Archives de catégorie : Décembre 2021

9 décembre 2021 : Journée d’études “Le terme de “ma’nâ” (intention) dans la tradition arabe entre kalâm, falsafa et grammaire”

Le terme de “ma’nâ” (intention) dans la tradition arabe entre kalâm, falsafa et grammaire

Journées d’études organisées par Miriam Rogasch (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Gramata) & Lucie Tardy (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Gramata), dans le cadre du séminaire “Science et philosophie de l’Antiquité à l’âge classique” du CHSPAM (Sphere, CNRS)

9 décembre 2021 (9h15 – 18h15) – Université Paris Diderot, Bâtiment Condorcet, Salle Valentin (454A) 

9h15-9h30 : Présentation

Session 1 – Présidence Ziad Bou Akl (CNRS)

9h30-10h30 Silvia di Vincenzo (IMT Lucca) – Du lafẓ au maʿnā : la logique avicennienne au carrefour de la psychologie et de la métaphysique

10h30-11h30 Miriam Rogasch (Paris 1) – Le maʿnā dans la métaphysique du Šifā‘ d’Avicenne

11h30-11h45 Pause

11h45-12h45 Cristina Cerami (CNRS) – Le maʿnā ḫāṣṣ

Session 2 – Présidence G. Ayoub (INALCO)

14h30-15h30 Julien Sibileau (INALCO Paris) – Quelques éclaircissements sur les maʿniyyāt al-maʿānī dans les Ḫaṣāʾiṣ d’Ibn Ǧinnī (m. 392/1002)

15h30-16h30 Hachem Foda (INALCO Paris) – La question du ma‘nā dans la poésie arabe médiévale à la lumière du plagiat (sariqa)

16h30-16h45 Pause

16h45-17h45 Robert Gleave (University of Exeter) – The maʿnā /murād distinction in Shī’ī uṣūl al fiqh 

17h20-18h15 Discussion finale

Pour assister à l'évènement sur Zoom, nous vous prions d'écrire avant le 1er décembre à lucie.tardy@univ-paris1.fr

Please send an email to register to the event if you want to follow it on Zoom until December 1st 2021 to lucie.tardy@univ-paris1.fr
Télécharger l'affiche en pdf

2 décembre 2021 : Les jeudis de la philosophie arabe de l’IMA – séance 3

En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe lance, en partenariat avec Philosophie Magazine, un tout nouveau cycle de rencontres, chaque premier jeudi du mois à partir d’octobre 2021 : Les Jeudis de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Séance 3 : Jeudi 2 décembre 2021 – 19h

Institut du Monde Arabe – salle du Haut-Conseil (niveau 9)

Création ou éternité du monde ? Un débat entre philosophes et théologiens

Lucille El Hachimi et Yamina Adouhane

L’intervention présentera la controverse sur l’éternité du monde, telle qu’elle s’est déployée dans le monde arabe entre les IXe et XIIe siècles. De Kindī à Averroès en passant par Fārābī et Avicenne, tous les grands noms de la philosophie arabe se sont emparés de cette question : le monde a-t-il un commencement ou est-il éternel ? Pour éclairer les enjeux et les particularités de cette controverse, nous remonterons aux origines de celle-ci chez les Grecs et verrons comment les termes en sont renouvelés en terre d’Islam.
  • Yamina Adouhane est docteure en philosophie et professeure agrégée au lycée Navarre-Leclerc d’Alençon. Sa thèse soutenue en 2015 (ENS) étudie les liens entre théologie et philosophie dans le monde musulman à travers la traduction et le commentaire d’un ouvrage méconnu du théologien occidental Miklātī qui s’attache, dans la tradition de Ghazālī, à réfuter les doctrines d’Avicenne et d’Averroès.
  • Lucile El Hachimi est docteure en philosophie et professeure agrégée au lycée André Malraux de Montereau. Sa thèse soutenue en 2019 (Sorbonne Université) s’intéresse à l’articulation du théorique et du pratique chez le philosophe arabe Fārābī et particulièrement sur la manière dont cet auteur, dans l’héritage aristotélicien, intègre l’éthique à la métaphysique.

Séance présentée par Maati Kabbal, responsable des Jeudis de l’IMA

4 décembre 2021 : Journée d’études “Journée thomiste 2021 – Penser l’hospitalité au Moyen Âge”

Journée thomiste 2021

Penser l’hospitalité au Moyen Âge

samedi 4 décembre 2021 – salle Dumont – Le Saulchoir – 45, rue de la Glacière 75013 Paris

 

10 h 00  Benoît BOURGINE (Université Catholique, Louvain-la-Neuve), Hospitalité : enjeux théologiques contemporains

10 h 45   Bénédicte SÈRE (Université Paris Nanterre, Paris), Au risque de l’hospitalité : dire autrui en régime chrétien

11 h 30   Pause

11 h 45   Adriano OLIVA (Commission léonine / CNRS, PSL, Paris), Être l’ami du lointain : Thomas d’Aquin et ses sources

12 h 30   Iacopo COSTA (Commission léonine / CNRS, PSL, Paris), Les 30 ans de la Bibliographie annuelle du Moyen Âge tardif (BAMAT)

12 h 45   Pause

14 h 30   Gilbert DAHAN (École Pratique des Hautes Études, Paris), Le devoir d’hospitalité dans l’exégèse médiévale de l’Ancien Testament (xiie-xive siècles)

15 h 15   Gilles BERCEVILLE (Commission léonine / Institut Catholique, Paris), « Donc, désormais, vous n’êtes plus des hôtes et des étrangers » : L’exégèse universitaire d’Éphésiens 2, 11-22 (xiiie-xve siècles)

16 h 00   Pause

16 h 15   Présentation de quelques ouvrages de doctrines médiévales

Continuer la lecture

9 décembre 2021 : LEM “La théologie comme science” – J. Brumberg-Chaumont “Retours logiciens sur la théologie comme science”

Les jeudis du LEM

Cycle “La théologie comme science”

Retours logiciens sur la théologie comme science

Julie Brumberg-Chaumont

jeudi 9 décembre 2021

Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.01/3.03

*

Ce programme collectif du LEM consacré à « la théologie comme science » souhaite répondre à l’exigence de considérer, non seulement le fait religieux, mais la rationalité religieuse. Il semble nécessaire de comprendre, non seulement les
faits historiques, sociologiques, littéraires, etc., mais leur sens. La discipline qui
en traite a pris le nom de théologie.
Cette discipline est devenue, de l’Antiquité à l’époque moderne, et sans doute
au-delà, la structure porteuse de la rationalité occidentale. Pourtant, le terme est ambigu. Il désigne tantôt la compréhension d’une religion par elle-même, dans ses propositions fondamentales, tantôt la compréhension du divin par un discours rationnel, qu’il soit extérieur ou non à cette culture ou tradition religieuse. C’est pourquoi une étude de la théologie comme science a un double objet :
étudier comment, d’une part, la spéculation métaphysique sur les dieux, le
divin et Dieu, s’est transformée en « science théologique ». Cette spéculation
s’est vue couronner, y compris dans la pensée grecque (néoplatonicienne), d’une révélation d’origine divine ;
montrer comment, d’autre part, les religions monothéistes se sont construites en théologies, sur les canons de la rationalité grecque.
Cette enquête ne peut manquer d’évoquer trois problématiques.

Celle de l’universel et du particulier : les théologies philosophiques sont-elles ou non une partie de la philosophie première ? Peut-on considérer le logos grec comme une forme sans contenu, appliquée aux traditions religieuses (juive, puis chrétienne, puis musulmane) comme à un contenu sans forme ?
Celle de la science maîtresse et de la science ancillaire : est-ce la théologie rationnelle qui doit avoir le dernier mot sur la révélation, ou l’inverse, et doit-elle se guider sur elle ?
Celle de l’interprétant et de l’interprété : qui interprète qui ? les récits mythiques, bibliques ou coraniques doivent-ils être mesurés par l’aune de la raison ? Ou est-ce au contraire, la raison qui doit s’adapter à leurs récits complexes,  voire contradictoires, pour en justifier tous les méandres ?
Il importe d’adopter ici une perspective historique, qui ressaisisse la parfaite 
continuité entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Un séminaire s’efforcera de problématiser la question, à partir d’une étude historique qui partira de l’Antiquité,  dans son « ouverture » au Moyen Âge

Renseignements : Claire Raynal