Archives de catégorie : Tous les articles

7-8 octobre 2021 : Colloque “Faire image : dispositifs optiques à la période médiévale”

Faire image : dispositifs optiques à la période médiévale

organisé par Aurélie Barre et Lydie Louison

7 et 8 octobre 2021 – 9h45/18h et 10h/16h45

15, quai Claude-Bernard, Lyon 7e – Amphithéâtre Huvelin

Avec les interventions de : Aurélie BARRE, Élisabeth BONCOUR, Olivier BOULNOIS, Marie-Céline ISAÏA, Thomas LE GOUGE, Olivier LEPLATRE, Lydie LOUISON, Christopher LUCKEN, Philippe MAUPEU, Fabienne POMEL, Brigitte ROUX, Élisabeth RUCHAUD, Mireille SÉGUY, Christian TROTTMANN, Marion UHLIG, Cécile VOYER.

Voir le programme complet
Voir l'affiche de l'événement

 

18-19 Novembre 2021 : Colloque “Raoul le Breton, les artiens et les théologiens : formes de savoir à Paris à la fin du XIIIe siècle”

Raoul le Breton, les artiens et les théologiens : formes de savoir à Paris à la fin du XIIIe siècle

Colloque organisé dans le cadre du projet ‘Britonis opera philosophica’

18-19 Novembre 2021, Campus Paris VII, 75013

Jeudi matin : Présidente Ana María Mora-Márquez

9h00 Marta Borgo (Comissio Leonina): « Les notions de nature et cause entre physique et métaphysique »

10h00 Silvia Donati (Albertus Magnus Institut) : « Matter and potency in the commentary tradition of the Physics »

11h30 Laurent Cesalli (Université de Genève): « Le réalisme de Raoul le Breton »

Jeudi après-midi : Présidente Irène Rosier-Catach

15h00 Véronique Decaix (Université Paris 1): « Mémoire et reminiscence chez Raoul le Breton »

16h30 Aurora Panzica (Université de Fribourg) : « Raoul le Breton en langue vernaculaire: une traduction italienne de ses Questions sur les Météorologiques »

Vendredi matin : Président Laurent Cesalli

9h00 Aurélien Robert et Sabine Rommevaux-Tani (CNRS-SPHERE) : « La science mathématique dans les Questiones mathematice de Raoul le Breton »

10h00 Andrea Tabarroni (Università degli studi di Udine): « Le Magister Sex Principiorum e la Monarchia di Dante »

11h30 Charles Girard (Université de Genève): « Les modes communs de Raoul le Breton et leurs interprétations »

Vendredi après-midi : Président Tobias Hoffmann

14h00 Parwana Emamzadah (Université de Genève): « Le syllogisme sophistique selon Raoul le Breton »

15h00 Valérie Cordonier (CNRS-SPHERE) : « La philosophie morale aristotélicienne selon Gilles de Rome »

16h30 Iacopo Costa (CNRS-LEM, Comissio Leonina): « L’amitié selon Raoul le Breton »

17h30 Mots de départ

 

 

18-20 novembre 2021 : Colloque “Littérature et pensée scolastique en France, XIIIe-XVe siècles”

Colloque

Littérature et pensée scolastique en France (XIIIe-XVe siècles)

sous le haut patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

organisé par Sorbonne Université, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université Paul-Valéry, avec le soutien de l’équipe Étude et édition de textes médiévaux (Sorbonne Université), du laboratoire ALTER (UPPA) et du Centre d’Études médiévale de Montpellier (Université Paul-Valéry)

18-20 Novembre 2021, Paris, Saulchoir, Sorbonne, Académie des Inscriptions et Belles Lettres

L’avènement de la pensée scolastique va de pair avec le développement des universités et des studia ouverts par les ordres mendiants. Il marque une évolution, voire une rupture, par rapport aux modes de pensée antérieurs, notamment augustiniens, pour atteindre son apogée au XIIIe siècle, avec d’amples œuvres pétries d’aristotélisme. Cherchant à concilier foi et raison, à fonder la foi sur l’exercice de la raison (fides quaerens intellectum), la scolastique renouvelle les processus intellectuels en accordant une importance prépondérante à la dialectique (Sic et non d’Abélard) et à l’exercice de la logique, dans l’espoir de « clarifier les dogmes » (Thomas d’Aquin). Elle se caractérise par une formalisation nouvelle et contraignante des exercices scolaires (conduite de la dialectique, disputatio quodlibétique), ainsi que par de nouveaux systèmes de classification, de présentation, de hiérarchisation ou de division, nourris de logica nova.
Dès leur naissance, ces pratiques intellectuelles nouvelles se heurtent à l’hostilité de théologiens conservateurs tels que Bernard de Clairvaux (condamnation des enseignements d’Abélard au Synode provincial de Sens en 1140) ou sont tournées en dérision dans la littérature vernaculaire (Henri d’Andeli, Bataille des sept arts). Simultanément, illustrant le phénomène qu’E. Panofsky a nommé la « forme formatrice des habitudes », la littérature en langue romane se trouve, pour diverses raisons, investie par ces nouveaux modes de penser et de raisonner, soit qu’elle cherche à divulguer auprès du plus grand nombre des connaissances jusque-là réservées aux clercs, soit qu’elle incorpore à son insu ces nouveaux modèles de pensée. Ce sont les causes, les modalités et les enjeux de tels transferts que ce colloque se propose d’étudier, en mettant au jour les marqueurs et les circuits de diffusion qui attestent de la présence de la pensée scolastique dans certaines œuvres littéraires, que celles-ci s’ouvrent à elle (Le Roman de la Rose en est l’exemple le plus célèbre), la mettent en fiction ou la récusent.

 

 Jeudi 18 novembre 2021 :

Continuer la lecture

23 novembre – Séminaire “La philosophie médiévale à Condorcet” – 1) Aurélien Robert

La philosophie médiévale à Condorcet

Séance 1 : mardi 23 novembre – Campus Condorcet-Centre de colloques, salle 3.01 – 17h-19h

Aurélien Robert (CNRS Paris), « Marco Trevisano, un philosophe laïque vénitien de la fin du XIVe siècle »

Ce séminaire, coordonné par C. Koenig-Pralong (EHESS/CAK), I. Caiazzo (CNRS), M. Brinzei (CNRS) et Ch. Grellard (EPHE) réunit des philosophes médiévistes – historiennes et historiens, éditrices et éditeurs de textes, historiennes et historiens des idées et des institutions – présent·es sur le Campus Condorcet.

Continuer la lecture

Jeudi 25 novembre 2021 : Conférence d’Ana Maria Mora Marquez “What is formal in Aristotle’s syllogistics?”

L’IHPST (institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques) a le plaisir d’accueillir

Ana Maria Mora Marquez

professeure à l’Université de Göteborg
https://www.gu.se/en/about/find-staff/anamariamoramarquez
professeure invitée à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

pour une conférence sur le sujet:

What is formal in Aristotle’s syllogistics?

salle de conférences de l’IHPST (13 rue du four, Paris 6e, 2e étage)

Dominique Poirel (éd.), Le théologico-politique au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Aujourd’hui comme hier, les relations entre la loi humaine et la loi divine, entre le fondement sacré de l’autorité et l’organisation temporelle de la cité, ne cessent de soulever des questions nombreuses et brûlantes. Le religieux et le politique sont-ils deux espaces autonomes, séparés, ou bien est-il inévitable qu’ils se chevauchent, au risque soit de l’annexion de l’un par l’autre, soit de la lutte ouverte entre les deux? Sur ces questions de toujours, le Moyen Âge, non seulement occidental, mais aussi byzantin et musulman, a fourni une contribution étonnamment diverse et féconde, dont ce volume ambitionne d’être le reflet. Lecteurs médiévaux d’Augustin, penseurs originaux comme Maxime le Confesseur, Farabi, Avicenne, Thomas d’Aquin, Gilles de Rome et Marsile de Padoue, tous les courants, tous les auteurs étudiés montrent que la concurrence entre des sources religieuses comme la Bible et le Coran, philosophiques comme les textes de Platon et d’Aristote, et juridiques comme les compilations de Justinien, fit de la Méditerranée médiévale une sorte de laboratoire des théories sur la manière la meilleure d’articuler les deux puissances et leurs deux fins, spirituelles et temporelles, moins distinctes qu’entrelacées. Par là, ils nous aident à répondre à cette question : durant les derniers siècles, avons-nous assisté à une lente sécularisation du religieux en politique, ou bien à un mimétisme et à une concurrence entre les deux glaives?

Ont participé à ce volume : O. Boulnois, B. Bourdin, F. Daguet, J.-Ph. Genet, G. Kapriev, O. L. Lizzini, S. Simonetta, É. Tardivel et Ph. Vallat

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629534

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
168 pages – 13,5 × 21,5 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2953-4 – septembre 2020

Pascale Bermon et Isabelle Moulin (éd.), Commenter au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Le commentaire possède-t-il une légitimité? Commenter est-il un acte théologique, entre-t-il dans les cadres philosophiques ou bien n’est-il qu’une simple pratique pédagogique, voire une perte de temps? Epictète soulignait déjà que « commenter les enseignements » est encore moins profitable que d’écrire des textes, le but de la philosophie étant avant tout de la vivre et de la pratiquer.
Superflu, transformateur voire générateur de trahison, les critiques médiévales à l’égard de la pratique du commentaire ont été parfois virulentes. Pourtant, le Moyen Âge regorge de commentaires, faisant de l’acte herméneutique un acte philosophique à part entière et un acte théologique nécessaire. Dégager le sens, redonner vie aux auteurs oubliés, reproduire avec ses propres mots, permettent tout aussi bien de lire et de comprendre le texte original que son commentaire. La relation des textes et leur engendrement témoignent de la vie des idées et de la transmission des savoirs.
Dans un souci d’interdisciplinarité, ce volume de la collection de l’Institut d’études médiévales de l’Institut Catholique de Paris réunit des contributeurs philosophes, théologiens, spécialistes d’exégèse, canonistes et historiens.

Ont participé à ce volume : P. Bermon, O. Boulnois, J. Casteigt, G. Dahan, J. Dalarun, S. Ebbesen, L. Himmelfarb, Th. Joubert, R. Meyer, I. Moulin, E. Petit, Chr. Schabel et Ph. Vallat
 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629251

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
280 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2925-1 – janvier 2020

Meryem Sebti et Daniel de Smet (dir.), Noétique et théorie de la connaissance dans la philosophie arabe, Paris, Vrin, 2020.

Cet ouvrage étudie la théorie de l’âme et de l’intellect dans la philosophie arabo-musulmane du IXe au XIIe siècle. Les falâsifa les plus célèbres (al-Kindī, al-Fārābī, Avicenne) y côtoient des penseurs (Abû Bakr al-Rāzī, al-Sijistānī, al-Kirmānī, les Frères de la Pureté, al-’Āmirī, al-Lawkarī, Bahmanyār et Abu l-Barakāt al- Baghdādī) dont la noétique resta longtemps peu connue, sans oublier les traductions gréco-arabes de Plotin et d’Aristote. Chaque auteur, spécialiste renommé en son domaine, cherche à cerner comment ces philosophes, appartenant à différentes époques et à divers courants et milieux intellectuels, ont abordé les problèmes posés par le Traité de l’Âme d’Aristote : la nature de l’âme et de l’intellect, leur relation, leurs différentes facultés, leur lien avec le corps; le processus de la connaissance; la nature et le rôle de l’intellect agent dans la noétique, la cosmologie et l’eschatologie. Ces études permettent de suivre les voies multiples qu’a empruntées en terre d’Islam la synthèse du platonisme et de l’aristotélisme, laissant apparaître la continuité de la réflexion par rapport à la tradition tardo-antique et, par là même, l’originalité de la position des penseurs musulmans.
Chaque chapitre est accompagné d’une anthologie de textes et d’un lexique. L’ouvrage se présente ainsi comme un manuel qui offre une première synthèse en la matière.
 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711628544

Vrin – Études musulmanes
412 pages – 16 × 24 × 2,4 cm
ISBN 978-2-7116-2854-4 – janvier 2020

14-15 octobre 2021 – Webinaire “La réception du pythagorisme au Moyen Age et à la Renaissance”

La réception du pythagorisme au Moyen Age et à la Renaissance

Webinaire organisé sur Teams par

Irene Caiazzo et Constantinos Macris

 

Jeudi 14 octobre, 14h-17h

– Juan Acevedo (ERC RUTTER Project, Université de Lisbonne) : The Pythagorization of Geographical Space: Between Ptolemy and the Indian Ocean Arab Pilots

– Flavia Buzzetta (chercheuse associée au Laboratoire d’études sur les monothéismes, UMR 8584) : Pythagore chez les premiers kabbalistes chrétiens, entre mathématiques et philosophie secrète

Vendredi 15 octobre, 14h-17h

– Clelia Crialesi (KU Leuven – De Wulf-Mansion Centre): Neopythagorean Traces in the Early Medieval Commentaries on Boethius’ De arithmetica: Towards a Systematic Analysis

– Jeremy Thompson (chercheur associé à la Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg) : The Entry of Classical Arithmology into Latin Exegesis from c. 1050 to c. 1200.

Télécharger le programme.

Cette double séance en visioconférence est ouverte au public, accessible via un lien Microsoft Teams que vous pouvez obtenir en envoyant un message électronique à Constantinos Macris: <macris[at]vjf.cnrs.fr>.

Lemler, David, Création du monde et limites du langage. Sur l’art d’écrire des philosophes juifs médiévaux, Paris, Vrin, 2020.

Les philosophes juifs médiévaux – de Saadia Gaon à Hasday Crescas, en passant par Maimonide – emploient des stratégies d’écriture ésotérique lorsqu’ils traitent de la question de la création du monde. L’usage d’un tel art d’écrire ne saurait s’expliquer par le seul impératif de prudence ou la crainte de la persécution (il ne fait pas bon de mettre en cause des opinions traditionnelles). Il s’impose quand se rencontrent les sciences philosophiques et l’herméneutique rabbinique : la pensée est alors exposée à des problèmes qui mettent en défaut les capacités du langage. En atteste notamment l’effort répété des philosophes pour tenter d’énoncer le surgissement du dicible.


David Lemler est maître de conférences au Département d’études hébraïques et juives de l’Université de Strasbourg.

Vrin – Études de philosophie médiévale
208 pages – 16 × 24 × 1,2 cm
ISBN 978-2-7116-2941-1 – septembre 2020

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629411

Schabel, Chris, Pierre Ceffons et le déterminisme radical au temps de la peste noire, Paris, Vrin, “Conférences Pierre Abélard”, 2020.

Le XIVe siècle est souvent caractérisé comme un âge de « contingence radicale ». Selon leurs critiques modernes, les philosophes et les théologiens de l’époque ont affirmé que la chaîne de causalité secondaire est contingente, que l’homme pourrait changer sa prédestination ou réprobation éternelle, et même que Dieu pourrait défaire le passé. Cependant, la pensée du XIVe siècle était loin d’être monolithique. Ce livre entend précisément attirer l’attention sur la tendance opposée, le « déterminisme radical », à travers les lunettes d’un penseur français exceptionnel, quoique méconnu, Pierre Ceffons, moine de l’Abbaye de Clairvaux, dont les œuvres ont été rédigées entre 1348 et 1353. Le passé et le futur ont été abordés par Ceffons dans le contexte des discussions sur la puissance et la connaissance divines dans ses questions sur les Sentences de Pierre Lombard. Pour ce qui est du statut modal du présent, la nécessité des phénomènes naturels et humains a constitué le thème de ses quatre principia sur les Sentences, développé lors de débats contre les autres bacheliers en théologie. Enfin, Ceffons a traité de la prédestination et de la réprobation éternelles de Dieu dans le Confessionale Petri, le Centilogium, et les questions et principia sur les Sentences.


Chris Schabel, est Professeur à l’Université de Chypre, Nicosie

Vrin – Conférences Pierre Abélard
244 pages – 13,5 × 21,5 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-2921-3 – janvier 2020

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629213

Rubio, Josep E., Raymond Lulle le langage et la raison. Une introduction à la genèse de l’Ars, Paris, Vrin, “Conférences Pierre Abélard”, 2017

 
 

Raymond Lulle le langage et la raison

Une introduction à la genèse de l’Ars

Josep E. Rubio

 
 
 
Le philosophe et théologien Raymond Lulle (1232-1316) est connu surtout comme l’auteur d’une Ars de trouver la vérité qu’il présente comme alternative aux méthodes développées dans le milieu universitaire.
Pour comprendre cette Ars, il faut tenir compte de son but : convaincre les infidèles de la vérité de la foi catholique à l’aide de la raison. Cela n’est possible qu’en la concevant comme un langage commun, universel, qui surmonte les déficiences propres à la nature sensible du signe et qui offre à l’entendement de vrais signifiés intellectuels. Le lecteur trouvera dans ce livre une explication de la genèse et du fonctionnement de la méthode lullienne, envisagée comme une réponse aux enjeux expressifs et communicatifs impliqués dans le souci missionnaire de son auteur. On perçoit ainsi que l’Ars de Lulle incorpore des solutions, et même des références concrètes, empruntées aux réflexions théoriques contemporaines à propos du langage, mais orientées vers une pratique communicative au service de la mission.
 
Vrin – Conférences Pierre Abélard
140 pages – 13,5 × 21,5 × 0,8 cm
ISBN 978-2-7116-2714-1 – avril 2017
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711627141

König-Pralong, Catherine, Médiévisme philosophique et raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, Paris, Vrin, “Conferences Pierre Abélard”, Paris, Vrin, 2016

L’Arabe, le scolastique et le mystique sont les trois figures principales des récits qui, entre 1700 et 1900, narrent les origines médiévales de la raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, les historiens de la philosophie et les historiens de la culture s’approprient un monde historique relégué dans l’ombre depuis la Renaissance : la philosophie du Moyen Âge. Dans leurs reconstructions, la pensée médiévale joue tantôt le rôle de repoussoir, tantôt elle se mue en berceau de la civilisation moderne. La philosophie et son histoire y côtoient des questions linguistiques, « raciales », culturelles et civilisationnelles. Cette enquête sur l’invention du médiévisme philosophique à l’âge moderne met ainsi en lumière la dimension éminemment politique de l’histoire de la philosophie

Catherine König-Pralong est professeur de philosophie médiévale à l’Université de Freiburg im Breisgau.
 
Vrin – Conférences Pierre Abélard
176 pages – 13,5 × 21,5 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2679-3 – avril 2016
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711626793

E. Weber, Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, “Bibliothèque thomiste”, 2018

Précédée par La personne humaine au XIIIe siècle, portant sur les discernements de l’anthropologie et de la noétique thomasiennes s’opposant à la thèse d’un intellect unique pour tous, la présente étude met en lumière, au bénéfice d’une acception exigeante de la personne humaine, la proximité du principe premier de la noétique d’Averroès, dûment réinterprétée, et de l’épistémologie de Thomas qui a libéré la théologie latine de l’impasse où elle était enfermée à propos de la connaissance eschatologique de Dieu « tel qu’il est ».
Le principe fondamental qui commande la conception, combattue par Thomas, de l’unicité de l’intellect est en fait issu d’Aristote : la Cause première, Pensée qui se pense toujours en acte, suscite par séduction noétique en tout intellect, de soi en puissance, la promotion à l’intellection en acte. Or, au registre théologique, c’est ce même principe qui permet à Thomas de dépasser l’impossibilité d’une adéquation de l’intellect humain à l’infinie essence de Dieu : Dieu lui-même, en son don transcendent, assure, sous mode de forme intelligible, à l’intellect de chaque élu l’intellection de Dieu « tel qu’il est ». Ce discernement de haute sagesse permet aussi à Thomas d’Aquin d’assumer, tout en l’interprétant, l’enseignement de Bernard de Clairvaux quant à la coopération (« totus effectus ab utroque agente », version de l’amésôs dionysien), rebelle à toute analyse, du libre arbitre humain et de la grâce divine.

Édouard Wéber, Dominicain, chargé de recherche émérite au C.N.R.S., est l’auteur d’études sur Albert le Grand, Bonaventure, Thomas d’Aquin, Averroès et Maître Eckart.
 
Vrin – Bibliothèque Thomiste
484 pages – 16 × 24 × 3,0 cm
ISBN 978-2-7116-2748-6 – juillet 2018
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711627486