Archives de l’auteur : parimed

Séminaire d’histoire de la philosophie ancienne, médiévale et arabe – Le Désir (VI)

Séminaire d’histoire de la philosophie ancienne, médiévale et arabe

Le Désir (VI)

Vendredi 14 juin 2019 – salle Marc Bloch – Sorbonne, esc. C, 2e étage

 

  • 14h : Aurélien Robert (CESR, CNRS)Désir d’immortalité et mort volontaire : Aristote, Averroès et les commentateurs latins.
  • 16h : Géraldine Roux (Institut Rachi, Troyes) : Élan de l’âme et hesheq (amour passionné) dans la philosophie juive médiévale.

organisation : J.-B. Brenet et V. Decaix

Télécharger le programme en pdf

En raison des mesures de sécuritéinscription nécessaire à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr

 

 

Journée d’études doctorale GRAMATA

Journée d’études doctorale GRAMATA

Actes de pensée dans le Moyen Age latin et arabe

Jeudi 21 juin 2018

salle Klein 371 A – Paris 7-Paris Diderot, bâtiment Condorcet

 

9h00 :  Mathieu Eychenié : Duns Scot, philosophe des valeurs ? Sur la thèse d’habilitation de Heidegger


10h00 : Clémence Masson : La fiducia philosophantis dans la théorie de la jonction intellectuelle d’Albert le Grand


11h15 : Charles Ehret  : Contre les deux sujets de la pensée : deux sujets de la perception ? Retour sur l’argument du mur aveugle


12h15 : Déjeuner


14h15 : Pierre-Luc Desjardins : Sujet, objet et image : la notion d’abstraction dans l’anthropologie noétique de Maître Eckhart


15h15 : Charlotte Requillart : Anges et langage, introduction à l’étude des récits d’Avicenne


16h30 : Miriam Rogasch  : Averroès et al-Ghazâlî sur la place de la faculté cogitative dans le cerveau : Signe de l’humanité ou de l’animalité de l’homme ?

 

Télécharger le programme en pdf

 

Conférences “Le débat entre nominalistes et réalistes à la fin du Moyen Âge”

Alessandro Conti (Université de L’Aquila, Italie),

directeur d’études invité à l’EPHE

donne quatre conférences sur le thème :

Le débat entre nominalistes et réalistes à la fin du Moyen Âge

7, 14, 21 et 24 mai 2019, EPHE, Sorbonne, salle Léon Delamarre (D059)

  • Mardi 7 mai 2019, 18h-20h, Sorbonne, salle Léon Delamarre (D059)

La polémique entre Ockham et Burley au sujet de la supposition, des universaux et des catégories

  • Mardi 14 mai 2019, 18h-20h, Sorbonne, salle Léon Delamarre (D059)

Les critiques de Wyclif à l’encontre d’Ockham : logique, métaphysique et théologie

  • Mardi 21 mai 2019, 18h-20h, Sorbonne, salle Léon Delamarre (D059)

Johannes Scharpe et les réalistes d’Oxford

  • Vendredi 24 mai 2019, 17h-19h, Sorbonne, salle Léon Delamarre (D059)

Les derniers grands protagonistes : Paul de Venise contre Buridan et Marsile d’Inghen

*

Alessandro Conti est professeur d’histoire de la philosophie médiévale au Dipartimento di Scienze Umane de l’Université de L’Aquila (après avoir été pendant des années professeur associé au Dipartimento di Storia de la même université). Il est conseiller de la Research Foundation of Flanders (FWO, Belgique), du Research Council for Culture and Society de l’Académie de Finlande, et de l’agence internationale Fund for Scientific Research-FNRS (Bruxelles). Il a fait partie du comité de lecture des revues internationales British Journal for the History of Philosophy, Bulletin de Philosophie Médiévale, Documenti e studi sulla tradizione filosofica medievale, Journal of the History of Philosophy, Quaestio, Rivista di Filosofia, Rivista di Filosofia Neoscolastica, Traditio et Vivarium.

Conférences “Le libre arbitre et les anges rebelles dans la philosophie médiévale”

Tobias Hoffmann (Catholic University of America, Washington DC), directeur d’études invité à l’EPHE

donne quatre conférences sur le thème :

Le libre arbitre et les anges rebelles dans la philosophie médiévale

17-21-24 et 28 mai 2019, EPHE, Sorbonne et Maison des Sciences de l’Homme

  • Vendredi 17 mai 2019, 10h-12h, Sorbonne, salle Gaston Paris

Liberté et libre arbitre d’Anselme de Cantorbéry à Thomas d’Aquin

  • Mardi 21 mai 2019, 14h-16h, Maison des Sciences de l’Homme, salle 15

Liberté et libre arbitre d’Henri de Gand à Guillaume d’Ockham

  • Vendredi 24 mai 2019, 14h-16h, Maison des Sciences de l’Homme, salle 15

La cause première du mal et le péché de l’ange selon Thomas d’Aquin et Duns Scot

  • Mardi 28 mai 2019, 14h-16h, Maison des Sciences de l’Homme, salle 15

L’irréversibilité du choix des anges : les explications de Thomas d’Aquin et de Guillaume d’Ockham et ses implications pour la psychologie morale et l’éthique

*

Tobias Hoffmann est professeur de philosophie médiévale à la Catholic University of America à Washington, D.C. Après ses études de théologie et la philosophie à Fribourg en Brisgau et à Fribourg en Suisse, il a fait un doctorat à Fribourg en Suisse sur la théorie des idées divines selon Duns Scot et quelques scotistes. Ses recherches portent sur l’éthique et la métaphysique des XIIIe et XIVe siècles. Parmi ses publications récentes on trouve deux livres collectifs, A Companion to Angels in Medieval Philosophy (2012) et Aquinas and the Nicomachean Ethics, édité avec Jörn Müller and Matthias Perkams (2013). Il est en train d’écrire une monographie intitulée Free Will and the Rebel Angels in Medieval Philosophy dont la parution est prévue pour 2020.

Journée d’études – Ordres et impératif : approches philosophiques et linguistiques

Ordres et impératif : approches philosophiques et linguistiques

6 juin 2019 – École normale supérieure – salle 235 B, 29 rue d’Ulm

Pour les philosophes et les logiciens, l’énoncé déclaratif occupe une place privilégiée parmi les différents types d’énoncé. Porteur de vérité et de fausseté, il forme, chez Aristote, la matrice du raisonnement syllogistique et de tout discours scientifique. L’étude des énoncés non déclaratifs est reléguée par le Stagirite hors des limites de l’Organon. D’autres traditions de pensée ont été pourtant particulièrement sensibles à l’importance des ordres dans la langue et à la place qu’ils occupent dans toute communication : les juristes dans leur analyse du discours normatif, les grammairiens dans leur étude des modes verbaux et les théologiens, pour lesquels la création du monde repose sur un énoncé impératif divin. Différentes disciplines, en fonction de leurs besoins distincts, se sont ainsi affranchies d’une conception du langage centrée sur l’énoncé déclaratif pour l’envisager dans sa diversité.

Cette journée d’étude se propose de croiser différentes approches propres à quatre traditions autour de ce type particulier d’énoncé, l’énoncé impératif : logiciens et grammairiens grecs, théologiens et juristes musulmans, tradition syriaque, logiciens, grammairiens et théologiens latins. Il s’agit de dégager les problématiques communes qui relient les énoncés impératifs dans ces différentes traditions afin de voir l’orientation que donnent à l’étude du langage les questions relatives à l’ordre.

Programme :

10h-10h15 : Accueil et introduction.

10h15-11h : Frédérique Ildefonse (CNRS/ ENS, Centre Jean Pépin), « Ordre et impératif chez les stoïciens et chez Apollonius Dyscole ».

11h-12h : Ziad Bou Akl (CNRS/ ENS, Centre Jean Pépin), « Ordres et impératif chez les théologiens et les juristes musulmans ».

14h-15h : Margherita Farina (CNRS/ Paris 7, HTL), « Les sources des modes dans la tradition grammaticale syriaque : l’ordre et la requête ».

15h-16h : Costantino Marmo (Université de Bologne), « Ordonner et interdire chez les logiciens, les grammairiens et les théologiens du Moyen Âge latin (XIIe-XIIIe siècles) ».

Bruno Ambroise (CNRS/Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS) sera le répondant des interventions.

Télécharger le programme en pdf.

Télécharger l’affiche.

Colloque – Alain de Libera : état des lieux

Colloque – Alain de Libera : état des lieux

20-21 mai 2019 – Collège de France – amphithéâtre Maurice Halbwachs

La réponse, à l’époque, était qu’elle allait « là où est la philosophie » et qu’elle était « là où va la philosophie ». La formule n’engageait à rien.
Au terme d’un parcours de six ans, il est temps d’apporter une réponse plus explicite, cum fundamento in re. Le meilleur moyen d’y parvenir est que celles et ceux qui font exister cette discipline là où ils sont viennent dire eux-mêmes quels sont leurs projets, leurs résultats, leurs perspectives, leurs diagnostics, voire leur humeur – répondre en somme, collectivement, sur ce qu’auront été et, surtout, ce que seront les « travaux » qui nous rassemblent.
Notre « État des lieux ».

Lundi 20 mai :

  • 9h : Alain de Libera : Ouverture
  • 9h30 : Marwan Rashed (Univ. Paris-Sorbonne) : L’historiographie de la philosophie et la philosophie peuvent-elles de passer d’une histoire des systèmes ?
  • 10h : Jacob Schmutz (Univ. Paris-Sorbonne) : Ça ne s’arrête jamais. Scolastique médiévale et scolastique moderne.
  • 10h45 : pause
  • 11h : Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) : État des lieux : les lieux de la logique
  • 11h30 : Luisa Valente (La Sapienza) : La philosophie va aussi là où était la théologie. Gilbert de Poitiers et les Porretains en tant que “philosophes naturels”
  • 12h15 : déjeuner
  • 14h30 : Leone Gazziero (CNRS) : Ars Sophistica
  • 15h : Monica Brinzei (IRHT-CNRS) : Photo de groupe : Paris 1369
  • 15h45 : pause
  • 16h : Iacopo Costa (CNRS) : Pourquoi commenter Aristote ? Le projet de Thomas d’Aquin
  • 16h30 : Christophe Grellard (EPHE) : Théologie médiévale et modernité religieuse. Les origines de la tolérance religieuse
  • 17h : Dragos Calma (University College Dublin) : Les anonymes de l’anonyme : état des lieux sur le De causis

Mardi 21 mai :

  • 9h : Olivier Boulnois (EPHE) : Où va, d’où vient le compatibilisme ?
  • 9h30 : Irene Caiazzo (CNRS) : Quelle hérésie !
  • 10h : Aurélien Robert (CNRS) : L’atomisme avant la Physique (début XIIe siècle)
  • 10h45 : pause
  • 11h :  Philippe Büttgen (Univ. Paris 1) : Les Confessions
  • 11h30 : Christophe Erismann (Univ. de Vienne) : Étudier la philosophie à Byzance
  • 12h15 : déjeuner
  • 14h30 : Catherine König-Pralong (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) : Ça déménage
  • 15h : Jean-Baptiste Brenet (Univ. Paris 1) : La métamorphose : un exemple arabe de beau cauchemar théorique
  • 15h45 : pause
  • 16h : Véronique Decaix (Univ. Paris 1) : Se souvenir du futur
  • 16h30 :  Laurent Cesalli (Univ. de Genève) : L’histoire au passé composé : pour des CQR de second ordre
  • 17h15 : Alain de Libera : Conclusions
Télécharger le programme en pdf.

 

Conversations avec Alain de Libera

Conversations avec Alain de Libera

jeudi 9 mai 2019 14h-18h – Collège de France – salle 2 Marcelin Berthelot

Plusieurs jeunes chercheurs en philosophie médiévale, ou liés à elle, ont souhaité s’entretenir avec Alain de Libera, discuter de son oeuvre et de son enseignement. Plutôt qu’une série de conférences, ils ont retenu la forme libre d’une conversation, où se croiseront les réflexions, les remarques, les questions.

Avec :

  • Angela Beatriz Avalos (Collège de France / Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Vincente Cortés (Universitad Alberto Hurtado – Chili)
  • Mathieu Eychenié (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • David Simonetta (Collège de France)
  • Hamid Taieb (Université de Hambourg)
  • Caterina Tarlazzi (Université de Genève)

Télécharger le programme en pdf

 

Journée d’études doctorales GRAMATA

Journée d’études doctorales de GRAMATA

Philosophie antique et médiévale, arabe et latine

vendredi 1er mars et samedi 2 mars 2019 – Paris, Sorbonne

Vendredi 1er mars 2019 – salle D714 (10h-13h) et D621 (14h30-17h) :

  • Miriam Rogasch « Puissance accidentelle et causalité accidentelle chez Averroès »
  • Lucie Tardy « Propres, noms ou attributs ? La question de l’essence divine dans le Kashf d’Averroès »
  • Déjeuner (13h-14h30)
  • Yu Jung Sun « Articuler la puissance de l’Être : les megista gene dans le Sophiste de Platon »
  • Ulysse Chaintreuil « L’unité hylémorphique de la définition : une lecture de Métaphysique, Z, 12 »

Samedi 2 mars 2019 – salle Cavaillès, escalier C, 1er étage :

  • Clémence Masson « Aimer, jusqu’à l’extase (excessus) : Albert le Grand et l’érotique dionysienne »
  • Mathieu Eychenié « “Voir toujours le plus intérieur et l’ensemble du château” : la phénoménologie mystique du premier Heidegger »
  • Déjeuner (13h-14h30)
  • Axel Fouquet « L’être à l’épreuve du temps : typologie des existences temporelles chez saint Augustin »
  • Pierre-Luc Desjardin « Generatio imaginis : la (méta)physique de la béatitude chez Maître Eckhart »

Télécharger le programme en pdf

Colloque “Pierre Abélard, génie multiforme” – 29-30 novembre 2018

Pierre Abélard, génie multiforme

Colloque annuel de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris

jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2018 – ICP – 74, rue de Vaugirard – salle Z27

Étudiant terrible et maître illustre, amant légendaire et logicien virtuose, moine instable et abbé réformateur, poète de génie et philosophe précurseur, théologien prestigieux et deux fois condamné pour hérésie, auteur entre autres de commentaires sur Porphyre et sur la Bible, de traités sur la dialectique et sur la Trinité, de poèmes amoureux et liturgiques, et encore – dans le même dossier – d’une autobiographie controversée, d’une correspondance passionnée et d’une règle religieuse, Pierre Abélard n’est pas seulement une des figures les plus célèbres de tout le Moyen Âge, il en est aussi, comme homme, comme écrivain et comme penseur, une des plus riches, des plus complexes et des plus insaisissables. Aussi a-t-il semblé utile de rassembler autour de sa personne quelques spécialistes parmi les meilleurs de l’histoire, de la logique, de l’éthique, de la théologie, du droit, de la littérature et de l’historiographie du Moyen Âge, afin d’étudier sous divers angles l’originalité, la puissance et l’unité de cette personnalité remarquable du XIIe siècle.

**

Jeudi 29 novembre 2018

9h15 : Accueil

9h30 : Dominique Poirel (Institut de recherche et d’histoire des textes, ICP) : Introduction

L’homme

10h00 : Jacques Verger (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) : Pierre Abélard et le mouvement scolaire de son temps

10h45 : Pause

11h15 : Ana Irimescu Morariu (Institut de recherche et d’histoire des textes) : Le profil psychologique d’Abélard d’après ses écrits

14h00 : Guy Lobrichon (Université d’Avignon) : Le couple Abélard – Héloïse

14h45 : P. Arnaud Montoux (Institut catholique de Paris) : Abélard et Cluny : la demeure de Pierre

15h30 : Pause

Le philosophe

16h00 : Matthias Perkams (Université de Jena) : Pierre Abélard et la philosophie

16h45 : John Marenbon (Trinity College, Cambridge) : La relation chez Abélard

**

Vendredi 30 novembre 2018

09h00 : Caterina Tarlazzi (Université de Genève) : Abélard et les non-choses

09h45 :  Christophe Grellard (École pratique des hautes études) : L’éthique abélardienne

10h30 : Pause

Le poète, le théologien et l’auteur d’une règle religieuse

11 h. 00 Pascale Bourgain (École nationale des chartes)

Pierre Abélard poète

11h45 : Dominique Poirel (Institut de recherche et d’histoire des textes, ICP) : Pierre Abélard théologien

14h00 : Alexis Grelois (Université de Rouen) : Pierre Abélard et la règle du Paraclet

La postérité

14h45 : Jean-René Valette (Sorbonne Université) : Pierre Abélard et les langages de l’amour

15h30 : Laurent Avezou (Lycée Pierre de Fermat, Toulouse) : La figure d’Abélard dans la littérature moderne et contemporaine.

16h15 : Pause

16h45 : Conclusions

Inscriptions souhaitées sur Eventbrite en cliquant sur ce lien.

Workshop “Dante à Strasbourg” – 11-12 octobre 2018

Dante à Strasbourg. La collection de Karl Witte (BNU Strasbourg)

11-12 octobre 2018 – Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg

Organisation : Enrica Zanin et Gianluca Briguglia avec la collaboration de Johannes Barthuschat, Daniel Bornemann, Christophe Didier, András Schuller.

Partenaires : Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg, Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (EA 2326), Configurations Littéraires (EA 1337), Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, Faculté de Philosophie de l’Université de Strasbourg, Goethe Institut, Institut Universitaire de France, Istituto Italiano di Cultura, Service de l’action culturelle de l’Université de Strasbourg, Théâtre National de Strasbourg.

 *

La très riche collection d’œuvres dantesques de Karl Witte (1800-1883) a été acquise par la bibliothèque de Strasbourg, quand la ville était en Allemagne. Depuis son retour en France, la collection du philologue allemand est tombée dans l’oubli. Cette journée d’étude sera l’occasion de redécouvrir et de contextualiser ce fonds Continuer la lecture

Journées thomistes 2018 : “Le corps humain selon Thomas d’Aquin : nature et destinée”

Journée d’études

Le corps humain selon Thomas d’Aquin : nature et destinée

Vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre 2018 – Le Saulchoir, 45 rue de la Glacière – Paris

 

Le corps humain est l’objet de débats variés dans l’université médiévale. La prochaine Journée thomiste croisera les lectures historiques, philosophiques et théologiques de problèmes débattus au Moyen Âge, portant sur la nature du corps humain, sa spécificité dans le monde des vivants, son rapport à l’esprit et aux autres corps, son rôle dans l’individuation de la personne, sa destinée, sa place dans le bonheur et la gloire ultimes. Enfin, dans quelle mesure ces débats légitimaient-ils les manières dont le corps devait être concrètement soigné ou maltraité ?

Avec la participation de Gilles Berceville, (Commission léonine, ICP), Marta Borgo (Commission léonine), Carla Casagrande (Università di Pavia), Iacopo Costa (Commission léonine, LEM), Catherine König-Pralong (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), Philippe Lefèbvre (Université de Fribourg), Jean-Christophe de Nadaï (Commission léonine), Pasquale Porro (Université Paris-Sorbonne), Nicolas Warembourg (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Nicolas Weill-Parot (EPHE), Gabriella Zuccolin (Università di Pavia).

La Journée thomiste est organisée par la Société thomiste avec le concours de la Commission léonine, de l’Université Paris-Sorbonne et du Laboratoire d’études sur les Monothéismes (CNRS-UMR 8584).

Contact : Adriano Oliva

*

Vendredi 30 novembre

14h15 : Accueil – Adriano Oliva (Commission léonine / CNRS, PSL, LEM, Paris)

Présidence : Ruedi Imbach (Sorbonne Université, Paris)

14h30 : Philippe Lefebvre (Université de Fribourg, Suisse) : Dieu a-t-il un corps ? Une grande question biblique

15h15 :  Nicolas Weill-Parot (EPHE, Paris) : Du corps inanimé à l’homme : forme spécifique,  forme substantielle et propriété occulte chez Thomas d’Aquin

16h00  : Pause

16h15 : Iacopo Costa (Commission léonine / CNRS, PSL, LEM, Paris) : Génération charnelle et transmission du péché. L’approche de Thomas d’Aquin

17h00 : Pasquale Porro (Sorbonne Université, Paris) : Corps et essence humaine. La doctrine de l’unicité  de la forme substantielle comme trait distinctif du thomisme

17h45 : Marta Borgo, Olivier Boulnois, Ruedi Imbach, Marc Millais, Jean-Christophe de Nadaï : Présentation de quelques ouvrages de philosophie et de théologie médiévales

*

Samedi 1er décembre

Présidence : Camille de Belloy (RSPT, Paris)

9h45 : Gabriella Zuccolin (Università di Pavia) : Thomas d’Aquin sur la complexion corporelle

10h30 : Carla Casagrande (Università di Pavia): Transmutatio corporalis. Le corps et les passions selon Thomas d’Aquin

11h15 : Pause

11h30 : Catherine König-Pralong (Universität Freiburg im Br.) : L’anatomie du corps ressuscité comme matrice anthropologique chez Thomas d’Aquin

Présidence : Pasquale Porro (Sorbonne Université, Paris)

14h00 :  Jean-Christophe de Nadaï (Commission léonine, Paris) : La sépulture comme aumône corporelle. Son statut dans le septénaire des œuvres de miséricorde

14h45 : Nicolas Warembourg (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Exquirere veritatem tormentis secundum iustitiam. A propos d’un passage de l’Expositio super Job sur la licéité de la torture judiciaire

15h30 :  Pause

15h45 : Gilles Berceville (Commission léonine / ICP, Paris) : Corps physique, corps social, corps ecclésial. L’usage de Thomas d’Aquin dans Torture et eucharistie de W. Cavanaugh

16h30  : Marta Borgo (Commission léonine, Paris) : Conclusions

Télécharger le programme en pdf

Continuer la lecture

Colloque international “Étienne Gilson (1884-1978), médiéviste et philosophe, homme de foi et homme d’action”

Colloque international

“Étienne Gilson (1884-1978), médiéviste et philosophe, homme de foi et homme d’action”

19 et 20 septembre 2018 – 9h30 à 18h30 – Sorbonne, amphithéâtre Louis Liard

Étienne Gilson enseignant à Berkeley, Californie, 1969 © Ingeborg Gerdes ; cliché de : University of St. Michael’s College Archives (Pontifical Institute of Mediaeval Studies), Toronto.

Ce colloque, organisé par Michel Cacouros, est consacré aux différentes facettes de l’activité d’Étienne Gilson. Il s’ouvre le jour du quarantième anniversaire de la disparition du philosophe (19 septembre 1978) et réunit plusieurs spécialistes venant de diverses institutions de l’Europe, du Canada et des États-Unis.

Grand historien de la philosophie occidentale au Moyen Âge, auteur d’une œuvre abondante et de notoriété internationale, Étienne Gilson a contribué à la meilleure connaissance de la philosophie médiévale en France, plus généralement en Europe, de même qu’outre-Atlantique, où il est devenu un véritable « constructeur d’institutions ». Il a fait découvrir ou redécouvrir des auteurs très importants pour la culture européenne, tels Bernard de Clairvaux, Bonaventure, Thomas d’Aquin, Dante et Descartes. Il a par ailleurs joué un rôle international dans le domaine humanitaire et social et contribué au renouveau de la pensée chrétienne. Directeur d’études à l’EPHE, section des sciences religieuses (1921-1942), et professeur à l’Université de Paris (1927-1932), il fut élu professeur au Collège de France en 1932 et reçu à l’Académie française en 1946.

Participants : I. Agostini (Centro Internazionale di Ricerca su Descartes et il Seicento, Lecce, Italie) ; J.-Chr. Bardout (Univ. de Rennes 1) ; M. Borghesi (Università di Perugia) ; O. Boulnois (EPHE, PSL) ; M. Cacouros (EPHE, PSL) ; H. Donneaud o.p. (Institut catholique de Toulouse) ; R. J. Fafara (International Gilson Society, États-Unis) ; J. K. Farge CSB (Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto) ; M. Fourcade (Univ. Paul-Valéry Montpellier 3) ; Ch. Grellard (EPHE, PSL) ; P. Henriet (EPHE, PSL) ; Th.-D. Humbrecht , o.p. (Institut catholique de Toulouse) ; P.-Ph. Jandin (Collège international de philosophie, Paris) ; J. Lagouanère (Univ. Paul-Valéry Montpellier 3) ; P. Jaroszynski (Univ. de Lublin, Pologne) ; F. Michel (Univ. Panthéon-Sorbonne Paris 1) ; F. A. Murphy (Indiana University, États-Unis) ; J. Prévotat (Univ. Charles-de-Gaulle Lille 3) ; P. Redpath (International Gilson Society, États-Unis) ; M. Veuille (EPHE, PSL).

Télécharger le programme complet en pdf.

Colloque placé sous le haut patronage de M. Gilles Pécout, Recteur de la Région académique Île-de-France, Recteur de l’académie de Paris, Chancelier des universités de Paris.
Organisé par Michel Cacouros.
Comité scientifique :
Michel Cacouros, Christophe Grellard et Patrick Henriet
Colloque réalisé avec le concours de Norton Rose Fulbright et de Safe Bulkers Management Limited et avec la participation de l’équipe Saprat EA 4116
Contact : Michel Cacouros
L’inscription au colloque est obligatoire, à l’adresse mail de contact.

Journées d’études – Metaphysical Foundations of Ethics (Middle Ages, Early Modern Times)/ Les fondements métaphysiques de l’éthique

Journées d’études

Metaphysical Foundations of Ethics (Middle Ages, Early Modern Times)

Les fondements métaphysiques de l’éthique (Moyen Âge, Modernité)

13-14 septembre 2018 – Sorbonne – salles H 627 (escalier U) et D 059 (escalier E)

 

Journées d’études organisées par Sonja Schierbaum (Universität Hamburg), Magali Roques (Universität Hamburg), et Christophe Grellard (LEM/EPHE, PSL).
Avec le soutien de l’EPHE, de PSL, du LEM (Laboratoire d’études des monothéismes), de l’IUF (Institut universitaire de France) et du CESR (Centre d’études supérieures de la Renaissance).

 

Jeudi 13 septembre 2018 – Sorbonne, salle H627, 14h-19h :

  • Introduction
  • Joseph Stenberg (Humboldt Universität) : “Mapping Morals onto Metaphysics: the case of Happiness in Aquinas”
  • Sonja Schierbaum (Hamburg Universität) : “The Metaphysical Foundations of Virtues : the Accounts of two Voluntarists”
  • Pause
  • Henrik Lagerlund (Stockholm University) : “Willing Evil : two 16th ventury Views”
  • Laurent Jaffro (Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne) : “James Dalrymple, 1st Viscount Stair (1619-1695), on the Metaphysicale Basis of Moral and Legal Normativity”

 

Vendredi 14 septembre 2018 – Sorbonne, salle D059, 9h30-12h30 :

  • Atelier de lecture du De connexione virtutum de Guillaume d’Ockham
    • Article 1er, présenté par Christophe Grellard
    • Pause
    • Article 2, présenté par Magali Roques
    • Discussion générale :
      • Participants : Christophe Grellard (EPHE, PSL) ; Aurélien Robert (CNRS, Tours) ; Magali Roques (Hamburg) ; Sonja Schierbaum (Hamburg).

**

Contact : Christophe Grellard

Télécharger le programme en pdf.

Journées d’études – Gilson et Blumenberg

Journées d’études – Collège de France – Chaire d’histoire de la philosophie médiévale

Gilson et Blumenberg

30-31 mai 2018 – Collège de France – Amphithéâtres Halbwachs/Guillaume Budé

Étienne Gilson (1884-1978) et Hans Blumenberg (1920-1996) offrent deux figures paradigmatiques pour appréhender la place du Moyen Âge dans l’histoire de la philosophie et penser son lien avec la modernité. Étienne Gilson, moderne devenu antimoderne, montre dans sa thèse en 1913 les soubassements médiévaux de la pensée de Descartes. Découvreur d’un continent, celui de la philosophie médiévale, que la Sorbonne de son temps tenait non pas pour une terra incognita mais pour une terre inutile et obscure, Étienne Gilson est l’auteur d’une œuvre dont la méthode historique est le principe d’ordre et qui se déploie vers l’engagement politique, la « philosophie chrétienne » et la théologie.

Depuis la traduction de La légitimité des temps modernes en 1999 l’œuvre de Hans Blumenberg a suscité peu de débats chez les médiévistes français. Pourtant, en s’opposant aux différentes versions de la thèse de la sécularisation, Blumenberg questionnait directement la place du Moyen Âge dans l’histoire de la philosophie, au moment même où la philosophie médiévale commençait à trouver sa place dans le monde académique. Le geste moderne n’avait pas consisté à reprendre, de manière déguisée, des concepts théologiques du Moyen Âge sous une forme séculière mais constituait au contraire une rupture forte, quoique protéiforme, avec la pensée scolastique. Mais Blumenberg reconnaissait toutefois qu’une partie de la théologie médiévale, en particulier dans le camp des nominalistes, avait d’une certaine manière permis l’avènement du rationalisme moderne. Même si la documentation de Blumenberg est aujourd’hui périmée, certaines de ses hypothèses semblent conserver une indéniable valeur heuristique. Que peut donc retirer le médiéviste de la lecture de cette œuvre ? Quel bilan pouvons-nous en tirer près de vingt ans après la parution du livre en France ?

L’enjeu de ces journées d’études est de penser avec Gilson et Blumenberg, et contre eux aussi au besoin, en vue d’éclairer cette zone grise entre Moyen Âge et modernité.

Télécharger le programme en pdf.