute of Philosophy, KU Leuven, Belgium

Late Medieval Hylomorphism: Matter and Form, 1300–1600

International Conference, 9–11 June, 2022, Institute of Philosophy, KU Leuven, Belgium

Call for Abstracts

Later medieval philosophers would claim that all bodies are compounds of matter and form. Yet, among themselves, their ways of conceiving of the two components tended to differ substantively. The conference “Late Medieval Hylomorphism” aims at disentangling the specificities of a long-lasting debate on hylomorphism, the scope and originality of which is still unknown. While hylomorphic issues in the late thirteenth and early fourteenth century have received some scholarly attention, the later history of Scholastic hylomorphism is still to be explored. What were the main disputes concerning hylomorphism in the period? What were the main positions? Who were the interesting thinkers defending unusual points of view? These questions unfold at different levels of the ontological examination of substances. For instance, the debate about the modality of existence of prime matter conceived of as either a pure potency or an entity in act had profound impact on the later tradition up to the seventeenth century. In a similar manner, the contentious thirteenth- and fourteenth-century question of whether there is a plurality of substantial forms in any compound is present into the early modern period; but were new positions, arguments, and ideas develop over the course of the centuries? Moreover, an important view in thirteenth-century hylomorphic debates was the so-called theory of “universal hylomorphism”, which seems to disappear from the later debate; but is this in fact the case? A like question can be asked about the Augustinian notion of seminal reasons (rationes seminales). Additional central questions about the later medieval debate on hylomorphism ask about the ontological distinction between super- and sublunary matters, and the roles played by prime matter and substantial form in the process of substantial change. And underlying all these issues, thinkers had to address the lurking worry that no well-grounded reasoning on matter and form is possible when neither of the hylomorphic constituents can be known.

Continuer la lecture

6 décembre 2021 : Séminaire “L’intention au Moyen Âge”

Séminaire EPHE, Section des Sciences Religieuses

L’intention au Moyen âge

Christophe Grellard (EPHE), Corinne Leveleux-Texeira (Université d’Orléans-EPHE), Irène Rosier-Catach (EPHE/CNRS), Raphael Eckert (Université de Strasbourg)

Le premier lundi de chaque mois, de 13h à 16h, salle 15, 54 boulevard boulevard Raspail. Le séminaire peut être suivi en visio-conférence, via l’application Teams : Cliquez ici pour participer à la réunion

Le concept d’intentio est une notion centrale dans la philosophie médiévale. Élaborée dans un cadre noétique et sémantique pour rendre compte de la façon dont l’esprit et le langage se rapportent au monde, il est réinvesti dans le domaine de l’éthique et du droit, où il accompagne les développements de la conscience morale jusqu’au seuil de la Modernité. Le but de ce séminaire interdisciplinaire est de clarifier les étapes de ce développement.

* 6 décembre : introduction et présentation du travail des années 2019-2020, et 2020-2021, par Christophe Grellard, Irène Rosier-Catach, Raphael Eckert, Corinne Leveleux-Texeira

* 7 février : Iacopo Costa (CNRS-LEM), “Intention et choix au cœur de l’action morale, de Thomas d’Aquin à Marsile de Padoue”

* 7 mars : Sarah Menzinger (Roma 3), “The perception of fiction in Medieval Canon Law (12th -13th c.)”

* 4 avril : Géraldine Cazals (Université de Bordeaux) : “Publier ou ne pas publier? L’intention auctoriale chez certains juristes français d’Ancien Régime »

* 9 mai : Julien Véronèse (Université d’Orléans) : “Sujétion, alliance ou amitié ? Des intentions des démons, des magiciens et des sorciers à la fin du Moyen Âge”

* 13 juin : Aurélien Robert (CNRS-Sphère) : “Sur quelques débats médiévaux autour de la mort volontaire (XIIIe-XIVe siècles)”