Archives de catégorie : Mars 2014

07 mars: « Langues mystiques » dans le cadre du Séminaire Diptyque (Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense)

Vendredi 7 MARS 2014 — LANGUES MYSTIQUES

Marie-Pascale Halary (Lyon 2) Parler de Dieu en français au XIIe siècle

Maxime Mauriège (Universität zu Köln) Caractéristiques linguistiques et lexicales de la mystique médiévale (moyen haut-)allemande dite « rhénane »

Bernard Darbord (Paris-Ouest-Nanterre) L’espagnol, langue de la mystique

Dans le cadre du Séminaire « Diptyque, Dynamiques herméneutiques »

Organisé par: Marie-Christine Gomez-Géraud (mc.gomezgeraud@gmail.com) et Jean-René Valette (jrvalette@gmail.com)

Centre des Sciences de la Littérature Française de l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Lieu: salle en R05 du Bt L, à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre

Argument du séminaire:

Le discours mystique et la question du langage

(Moyen Âge et Renaissance)

Le séminaire « Diptyque » est un lieu de rencontre interdisciplinaire entre chercheurs médiévistes et seiziémistes, intéressés par la question des dynamiques herméneutiques mises en oeuvre sur la longue durée, entre le XIIe siècle et l’automne de la Renaissance. Le « diptyque » symbolise la perspective de dialogue qui doit s’établir entre les deux périodes considérées, en vue d’apporter des éclairages et des réponses spécifiques aux questions retenues pour l’étude commune. Il s’adresse aux chercheurs de ces périodes, aux doctorants dont il entend favoriser la formation et à toute personne intéressée par les problématiques développées au cours du séminaire. Les travaux présentés et discutés feront l’objet d’un volume d’études synthétiques sur les thèmes choisis.

Apparu au XIIe siècle, le discours mystique s’offre comme l’une des dynamiques herméneutiques majeures de la période qui mène jusqu’au premier XVIIe siècle. Il constitue un véritable carrefour, dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles, pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Tandis que le premier pôle concerne la révélation biblique, le second ressortit à l’institution religieuse, dont la réalité médiatrice se caractérise à la fois par une force de transmission et par une capacité de contrainte (ce que montre par exemple la condamnation de Marguerite Porete, exécutée à Paris en 1310).

Le pôle du sujet en transformation est fondamental, si l’on songe que la mystique est souvent définie comme « connaissance expérimentale de Dieu » (J. Gerson) ou comme « expérience fruitive de l’absolu », qui ne saurait se résumer à une « brûlure » : la mystique forme et élabore un langage, dont les liens avec l’écriture poétique ont souvent été relevés. Tel est le quatrième pôle, milieu privilégié où advient le sens.

Le séminaire « Diptyque » explorera d’abord ce dernier pôle en examinant le langage mystique sous plusieurs angles (littéraire, linguistique, historique, philosophique et artistique). Du XIIe siècle à l’automne de la Renaissance, un certain nombre de questions seront abordées, en relation avec la constitution et l’usage d’un langage mystique.

Celle de la langue en premier lieu : quels sont les idiomes en usage pour l’écriture mystique ? Quel est, de ce point de vue, le statut du vulgaire face au latin ? Comment dire l’expérience de Dieu en français ?

Comment s’exprime-t-elle dans l’aire rhéno-flamande ou bien au cours du Siècle d’Or espagnol ? Dans quelle mesure peut-on penser le rapport entre langage mystique et mystique du langage, ainsi que la notion de « fable mystique » ? On s’intéressera ensuite à des modes d’expression en marge du langage (rire, larme, cri, aphasie, gestuelle) et à la place à accorder au silence. La notion de langage mystique sera aussi envisagée dans sa relation aux traditions, aux textes préalables qui forment le terreau nourricier de l’écriture mystique et aux effets de continuité et de rupture du phénomène. Aussi s’arrêtera-t-on sur les questions suivantes : les deux traditions que forment la mystique affective et la mystique ontologique suscitent-elles l’émergence de deux grammaires distinctes ? Le Cantique des cantiques constitue-t-il un prétexte mystique ? Comment articuler les diptyques que forment respectivement Eckhart et Jean de la Croix, Bernard de Clairvaux et François de Sales ?

08 Mars: « La philologie au service de la pensée ». Séminaire ouvert de la Commission Léonine

Commission Léonine

Centre d’études du Saulchoir

La Philologie au service de la pensée.

Séminaire ouvert de la Commission Léonine

samedi 8 mars 2014

Travaux en cours

 

09 h 00       Le commentaire de Thomas d’Aquin sur la Physique d’Aristote: status quaestionis et perspectives de recherche par Marta Borgo

09 h 30       Les commentaires de Thomas d’Aquin sur le De celo et le De generatione résultats d’une enquête préliminaire, par Iacopo Costa

10 h 15       Le commentaire de Thomas d’Aquin sur l’Évangile de Saint Jean, par Gilles Berceville

10 h 45       L’édition du Scriptum super II Sententiarum de Thomas d’Aquin préparée par le P. P.-M. Gils, par Adriano Oliva

11 h 15       Les Collationes de Thomas d’Aquin sur l’Ave Maria, le Notre Père, le Credo et   les Dix commandements : quelques points à élucider en vue de l’édition critique,  par Marc Millais

 

Le séminaire aura lieu au « Saulchoir », 45, rue de la Glacière, Paris XIIIe.

Entrée libre. – Contact : a.oliva@commissio-leonina.org

08 Mars: Séminaire « La tradition du néoplatonisme latin au Moyen Âge et à la Renaissance »

08  Mars 2014, troisième séance du séminaire « La traduction du néoplatonisme latin au Moyen Âge et à la Renaissance »  

Responsables : Hélène Casanova-Robin et Alain Galonnier, avec la collaboration d’Alice Lamy, organisé en collaboration par l’E.A. 4081 « Rome et ses renaissances » et le Centre Jean Pépin UPR 76

– 14h 30 Blandine COLOT (Angers) : « Les destinataires païens des Diuinae institutiones de Lactance : quelle présence du  néoplatonisme ? »

– 15h 45  Michel FATTAL (Grenoble) : « Sources néopythagoriciennes du néoplatonisme grec et latin ? »

 

THETA (CNRS – Centre Jean Pépin) – EA 4081 « Rome et ses renaissances » (Université Paris-Sorbonne)

 

Lieu: Maison de la recherche de l’Université Paris-Sorbonne (rue Serpente), (salle D421- 4e étage)

 

10 Mars: Présentation de l’ouvrage: Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Vrin, 2014.

Lundi 10 Mars, 18h:

Présentation du volume collectif consacré à Marguerite Porete, dirigé par Robert Lerner, Sean Field et Sylvain Piron (cf. http://vrin.fr/html/main.htm?action=loadbook&isbn=2711625249)
La présentation sera suivie d’une lecture performance d’extraits choisis du Miroir des simples âmes par Marie Möör.

Lieu: Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006, Paris.

13 Mars: Atelier Alexandre de Halès (IRHT)

Ateliers 2014-2015 : Autour d’Alexandre de Halès

Organisés par Claire ANGOTTI (Université de Reims Champagne Ardenne), Sophie DELMAS (Université de Lyon 2), Dominique POIREL (CNRS/IRHT)

Atelier 1: Vie et carrière d’Alexandre de Halès

13 mars 2014, 14h-17h, Paris, IRHT

Présentation du projet par les organisateurs.

Nathalie Gorochov (Univ. Paris-Est Créteil/CRHEC EA 4392) : La carrière de maître Alexandre de Halès

Isabelle Heullant-Donat (Univ. Reims Champagne- Ardenne/CERHIC EA 2616) : Alexandre de Halès dans l’historiographie franciscaine

Lieu: IRHT, 40 avenue d’Iéna, 75016, Paris.

Pour consulter le cycle d’ateliers 2014-2015 consacré à Alexandre de Halès: MaquetteAlexandreHales

14 mars: Séminaire « La cosmologie d’Averroès : le Commentaire moyen au De caelo d’Aristote »

Séminaire du Centre d’Histoire des Sciences et des Philosophies Arabes et Médiévales

(SPHERE, UMR 7219 : CNRS/ Université Paris Diderot-Paris7/Université Paris1)
 
La cosmologie d’Averroès : le Commentaire moyen au De caelo d’Aristote

Séance du vendredi 14 mars 2014,  15h-17h

Cristina Cerami (CNRS, CHSPAM-SPHERE) : 

Révision de la traduction de CMDC I, 2-4.

!!! exceptionnellement Salle Rothko, 412B !!!

Université Paris Diderot-Paris 7, Bâtiment Condorcet, 4e étage
10 rue A. Domont et L. Duquet ou  4 rue Elsa Morante, 75013 PARIS. Plan interactif.

http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1014


Métro : Ligne 14, RER C, Arrêt : Bibliothèque Nationale. Autobus : 62 89 325 64 : stop Avenue de France

 

 

14 mars: Atelier Jean de Salisbury

Atelier Jean de Salisbury, vendredi 14 mars 2014, 17h-19h

Jean-Yves Tilliette (Université de Genève)« Du bon usage du tutoiement: la  rhétorique perverse de l’adulatio (Policraticus, livre 3) ».

Lieu: Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), Bibliothèque Boutruche, escalier F, 2ème étage.

Entrée libre. Pour tout renseignement complémentaire, contacter Christophe Grellard (christophe.grellard@univ-paris1.fr) ou Frédérique Lachaud (frederique.lachaud@univ-lorraine.fr,

15 mars: Séminaire Platonicien: « Proclus et Simplicius »

Séminaire de la société d’études platoniciennes 2014: « De quoi y-a-t-il des formes? » (Organisation : Luc Brisson, Marc-Antoine Gavray, Laurent Lavaud, Alexandra Michalewski et Olivier Renaut)

Samedi 15 mars. Séance sous la direction de L. Lavaud. Proclus et Simplicius.

Université Paris 1, 9h30-12h30, Salle Cavaillès.

‣ Carlos STEEL (KU Leuven – De Wulf- Mansion Center).

‣ Philippe SOULIER (EPHE).

17 Mars: Ziad Bou Akl, «Le raisonnement juridique chez Averroès »

Lundi 17 mars, de 17h à 19h, Ziad Bou Akl, « Le raisonnement juridique chez Averroès ».

Dans le cadre du séminaire: « L’argumentation scientifique médiévale » (Org. J. Chandelier, Paris VIII et N. Weill-Parot, UPEC)

À l’École Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 PARIS), salle d’histoire, escalier D, 2e étage

18 mars: « Augustin et ses lecteurs: Ptolémée de Lucques, Dante et la théologie augustinienne de l’histoire de Rome » (Atelier des médiévistes, EHESS)

Atelier des médiévistes. Question, outils et actualités de la recherche

2013-2014

18 mars 2014: Delphine Carron (EHESS) et Elisa Brilli (Université de Zurich)

 

Augustin et ses lecteurs: Ptolémée de Lucques, Dante et la théologie augustinienne de l’histoire de Rome

De 19 h à 21 h, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris

Descriptif 

Les catégories d’augustinisme et d’anti-augustinisme, qui sont profondément enracinées dans les études d’histoire de la philosophie et de la pensée politique médiévales, font depuis quelque temps l’objet de critiques multiples de la part des chercheurs. Ces critiques nous interrogent sur la possibilité de construire une histoire de la réception capable de saisir les lectures et usages qui se sont historiquement donnés d’un certain texte, ainsi que les diverses communautés des lecteurs qui se sont nourries, chacune à sa façon, de la référence à un même ouvrage/auteur. En nous concentrant sur le début du XIVe s. et sur le contexte communal italien, lors de cette séance à deux voix, nous comparerons les usages que Ptolémée de Lucques et Dante Alighieri ont fait du De civitate Dei, notamment pour ce qui est de Rome et de son rôle dans la théologie de l’histoire universelle.

 

Elisa Brilli a soutenu sa thèse sur la « civitas diaboli » en 2009 (cotutelle EHESS-La Sapienza) ; depuis, elle a été boursière post-doc auprès du KHI-Max Planck Gesellschaft à Florence, de l’UQAM à Montréal, de la FMSH à Paris, du FNS à Zurich. A l’Université de Zurich, elle développe un projet de trois ans sur « L’homme, la cité terrestre et la théologie de l’histoire. Saint Augustin chez Dante ». Elle a dirigé le volume Faire l’anthropologie historique du Moyen Age (2010) et publié une monographie sur Firenze e il profeta. Dante tra teologia e politica (2012). Pour plus d’info :https://uzh.academia.edu/ElisaBrilli

 

Delphine Faivre-Carron a soutenu sa thèse sur la figure de Caton de Paul Diacre à Dante en 2010 (cotutelle Paris IV- Univ. de Neuchâtel); depuis, elle a été boursière post-doc auprès de la Goethe Universität de Francfort, de l’Université Paris IV-Sorbonne et, actuellement, du CRH (EHESS) dans le cadre d’un projet sur les commentaires médiévaux à la Politiqued’Aristote. Elle a publié de nombreux articles sur la figure de Caton et, parmi ses travaux en cours, on mentionnera la traduction de PTOLÉMÉE DE LUCQUES, La juridiction de l’empire et l’autorité du Souverain Pontife. Pour plus d’info :http://gas.ehess.fr/document.php?id=264

 

Source : Atelier des médiévistes

18 Mars: Séminaire: « Gloses et chaînes bibliques : sources de l’interprétation de la Bible au Moyen Âge »

Le mardi 18 Mars, de 17h30 à 19h30 – La péricope des épis arrachés (Mt. 12, 1-8 , Lc. 6, 1-5, Mc. 2, 23-28) : typologie des commentaires et enjeux de son exégèse (Emmanuel Bain, Univ. Nice).
Dans le cadre du séminaire:

« Gloses et chaînes bibliques : sources de l’interprétation de la Bible au Moyen Âge »

Dans le cadre du séminaire de Nicole Bériou, (EPHE, 5e section) « Exégèse et prédication dans le Moyen Âge chrétien occidental », Martin Morard et Francesco Siri organisent un atelier de recherche autour des gloses et chaînes bibliques au Moyen Âge (activités du LabEx HASTEC pour l’année 2013-2014).

Argumentaire:

De la fin de l’Antiquité à la période moderne, la réception de la révélation chrétienne s’est cristallisée autour du texte de la Bible chrétienne, qualifiée par certains de « forme», par d’autres de la « norme » de la foi chrétienne. Le commentaire – et plus spécialement les chaînes exégétiques et les gloses – sont des lieux de croisement entre texte biblique et traditions herméneutiques ecclésiastiques. Par leur double caractère, sélectif et synthétique, les chaînes/gloses ont vocation à devenir des instruments de référence. Elles ont contribué à la fabrication et à la diffusion des autorités qui nourrissent les différentes instances du discours théologique (magistère ecclésiastique, prédication, théologie, commentaires scolaires, etc.), mais aussi celles du discours politique, philosophique, scientifique.

L’atelier vise à introduire les étudiants à la compréhension du statut historique des gloses et des chaînes dans l’exégèse de la Bible, en leur présentant les recherches actuelles sur ce sujet. Il vise aussi à créer un lieu de réflexion sur le commentaire biblique médiéval ouvert destiné aux membres du LabEx HASTEC et aux spécialistes de l’exégèse médiévale.

Lieu: IRHT, 40 avenue Iéna, 75016 Paris

 

27 Mars: Séminaire « Le principe du Bien » (dir. A. Vasiliu)

27 Mars 14h30-18h30 (Salle des Actes)

Rafael Ferber (Univ. de Lucerne) : Le Principe du Bien chez Platon n’est-il pas transcendant ou bien l’est-il quand-même ?
Philippe Hoffmann (EPHE, Paris): Sur le Bien néoplatonicien

Dans le cadre du séminaire: « L’héritage philosophique de l’Antiquité à l’époque tardo-antique et médiévale »dirigé par Anca Vasiliu, LE PRINCIPE DU BIEN

Lieu: Salle des Actes de l’Univ. Paris-Sorbonne 

28 mars: Séminaire « Psychologie médiévale » (CESR, Tours)

Vendredi 28 mars, 9h30-16h30: Première séance du séminaire « Psychologie médiévale » (org. Joël Biard), au Centre d’Études supérieures de la Renaissance, Tours.

Joël Biard présentera les Questiones de anima de Blaise de Parme (Padoue, 1385-1386).

Argument du séminaire:

L’enjeu de ce séminaire de recherche sera l’étude du statut de l’âme et de ses fonctions, de l’animation à l’intellection, en insérant cette question dans la tradition des commentaires sur le Traité de l’âme sans exclure les autres apports qui ont constamment croisé et fécondé cette tradition (platonisme, augustinisme, tradition médicale).

Le fil conducteur sera la question de l’unité : unité des « parties » ou puissances, unité du composé de l’âme et du corps, notamment dans le cas de l’homme. Mais de nombreuses questions pourraient être abordées, de la noétique jusqu’à la théorie de la sensation et aux formes les plus diverses d’union entre corps et esprit dans ce contexte.

Un moment important est constitué par le XIVe siècle, où la psychologie comme science de l’âme se déploie pour une large part en étude systématique des processus cognitifs.

Une partie de chaque séance sera consacrée à travailler sur les Questions sur l’âme de Blaise de Parme.

Lieu: CESR, 59 rue Néricault-Destouches, 37000 Tours, salle des partitions. 

Prochaines séances: 16 mai et 20 juin

28 Mars: « L’être en acte » (Centre Léon Robin)

CYCLE DE CONFÉRENCES LÉON-ROBIN 2013 – 2014 LOGIQUE ET MÉTAPHYSIQUE CHEZ ARISTOTE

28 mars 2014 : « L’être en acte », 14h00-17h30, salle des Actes, Paris IV-Sorbonne, RdCh

Christoph RAPP (Université Ludwig-Maximilian, Munich)

« Actual being in Aristotle’s Metaphysics VIII »

Charlotte MURGIER (Université de Créteil)

« L’energeia »

Lieu: Paris IV-Sorbonne, 1 rue Victor-Cousin, 75005 Paris

31 Mars: Séminaire du Centre Abélard (Paris-Sorbonne)

Lundi 31 Mars, 18h-20h, première séance du séminaire du Centre Abélard, Paris-Sorbonne (resp. Pasquale Porro)

Luca Fiorentini (Univ. Paris-Sorbonne)

Sur les lignes idéologiques de la première réception de la Comédie dantesque.

Description:

L’objectif de cette séance est de présenter certains points de controverse que la Comédie de Dante Alighieri a suscités dès sa première réception, dont témoigne le très grand nombre de gloses et de commentaires qui ont accompagné très tôt la diffusion de ce poème. Ce corpus exégétique du XIVe siècle a souvent été seulement considéré sous une perspective historique et biographique (pour la raison qu’il fournit des informations utiles pour éclaircir l’identité des personnages ou pour expliquer les épisodes peu connus dont le poème se fait l’écho) ;  il se présente cependant comme un document unique, véhiculant une philosophie herméneutique complexe. Cette exégèse est consacrée à des questions que les spécialistes modernes de Dante considèrent encore aujourd’hui ouvertes, telles que la définition de l’allégorie fondamentale du poème, le contexte moral du voyage dantesque dans l’au-delà, la position problématique de la Comédie entre littérature sacrée et profane, la possibilité que ce récit soit issu d’une authentique contemplation du divin. L’enjeu serait, par conséquent, d’éclaircir le sens fondamental que les premiers lecteurs de la Comédie lui ont donné, et les sources (c’est-à-dire les parcours culturels, sacrés et laïques) qui sous-tendent la première réception critique du poème de Dante.

Lieu: Université, Paris-Sorbonne, UFR de Philosophie, salle F042.