Archives de catégorie : Tous les articles

J. Brumberg-Chaumont, C. Rosental (ed.), Logical Skills, Cham, Springer, 2021.

Comprehensively examines two opposing conceptions of logical skills, allowing readers to approach logic from a new interdisciplinary, non-reductionist perspective

Employs an interdisciplinary approach to explore the social and political issues raised by logic over the course of history

Utilizes a clear and engaging style to present a socio-historical examination of logical skills that is accessible to students, researchers, and academics alike

Table of content:

  • https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-58446-7#toc

2 décembre 2021 : Les jeudis de la philosophie arabe de l’IMA – séance 3

En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe lance, en partenariat avec Philosophie Magazine, un tout nouveau cycle de rencontres, chaque premier jeudi du mois à partir d’octobre 2021 : Les Jeudis de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Séance 3 : Jeudi 2 décembre 2021 – 19h

Institut du Monde Arabe – salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Création ou éternité du monde ? Un débat entre philosophes et théologiens

Lucille El Hachimi et Yamina Adouhane

L’intervention présentera la controverse sur l’éternité du monde, telle qu’elle s’est déployée dans le monde arabe entre les IXe et XIIe siècles. De Kindī à Averroès en passant par Fārābī et Avicenne, tous les grands noms de la philosophie arabe se sont emparés de cette question : le monde a-t-il un commencement ou est-il éternel ? Pour éclairer les enjeux et les particularités de cette controverse, nous remonterons aux origines de celle-ci chez les Grecs et verrons comment les termes en sont renouvelés en terre d’Islam.
  • Yamina Adouhane est docteure en philosophie et professeure agrégée au lycée Navarre-Leclerc d’Alençon. Sa thèse soutenue en 2015 (ENS) étudie les liens entre théologie et philosophie dans le monde musulman à travers la traduction et le commentaire d’un ouvrage méconnu du théologien occidental Miklātī qui s’attache, dans la tradition de Ghazālī, à réfuter les doctrines d’Avicenne et d’Averroès.
  • Lucile El Hachimi est docteure en philosophie et professeure agrégée au lycée André Malraux de Montereau. Sa thèse soutenue en 2019 (Sorbonne Université) s’intéresse à l’articulation du théorique et du pratique chez le philosophe arabe Fārābī et particulièrement sur la manière dont cet auteur, dans l’héritage aristotélicien, intègre l’éthique à la métaphysique.

Séance présentée par Maati Kabbal, responsable des Jeudis de l’IMA

4 Novembre 2021 : Les jeudis de la philosophie arabe de l’IMA – séance 2

En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe lance, en partenariat avec Philosophie Magazine, un tout nouveau cycle de rencontres, chaque premier jeudi du mois à partir d’octobre 2021 : Les Jeudis de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Séance 2 : Jeudi 4 novembre 2021 – 19h

Institut du Monde Arabe – salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Démontrer et soigner

Ali Benmakhlouf, Abdelouahab Rgoud

À l’âge classique de la civilisation arabo-musulmane, du VIIIe au XIVe siècle, de multiples paradigmes se rencontrent, se mêlent, se fécondent, se combattent parfois, se confrontent souvent. Qu’il s’agisse, par exemple, des paradigmes théologiques ou juridiques, tous ont pour point commun une interrogation sur les frontières entre les notions de Vrai (Ḥaqq) et de Valide (Ṣaḥîḥ), de Théorique et de Pratique, etc. Chaque fois, la question de savoir quel type de discours (rhétorique, dialectique, démonstratif) doit être employé est cruciale.
Au sein même de la philosophie, la médecine, science pratique par excellence, et la métaphysique, science théorique suprême, constituent deux modèles que nous nous proposons d’analyser sous cet angle particulier : démontrer et soigner. 

 

Continuer la lecture

En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe lance, en partenariat avec Philosophie Magazine, un tout nouveau cycle de rencontres, chaque premier jeudi du mois à partir d’octobre 2021 : Les Jeudis de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Séance 2 : Jeudi 4 novembre 2021 – 19h

Institut du Monde Arabe – salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Démontrer et soigner

Ali Benmakhlouf, Abdelouahab Rgoud

À l’âge classique de la civilisation arabo-musulmane, du VIIIe au XIVe siècle, de multiples paradigmes se rencontrent, se mêlent, se fécondent, se combattent parfois, se confrontent souvent. Qu’il s’agisse, par exemple, des paradigmes théologiques ou juridiques, tous ont pour point commun une interrogation sur les frontières entre les notions de Vrai (Ḥaqq) et de Valide (Ṣaḥîḥ), de Théorique et de Pratique, etc. Chaque fois, la question de savoir quel type de discours (rhétorique, dialectique, démonstratif) doit être employé est cruciale.
Au sein même de la philosophie, la médecine, science pratique par excellence, et la métaphysique, science théorique suprême, constituent deux modèles que nous nous proposons d’analyser sous cet angle particulier : démontrer et soigner. 

 

Continuer la lecture

8 novembre 2021 – Conférences “Logique et philosophie” – Ana Maria Mora Marquez “La dialectique médiévale comme méthode scientifique”

Conférences de l’école doctorale de philosophie de Paris 1

séminaire organisé par M.-D. Couzinet

Séance 1 : “Logique et épistémologie”

Salle des commissions (Panthéon, 12 rue du Panthéon, 75005 – 18h00-20h30

 

A. M. Mora Marquez (University of Göteborg)

« La dialectique médiévale comme méthode scientifique »

Répondant/e : Julie Brumberg (CNRS, LEM, PSL)

*

Continuer la lecture

PhD Scholarship Early-Modern Nominalism (deadline: 31 Octobre 2021)

PhD Scholarship Early-Modern Nominalism

Deadline: 31 October 2021 | PhD Scholarship, History of seventeenth century philosophy (Prof. J. Schmutz)

Infos: https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/isp/cdwm/actualites/phd-scholarship-early-modern-nominalism.html

français ci-dessous

The candidate will write a PhD dissertation under the supervision of Prof. Jacob Schmutz at UCLouvain. The proposed field is: The Reception of Nominalism in the Seventeenth Century, with a subject chose in the domain of logic (e.g. theory of universals or distinctions), theory of perception or knowledge (e.g. ideas and concepts of things), ethics (e.g. the relationship between intellect and will in the explanation of action). Other subjects can be suggested. The study will be conducted in one of the following corpuses, in accordance with the supervisor:
The textual tradition of medieval nominalism in the Seventeenth Century: its presence in the early-modern textbooks of logic and metaphysics
Nominalism among major authors, in particular Descartes, Hobbes and Locke
The specific study of an ‘authentic’ or at least self-described nominalist of the seventeenth century, for instance Pedro Hurtado de Mendoza SJ (Salamanca), André Salabert (France), Obadiah Walker (Oxford), Fulgentius Schautheet OESA (Louvain and Ghent).

The candidate will conduct her/his research at the Centre De Wulf-Mansion of the Institut Supérieur de Philosophie, and will participate in the activities of the Centre.
The dissertation can be written in French or in English.

Prerequisites
MA / MPhil in philosophy, with a clear interest in history of philosophy
A good command of English and ideally Latin
Knowledge of research tools
Skills in digital humanities are particularly welcome

Duration of the project
The initial scholarship is of 24 months, with a possibility of extension. The amount of the scholarship is ca. € 2060,-
Starting date: 1 January 2022, negotiable

How to apply?

Applications must be submitted to Dr. Jacob Schmutz (Jacob.schmutz@uclouvain.be) before 31 October 2021. They must include:
Cover letter
Curriculum vitae
The name of two academics familiar with your studies


Date limite de candidature : 31 octobre 2021 | Financement doctoral, histoire de la philosophie au XVIIe siècle (Prof. J. Schmutz)

Projet sur l’histoire du nominalisme moderne

Le/la candidat(e) rédigera une thèse de doctorat sous la direction du Prof. Jacob Schmutz à l’UCLouvain avec pour champ principal la réception du nominalisme au XVIIe siècle, avec une problématique choisie dans le domaine la logique (ex. : théorie des universaux et des distinctions), la théorie de la perception et de la connaissance (ex. : les idées et les concepts des choses), l’éthique (la relation entre intellect et volonté dans l’analyse de l’action). D’autres suggestions sont possibles.

L’étude sera menée dans l’un ou plusieurs des corpus suivants, en accord avec le promoteur :

    La tradition textuelle du nominalisme médiéval au XVIIe siècle : sa présence dans les cours de logique et de métaphysique
    Le nominalisme chez les grands auteurs de l’âge classique, en particulier Descartes, Hobbes et Locke
    L’étude d’un “nominaliste authentique” du XVIIe siècle, par exemple Pedro Hurtado de Mendoza SJ (Salamanque), André Salabert (France), Obadiah Walker (Oxford), Fulgentius Schautheet OESA (Louvain et Gand)

Le/la candidat(e) fera sa recherche dans le cadre du Centre De Wulf-Mansion à l’Institut Supérieur de Philosophie et participera aux activités du Centre.

La thèse de doctorat pourra être rédigée en langue française ou en langue anglaise.

Prérequis

    Master en philosophie, avec un intérêt démontré en histoire de la philosophie
    Bonne maîtrise de l’anglais et idéalement du latin
    Maîtrise des outils de recherche
    Une compétence en humanités numériques est un plus

Durée du projet

L’engagement initial est de 24 mois, avec possibilité d’extension. La bourse (défiscalisée) proposée est approx. 2060,- € net.

Entrée en fonction : 1er janvier 2022, négotiable

Comment candidater ?

Les candidatures doivent être soumises à M. Jacob Schmutz (jacob.schmutz@uclouvain.be) avant le 31 octobre 2021. Elles devront comprendre

    Lettre de motivation
    Curriculum vitae
    Le nom de deux académiques familiers de votre parcours

PHD Position in Medieval Philosophy (Deadline 18.11.21)

Job description
Applications are invited for a fully funded, 3-years PhD position within the research project ANR ANTHRAME:

Les pouvoirs de l’âme. Anthropologie de l’expérience (XIV-XVI siècles Italie), led by Prof. Dr. Fosca Mariani Zini (University of Tours, CESR UMR 7323)

financed by ANR France (117000 €=.3 years), based at the Centres des Etudes Supérieures de la Renaissance, Université Francois Rabelais Tours.

https://cesr.cnrs.fr/recherche/projets-de-recherche

Required qualifications

  • research master’s or master’s degree in a history of medieval and /or humanistic philosophy
  • excellent command of French, Italien,  German and English;
  • experience in reading old handwriting in Latin palaeography;
  • interest in methodological and theoretical discussions in the field of history of philosophy
  • a strong motivation to complete a PhD dissertation in 3 years;
  • ability to work independently whilst also a team player.  

How to apply
Applications should be made in French, Italian, German, English or Spanisch and contain the following materials:

  • short statement (c. 1,000 words), explaining your motivation for applying;
  • curriculum vitae;
  • copies of MA diploma and list of grades;
  • copy of MA thesis;
  •  

Deadline for applications: 18.11. 2021. Interviews (per video) with selected candidates will be held on 13-14. 12. 2021

 

Apply Adresse: fosca.mariani@univ-tours.fr

 

4 décembre 2021 : Journée d’études “Journée thomiste 2021 – Penser l’hospitalité au Moyen Âge”

Journée thomiste 2021

Penser l’hospitalité au Moyen Âge

samedi 4 décembre 2021 – salle Dumont – Le Saulchoir – 45, rue de la Glacière 75013 Paris

 

10 h 00  Benoît BOURGINE (Université Catholique, Louvain-la-Neuve), Hospitalité : enjeux théologiques contemporains

10 h 45   Bénédicte SÈRE (Université Paris Nanterre, Paris), Au risque de l’hospitalité : dire autrui en régime chrétien

11 h 30   Pause

11 h 45   Adriano OLIVA (Commission léonine / CNRS, PSL, Paris), Être l’ami du lointain : Thomas d’Aquin et ses sources

12 h 30   Iacopo COSTA (Commission léonine / CNRS, PSL, Paris), Les 30 ans de la Bibliographie annuelle du Moyen Âge tardif (BAMAT)

12 h 45   Pause

14 h 30   Gilbert DAHAN (École Pratique des Hautes Études, Paris), Le devoir d’hospitalité dans l’exégèse médiévale de l’Ancien Testament (xiie-xive siècles)

15 h 15   Gilles BERCEVILLE (Commission léonine / Institut Catholique, Paris), « Donc, désormais, vous n’êtes plus des hôtes et des étrangers » : L’exégèse universitaire d’Éphésiens 2, 11-22 (xiiie-xve siècles)

16 h 00   Pause

16 h 15   Présentation de quelques ouvrages de doctrines médiévales

Continuer la lecture

9 décembre 2021 : LEM “La théologie comme science” – J. Brumberg-Chaumont “Retours logiciens sur la théologie comme science”

Les jeudis du LEM

Cycle “La théologie comme science”

Retours logiciens sur la théologie comme science

Julie Brumberg-Chaumont

jeudi 9 décembre 2021

Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.01/3.03

*

Ce programme collectif du LEM consacré à « la théologie comme science » souhaite répondre à l’exigence de considérer, non seulement le fait religieux, mais la rationalité religieuse. Il semble nécessaire de comprendre, non seulement les
faits historiques, sociologiques, littéraires, etc., mais leur sens. La discipline qui
en traite a pris le nom de théologie.
Cette discipline est devenue, de l’Antiquité à l’époque moderne, et sans doute
au-delà, la structure porteuse de la rationalité occidentale. Pourtant, le terme est ambigu. Il désigne tantôt la compréhension d’une religion par elle-même, dans ses propositions fondamentales, tantôt la compréhension du divin par un discours rationnel, qu’il soit extérieur ou non à cette culture ou tradition religieuse. C’est pourquoi une étude de la théologie comme science a un double objet :
étudier comment, d’une part, la spéculation métaphysique sur les dieux, le
divin et Dieu, s’est transformée en « science théologique ». Cette spéculation
s’est vue couronner, y compris dans la pensée grecque (néoplatonicienne), d’une révélation d’origine divine ;
montrer comment, d’autre part, les religions monothéistes se sont construites en théologies, sur les canons de la rationalité grecque.
Cette enquête ne peut manquer d’évoquer trois problématiques.

Celle de l’universel et du particulier : les théologies philosophiques sont-elles ou non une partie de la philosophie première ? Peut-on considérer le logos grec comme une forme sans contenu, appliquée aux traditions religieuses (juive, puis chrétienne, puis musulmane) comme à un contenu sans forme ?
Celle de la science maîtresse et de la science ancillaire : est-ce la théologie rationnelle qui doit avoir le dernier mot sur la révélation, ou l’inverse, et doit-elle se guider sur elle ?
Celle de l’interprétant et de l’interprété : qui interprète qui ? les récits mythiques, bibliques ou coraniques doivent-ils être mesurés par l’aune de la raison ? Ou est-ce au contraire, la raison qui doit s’adapter à leurs récits complexes,  voire contradictoires, pour en justifier tous les méandres ?
Il importe d’adopter ici une perspective historique, qui ressaisisse la parfaite 
continuité entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Un séminaire s’efforcera de problématiser la question, à partir d’une étude historique qui partira de l’Antiquité,  dans son « ouverture » au Moyen Âge

Renseignements : Claire Raynal

 

7-8 octobre 2021 : Colloque “Faire image : dispositifs optiques à la période médiévale”

Faire image : dispositifs optiques à la période médiévale

organisé par Aurélie Barre et Lydie Louison

7 et 8 octobre 2021 – 9h45/18h et 10h/16h45

15, quai Claude-Bernard, Lyon 7e – Amphithéâtre Huvelin

Avec les interventions de : Aurélie BARRE, Élisabeth BONCOUR, Olivier BOULNOIS, Marie-Céline ISAÏA, Thomas LE GOUGE, Olivier LEPLATRE, Lydie LOUISON, Christopher LUCKEN, Philippe MAUPEU, Fabienne POMEL, Brigitte ROUX, Élisabeth RUCHAUD, Mireille SÉGUY, Christian TROTTMANN, Marion UHLIG, Cécile VOYER.

Voir le programme complet
Voir l'affiche de l'événement

 

18-19 Novembre 2021 : Colloque “Raoul le Breton, les artiens et les théologiens : formes de savoir à Paris à la fin du XIIIe siècle”

Raoul le Breton, les artiens et les théologiens : formes de savoir à Paris à la fin du XIIIe siècle

Colloque organisé dans le cadre du projet ‘Britonis opera philosophica’

18-19 Novembre 2021, Campus Paris VII, 75013

Jeudi matin : Présidente Ana María Mora-Márquez

9h00 Marta Borgo (Comissio Leonina): « Les notions de nature et cause entre physique et métaphysique »

10h00 Silvia Donati (Albertus Magnus Institut) : « Matter and potency in the commentary tradition of the Physics »

11h30 Laurent Cesalli (Université de Genève): « Le réalisme de Raoul le Breton »

Jeudi après-midi : Présidente Irène Rosier-Catach

15h00 Véronique Decaix (Université Paris 1): « Mémoire et reminiscence chez Raoul le Breton »

16h30 Aurora Panzica (Université de Fribourg) : « Raoul le Breton en langue vernaculaire: une traduction italienne de ses Questions sur les Météorologiques »

Vendredi matin : Président Laurent Cesalli

9h00 Aurélien Robert et Sabine Rommevaux-Tani (CNRS-SPHERE) : « La science mathématique dans les Questiones mathematice de Raoul le Breton »

10h00 Andrea Tabarroni (Università degli studi di Udine): « Le Magister Sex Principiorum e la Monarchia di Dante »

11h30 Charles Girard (Université de Genève): « Les modes communs de Raoul le Breton et leurs interprétations »

Vendredi après-midi : Président Tobias Hoffmann

14h00 Parwana Emamzadah (Université de Genève): « Le syllogisme sophistique selon Raoul le Breton »

15h00 Valérie Cordonier (CNRS-SPHERE) : « La philosophie morale aristotélicienne selon Gilles de Rome »

16h30 Iacopo Costa (CNRS-LEM, Comissio Leonina): « L’amitié selon Raoul le Breton »

17h30 Mots de départ

 

 

18-20 novembre 2021 : Colloque “Littérature et pensée scolastique en France, XIIIe-XVe siècles”

Colloque

Littérature et pensée scolastique en France (XIIIe-XVe siècles)

sous le haut patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

organisé par Sorbonne Université, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université Paul-Valéry, avec le soutien de l’équipe Étude et édition de textes médiévaux (Sorbonne Université), du laboratoire ALTER (UPPA) et du Centre d’Études médiévale de Montpellier (Université Paul-Valéry)

18-20 Novembre 2021, Paris, Saulchoir, Sorbonne, Académie des Inscriptions et Belles Lettres

L’avènement de la pensée scolastique va de pair avec le développement des universités et des studia ouverts par les ordres mendiants. Il marque une évolution, voire une rupture, par rapport aux modes de pensée antérieurs, notamment augustiniens, pour atteindre son apogée au XIIIe siècle, avec d’amples œuvres pétries d’aristotélisme. Cherchant à concilier foi et raison, à fonder la foi sur l’exercice de la raison (fides quaerens intellectum), la scolastique renouvelle les processus intellectuels en accordant une importance prépondérante à la dialectique (Sic et non d’Abélard) et à l’exercice de la logique, dans l’espoir de « clarifier les dogmes » (Thomas d’Aquin). Elle se caractérise par une formalisation nouvelle et contraignante des exercices scolaires (conduite de la dialectique, disputatio quodlibétique), ainsi que par de nouveaux systèmes de classification, de présentation, de hiérarchisation ou de division, nourris de logica nova.
Dès leur naissance, ces pratiques intellectuelles nouvelles se heurtent à l’hostilité de théologiens conservateurs tels que Bernard de Clairvaux (condamnation des enseignements d’Abélard au Synode provincial de Sens en 1140) ou sont tournées en dérision dans la littérature vernaculaire (Henri d’Andeli, Bataille des sept arts). Simultanément, illustrant le phénomène qu’E. Panofsky a nommé la « forme formatrice des habitudes », la littérature en langue romane se trouve, pour diverses raisons, investie par ces nouveaux modes de penser et de raisonner, soit qu’elle cherche à divulguer auprès du plus grand nombre des connaissances jusque-là réservées aux clercs, soit qu’elle incorpore à son insu ces nouveaux modèles de pensée. Ce sont les causes, les modalités et les enjeux de tels transferts que ce colloque se propose d’étudier, en mettant au jour les marqueurs et les circuits de diffusion qui attestent de la présence de la pensée scolastique dans certaines œuvres littéraires, que celles-ci s’ouvrent à elle (Le Roman de la Rose en est l’exemple le plus célèbre), la mettent en fiction ou la récusent.

 

 Jeudi 18 novembre 2021 :

Continuer la lecture

23 novembre – Séminaire “La philosophie médiévale à Condorcet” – 1) Aurélien Robert

La philosophie médiévale à Condorcet

Séance 1 : mardi 23 novembre – Campus Condorcet-Centre de colloques, salle 3.01 – 17h-19h

Aurélien Robert (CNRS Paris), « Marco Trevisano, un philosophe laïque vénitien de la fin du XIVe siècle »

Ce séminaire, coordonné par C. Koenig-Pralong (EHESS/CAK), I. Caiazzo (CNRS), M. Brinzei (CNRS) et Ch. Grellard (EPHE) réunit des philosophes médiévistes – historiennes et historiens, éditrices et éditeurs de textes, historiennes et historiens des idées et des institutions – présent·es sur le Campus Condorcet.

Continuer la lecture

Jeudi 25 novembre 2021 : Conférence d’Ana Maria Mora Marquez “What is formal in Aristotle’s syllogistics?”

L’IHPST (institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques) a le plaisir d’accueillir

Ana Maria Mora Marquez

professeure à l’Université de Göteborg
https://www.gu.se/en/about/find-staff/anamariamoramarquez
professeure invitée à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

pour une conférence sur le sujet:

What is formal in Aristotle’s syllogistics?

salle de conférences de l’IHPST (13 rue du four, Paris 6e, 2e étage)

Dominique Poirel (éd.), Le théologico-politique au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Aujourd’hui comme hier, les relations entre la loi humaine et la loi divine, entre le fondement sacré de l’autorité et l’organisation temporelle de la cité, ne cessent de soulever des questions nombreuses et brûlantes. Le religieux et le politique sont-ils deux espaces autonomes, séparés, ou bien est-il inévitable qu’ils se chevauchent, au risque soit de l’annexion de l’un par l’autre, soit de la lutte ouverte entre les deux? Sur ces questions de toujours, le Moyen Âge, non seulement occidental, mais aussi byzantin et musulman, a fourni une contribution étonnamment diverse et féconde, dont ce volume ambitionne d’être le reflet. Lecteurs médiévaux d’Augustin, penseurs originaux comme Maxime le Confesseur, Farabi, Avicenne, Thomas d’Aquin, Gilles de Rome et Marsile de Padoue, tous les courants, tous les auteurs étudiés montrent que la concurrence entre des sources religieuses comme la Bible et le Coran, philosophiques comme les textes de Platon et d’Aristote, et juridiques comme les compilations de Justinien, fit de la Méditerranée médiévale une sorte de laboratoire des théories sur la manière la meilleure d’articuler les deux puissances et leurs deux fins, spirituelles et temporelles, moins distinctes qu’entrelacées. Par là, ils nous aident à répondre à cette question : durant les derniers siècles, avons-nous assisté à une lente sécularisation du religieux en politique, ou bien à un mimétisme et à une concurrence entre les deux glaives?

Ont participé à ce volume : O. Boulnois, B. Bourdin, F. Daguet, J.-Ph. Genet, G. Kapriev, O. L. Lizzini, S. Simonetta, É. Tardivel et Ph. Vallat

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629534

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
168 pages – 13,5 × 21,5 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2953-4 – septembre 2020

Pascale Bermon et Isabelle Moulin (éd.), Commenter au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Le commentaire possède-t-il une légitimité? Commenter est-il un acte théologique, entre-t-il dans les cadres philosophiques ou bien n’est-il qu’une simple pratique pédagogique, voire une perte de temps? Epictète soulignait déjà que « commenter les enseignements » est encore moins profitable que d’écrire des textes, le but de la philosophie étant avant tout de la vivre et de la pratiquer.
Superflu, transformateur voire générateur de trahison, les critiques médiévales à l’égard de la pratique du commentaire ont été parfois virulentes. Pourtant, le Moyen Âge regorge de commentaires, faisant de l’acte herméneutique un acte philosophique à part entière et un acte théologique nécessaire. Dégager le sens, redonner vie aux auteurs oubliés, reproduire avec ses propres mots, permettent tout aussi bien de lire et de comprendre le texte original que son commentaire. La relation des textes et leur engendrement témoignent de la vie des idées et de la transmission des savoirs.
Dans un souci d’interdisciplinarité, ce volume de la collection de l’Institut d’études médiévales de l’Institut Catholique de Paris réunit des contributeurs philosophes, théologiens, spécialistes d’exégèse, canonistes et historiens.

Ont participé à ce volume : P. Bermon, O. Boulnois, J. Casteigt, G. Dahan, J. Dalarun, S. Ebbesen, L. Himmelfarb, Th. Joubert, R. Meyer, I. Moulin, E. Petit, Chr. Schabel et Ph. Vallat
 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629251

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
280 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2925-1 – janvier 2020