Archives de catégorie : Parutions

B. Delaurenti, Fascination, Paris, Cerf, coll. Patrimoines, 2023, 536p., ISBN 9782204160216

B. Delaurenti, Fascination, Paris, Cerf, coll. Patrimoines, 2023, 536p., ISBN 9782204160216

Présentation de l’éditeur :

Un regard peut tuer. Il peut rendre muet, anéantir les récoltes, projeter du sang sur un miroir. Qu’on l’appelle « fascination », « mauvais oeil », « Evil Eye », « Böser Blick », « malocchio » ou « jettatura », le pouvoir destructeur du regard est attesté depuis plus d’un millénaire, en divers endroits de la planète, par des croyances, des pratiques et des discours. Au Moyen Âge, c’est dans les sources savantes qu’il a laissé le plus de traces. Philosophes, médecins et théologiens se sont interrogés sur les causes du mauvais oeil. Ils réagissaient à la lecture d’un texte traduit en latin au XIIe siècle : dans son De anima, Avicenne affi rme que l’homme peut agir sur d’autres corps par son seul regard, grâce à la force de son âme. Cette proposition polémique a connu une impressionnante postérité, l’idée d’un pouvoir de l’âme en dehors du corps posant toutes sortes de problèmes aux auteurs latins. La réception de cette doctrine d’Avicenne constitue le fi l conducteur d’une enquête dans les débats et les pratiques savantes du Moyen Âge. L’ouvrage montre comment, dans les années 1140-1440, des intellectuels se sont saisis de la croyance dans le mauvais oeil pour la transformer en un problème scientifique.

Béatrice Delaurenti est historienne et maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle a notamment publié La Contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale (Classiques Garnier, 2016).

Memory and Recollection in the Aristotelian Tradition: Essays on the Reception of Aristotle’s De memoria et reminiscentia, eds. V. Decaix, C. Thomsen Thörnqvist (Brepols, SA47, Dec. 2021)

Memory and Recollection in the Aristotelian Tradition
Essays on the Reception of Aristotle’s De memoria et reminiscentia

V. Decaix, C. Thomsen Thörnqvist (eds.)

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503593128-1

Aristotle’s De memoria et reminiscentia (“On Memory and Recollection”) is the oldest surviving systematic study of the nature of human memory.

Aristotle’s De memoria et reminiscentia (“On Memory and Recollection”) is the oldest surviving systematic study of the nature of human memory. Forming part of Aristotle’s other minor writings on psychology that were intended as a supplement to his De anima (“On the Soul”) and known under the collective title Parva naturalia, Aristotle’s De memoria et reminiscentia gave rise to a vast number of commentaries in the Middle Ages. The present volume offers new knowledge on the medieval understanding of Aristotle’s theories on memory and recollection across the linguistic traditions including the Byzantine Greek, Latin and Arabic reception.

Véronique Decaix is associate professor in Medieval Philosophy at the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Her research focus is on psychology during the Middle Ages, more precisely on intentionality in cognitive processes such as sensation, memory, dream and intellection. She has recently published a monograph on Dietrich of Freiberg (Vrin, 2021).

Christina Thomsen Thörnqvist is professor of Latin (University of Gothenburg) and specializes on the Latin reception of Aristotle’s syllogistic theory and his natural philosophy. She has recently a major research project on the Greek, Latin and Arabic reception of Aristotle’s Parva naturalia (Representation and Reality 2013-2019) and is now heading a project on the medieval reception of Aristotle’s logic (Filling the Gap: Medieval Aristotelian Logic 1240–1360, 2019–2024).

Table of Contents

Christina Thomsen Thörnqvist, Preface

Véronique Decaix, Introduction

Mika Perälä, Aristotle’s Three Questions about Memory

Alexandra Michalewski, Writing in the Soul. On Some Aspects of Recollection in Plotinus

Tommaso Alpina, Retaining, Remembering, Recollecting. Avicenna’s Account of Memory and Its Sources

Carla Di Martino, Mémoire, représentation et signification chez Averroès. Une proposition de lecture

Joël Chandelier, Memory, Avicenna and the Western Medical Tradition

Julie Brumberg-Chaumont, The First Latin Reception of the De memoria et reminiscentia: Memory and Recollection as Apprehensive Faculties or as Moving Faculties?

Véronique Decaix, What Is Memory of? Albert the Great on the Proper Object of Memory

Sten Ebbesen, Memory Is of the Past

Christina Thomsen Thörnqvist, Aristotle and His Early Latin Commentators on Memory and Motion in Sleep

Dafni Argyri, The Byzantine Reception of Aristotle’s De memoria

Bibliography

Index

266 p., 156 x 234 mm, 2021
ISBN: 978-2-503-59312-8
Languages: English, French

 

 

Ch. Ehret, Agir en vertu d’un autre. Thomas d’Aquin et l’ontologie de l’instrument, Paris, Vrin, “Études de philosophie médiévale”, 2021.

Ch. Ehret, Agir en vertu d’un autre. Thomas d’Aquin et l’ontologie de l’instrument, Paris, Vrin, “Études de philosophie médiévale”, 2021.

 
La Physique d’Aristote est travaillée par un problème souterrain. D’après ses principes, ce qui est mû ne saurait mouvoir : un mû est en puissance et un moteur est en acte, de sorte qu’un moteur essentiellement mû est une contradiction. Le présent livre montre l’importance de ce problème dont la solution n’apparaît qu’avec le concept d’instrument élaboré au XIIIe siècle par Thomas d’Aquin.
Si l’instrument chez Thomas correspond au « moteur mû » aristotélicien, l’Aquinate ne s’en tient pas à cette formule lorsqu’il produit une théorie détaillée de la causalité instrumentale. À l’analyse, la notion de moteur mû se dissipe et l’instrument apparaît comme ce qui agit en vertu d’un autre. Cela signifie que l’agent principal donne son pouvoir (virtus) à l’instrument, qui le reçoit selon un être intentionnel (esse intentionale). Cette doctrine délicate ne se comprend qu’à condition de restituer la physique qu’elle dépasse et la métaphysique des pouvoirs à laquelle elle aboutit.

Charles Ehret, agrégé et docteur en philosophie, est chercheur associé au centre GRAMATA (Paris I – Panthéon-Sorbonne) et enseigne en lycée ainsi qu’à l’Université de Lille.

 

Vrin – Études de philosophie médiévale
240 pages – 16 × 24 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-3006-6 – décembre 2021
 
http://vrin.fr/book.php?title_url=Agir_en_vertu_d_un_autre_Thomas_d_Aquin_et_l_ontologie_de_l_instrument_9782711630066&search_back=&editor_back=%&page=1

Brill’s Companion to the Reception of Pythagoras and Pythagoreanism in the Middle Ages and the Renaissance, ed. Irene Caiazzo, Constantinos Macris, Aurélien Robert, Leiden-Boston: Brill, xv-495 p. (series “Brill’s Companions to the Classical Reception”, 24).

Brill’s Companion to the Reception of Pythagoras and Pythagoreanism in the Middle Ages and the Renaissance, ed. Irene Caiazzo, Constantinos Macris, Aurélien Robert, Leiden-Boston: Brill, xv-495 p. (series “Brill’s Companions to the Classical Reception”, 24).

 
Présentation de l’éditeur:
 
Une vaste palette de spécialistes offre une vue d’ensemble de la réception des idées pythagoriciennes au Moyen Âge et à la Renaissance, en apportant un éclairage nouveau, notamment sur le “Pythagore médiéval” de l’Occident latin, qui a été peu étudié. Ils explorent également la survie du pythagorisme dans les cultures arabe, juive et perse, adoptant ainsi une perspective multiculturelle. Leur souci commun est de détecter les sources de cette réception, et de suivre leur circulation dans des aires linguistiques diverses. Le lecteur peut ainsi avoir une vision panoramique des grands thèmes appartenant à l’héritage pythagoricien – philosophie des nombres et sciences du quadrivium ; éthique et mode de vie ; théologie, métaphysique et âme – jusqu’au début de l’époque moderne.
 
A wide range of specialists provide a comprehensive overview of the reception of Pythagorean ideas in the Middle Ages and the Renaissance, shedding new light especially on the understudied ‘Medieval Pythagoras’ of the Latin West. They also explore the survival of Pythagoreanism in the Arabic, Jewish, and Persian cultures, thus adopting a multicultural perspective. Their common concern is to detect the sources of this reception, and to follow their circulation in diverse linguistic areas. The reader can thus have a panoramic view of the major themes belonging to the Pythagorean heritage – number philosophy and the sciences of the quadrivium; ethics and way of life; theology, metaphysics and the soul – until the Early Modern times
 
 
 

Continuer la lecture

V. Cordonier, T. De Robertis (éd.), Chrysostomus Javelli’s Epitome of Aristotle’s Liber de bona fortuna. Examining Fortune in Early Modern Italy, Leiden, Brill, 2021

Chrysostomus Javelli’s Epitome of Aristotle’s Liber de bona fortuna   

Examining Fortune in Early Modern Italy 

  

Series: 

In this book, Valérie Cordonier and Tommaso De Robertis provide the first study, along with edition and translation, of Chrysostomus Javelli’s epitome of the Liber de bona fortuna (1531), the famous thirteenth-century Latin compilation of the chapters on fortune taken from Aristotle’s Magna Moralia and Eudemian Ethics. An Italian university professor and a prominent figure in the intellectual landscape of sixteenth-century Europe, Javelli (ca. 1470-ca. 1542) commented on nearly the entirety of Aristotle’s corpus. His epitome of the Liber de bona fortuna, the only known Renaissance reading produced on this work, offers an unparalleled insight into the early modern understanding of fortune, standing out as one of the most comprehensive witnesses to discussions on fate, fortune, and free will in the Western world.

Alain de Libera, Le sujet de la passion, Paris, Vrin, “Bibliothèque d’Histoire de la philosophie”, Paris, Vrin, 2021.

Après L’invention du sujet moderne (2014), et La Volonté et l’action (2015), le cours du semestre d’hiver 2016 abordait la question du sujet de la passion pour tester sur la « durée longue », la thèse principale de l’archéologie du sujet, faisant de la christologie le laboratoire ontologique et éthique de l’anthropologie occidentale. En suivant des dossiers aussi différents que la querelle du monothélisme dans l’Antiquité tardive ou celle de l’Eucharistie dans la « prémodernité », on poursuivait un double objectif : arracher la théologie et son histoire à l’enfer des « études subalternes », rapatrier la théologie « grecque » dite « orientale » dans l’histoire de la pensée « européenne » – autrement dit : remettre l’Église au milieu du village, et la Grèce en Europe. La question du sujet de la souffrance du Christ sur la Croix, celle du statut de la douleur dans la stigmatisation de François d’Assise ou les pratiques ascétiques du « mystique » rhénan Henri Suso, ont été l’occasion d’examiner sur une base nouvelle la genèse des notions de contagion et de compassion, censées rendre compte de la possibilité d’un « partage de la souffrance » entre l’homme, les hommes et Dieu, ainsi que les complexes de problèmes déployés depuis les Problemata du Pseudo-Aristote jusqu’à la théorie luthérienne de la communication des idiomes et les controverses christologiques du XVIe siècle (comme le « colloque » de Montbéliard de 1586 opposant luthériens et calvinistes), pour penser ensemble, à partir du couple passion-Passion, dans l’horizon d’une métaphysique de l’Incarnation, l’élaboration croisée – ce qu’on appelle ici le « chiasme » – de la souffrance humaine et de la souffrance de Dieu.

Alain de Libera est professeur émérite au Collège de France où il a occupé la chaire d’histoire de la philosophie médiévale de 2013 à 2019.
 

http://vrin.fr/book.php?title_url=Le_sujet_de_la_passion_Cours_du_College_de_France_2015-2016_9782711629626&search_back=sujet+libre&editor_back=%&page=1

Vrin – Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
536 pages – 13,5 × 21,5 × 3,2 cm
ISBN 978-2-7116-2962-6 – octobre 2021

Graziella Federici Vescovini, Astrologie et science au Moyen âge, Paris, Vrin, “Études de philosophie médiévale”, 2021.

 
 
Depuis ses origines grecques et arabes, tout au long des siècles qu’on désigne comme le Moyen Âge, l’astrologie, en relation étroite avec l’astronomie et la cosmologie, fut au coeur de tout un savoir sur le ciel et le monde. Cette étude se propose de reconstituer l’histoire organique de cette discipline qui offrait un authentique système du monde. L’auteur en présente un tableau narratif depuis le IVe siècle avant J.-C. jusqu’à l’âge moderne. Elle suit les transformations des systèmes cosmologiques qui se sont ainsi succédés, leurs liens dans le temps mais aussi les ruptures. Elle étudie l’évolution des relations entre les sciences parmi lesquelles l’astrologie a fini par jouer un rôle de plus en plus spécifique. Elle montre aussi comment une certaine astrologie a toujours été intégrée et acceptée par les autorités ecclésiastiques et universitaires, tandis que ses aspects jugés les plus dangereux étaient rejetés, d’où résultèrent de fréquentes polémiques sur la nature et la valeur de l’astrologie. On ne peut ici prétendre à l’exhaustivité, d’autant qu’en fin de compte on dispose de peu de documents. Mais on espère avoir fourni quelques clés de compréhension.

Graziella Federici Vescovini est Professeur émérite d’histoire de la philosophie à la Faculté di Scienze della Formozione, Università degli Studi di Firenze.
 
Vrin – Études de philosophie médiévale
192 pages – 16 × 24 × 1,2 cm
ISBN 978-2-7116-3003-5 – octobre 2021
 
http://vrin.fr/book.php?code=9782711630035

M. Sorokina, Les sphères, les astres et les théologiens L’influence céleste entre science et foi dans les commentaires des Sentences (v. 1220 – v. 1340), Turnhout, Studia Sententiarum, SSent 5 Brepols, 2021.

This book is the first exhaustive study of one of the fundamental theory for medieval science: the theory of celestial influence. The analysis of the Sentences commentaries reveals different conceptions of celestial causality and shows the interactions between secular and Christian cosmologies.

Pour la totalité des savants médiévaux, les sphères et astres causent de multiples phénomènes terrestres, des événements météorologiques jusqu’aux changements dans le corps humain. Mais qu’en disent les théologiens ? Ce livre propose la première reconstitution de la théorie de l’influence céleste à partir d’une analyse exhaustive du corpus des commentaires des Sentences (v. 1220-v. 1340). Non seulement ces auteurs adhèrent à la doctrine de la causalité céleste, mais aussi ils prônent une approche originale. D’une part, ils traitent de l’influence « ordinaire », celle des corps supérieurs connus des astronomes : son étendue, ses mécanismes, ses limites. D’autre part, ils dépeignent une influence « hors normes », celle des sphères, des planètes et des étoiles dont l’existence est postulée par la foi chrétienne : le ciel empyrée, demeure des bienheureux, ou les corps célestes métamorphosés par l’Apocalypse. Dotés, à première vue, de propriétés contraires à l’ordre naturel, ces cieux sont néanmoins décrits avec la philosophie naturelle aristotélicienne. La théologie s’adapte donc à la science, mais en renouvelant cette dernière : en englobant le cas des cieux « atypiques », la théorie de l’influence céleste en ressort profondément modifiée. Il s’agit d’une clé pour comprendre l’innovation du savoir scientifique médiéval et, peut-être, pour penser les évolutions scientifiques ultérieures.

Ce livre est la version retravaillée d’une thèse de doctorat distinguée par deux prix : leprix Daniel et Michel Dezès (décerné par le Comité français des sciences historiques sous l’égide de la Fondation de France) et le prix de la Société française d’histoire des sciences et des techniques (SFHST).

Maria Sorokina (docteur, Université Paris-Est, 2017 ; chercheuse postdoctorale, De Wulf-Mansion Centre, KU Leuven) est une historienne des sciences médiévales ; ses recherches portent, en particulier, sur le problème des rapports entre science et foi.

 

Continuer la lecture

Decaix, Véronique, Constituer le réel. Métaphysique et noétique chez Dietrich de Freiberg, Paris, Vrin, “Etudes de philosophie médiévale, 2021.

Le traité De origine rerum praedicamentalium soutient une thèse audacieuse : l’intellect humain possèderait un pouvoir constitutif sur le réel. Pour cette raison, son auteur, Dietrich de Freiberg (1250-1320), a été considéré comme le précurseur de Kant au Moyen Âge.
À partir d’une analyse des objets constitués par l’intellect (à savoir l’Un, la relation, le temps, la quiddité), ce livre dégage une typologie des constitutions opérées par l’intellect. L’idée de constitution intellective se trouve replacée au sein d’un projet métaphysique plus global, la « déduction des catégories », puis dans le cadre d’une ontologie formelle des choses naturelles, dont l’objet propre se situe à la croisée de la noétique et du réel.
Contre une lecture idéalisante, favorisée par le rapprochement avec Kant, ce livre défend un réalisme épistémique chez Dietrich de Freiberg.

Véronique Decaix, agrégée et docteure en philosophie, est Maîtresse de conférences en philosophie médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France.
 
Vrin – Études de philosophie médiévale
336 pages – 16 × 24 × 2,1 cm
ISBN 978-2-7116-2979-4 – avril 2021
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629794

Ad placitum : pour Irène Rosier-Catach, Flumen Sapientiae 14 (2021).

Textes réunis par Laurent Cesalli, Frédéric Goubier, Anne Grondeux, Aurélien Robert, Luisa Valente. 2021. Ad placitum : pour Irène Rosier-Catach. Arricia : Aracne editrice. (Flumen sapientiae, 14). 2 tomes. 684 p. ISBN : 978-88-255-3913-4

Ce volume est un florilège libre des manières dont les ami.e.s, élèves et collègues d’Irène Rosier-Catach ont souhaité rendre hommage à son œuvre comme à sa personne. En dépit de son titre en forme de mot d’ordre – ad placitum – l’ensemble de ces 87 textes traite, sous un rapport ou un autre, de la thématique centrale des travaux d’Irène Rosier-Catach, à savoir le langage. La diversité des formes et des langues reflète la très large et riche communauté qui s’est formée autour d’elle. Une publication atypique, pour une figure hors du commun.

Liste des contributeurs :

Gadi Algazi, Bruno Ambroise, Sylvie Archaimbault, E. Jennifer Ashworth, Corinne Atlas, Jean-Christophe Attias, Paul Audi, Marc Baratin, Jean Baumgarten, Jöel Biard, Jean-Patrice Boudet, Olivier Boulnois, Alain Boureau, Jean-Baptiste Brenet, Gianluca Briguglia, Elisa Brilli, Julie Brumberg-Chaumont, Philippe Büttgen, Irene Caiazzo, Carla Casagrande, Ghislain Casas, Laurent Cesalli, Franck Cinato, Bernard Colombat, Iacopo Costa, Jean-François Courtine, Gilbert Dahan, Alain De Libera, Cyril De Pins, Michel Deguy, Béatrice Delaurenti, Sten Ebbesen, Vincent Eltschinger, Paolo Falzone, Nicolas Faucher, Enrico Fenzi, Luca Fiorentini, Karin Margareta Fredborg, Giacomo Gambale, Leone Gazziero, Sonia Gentili, Carlo Ginzburg, Cédric Giraud, Frederic Goubier, Christophe Grellard, Anne Grondeux, Rodrigo Guerizoli Teixeira, Patrick Henriet, Ruedi Imbach, Klaus Jacobi, Catherine König-Pralong, Massimiliano Lenzi, René Létourneau, Gaetano Lettieri, Corinne Leveleux-Texeira, Olga Lucia Lizzini, Anneli Luhtala, John Alexander Marenbon, Costantino Marmo, Christopher J. Martin, Constant Mews, Denis Monfleur, Antonio Montefusco, Kevin Mulligan, Calvin G. Normore, Adriano Oliva, Claude Panaccio, Martine Pécharman, Ernesto Perini-Santos, Sylvain Piron, Dominique Poirel, Pasquale Porro, Jean-Noël Robert, Aurélien Robert, Martin Rueff, Irene Santori, Fernando Santoro, Mary Sirridge, Andrea Tabarroni, Caterina Tarlazzi, Pina Totaro, Luisa Valente, Silvana Vecchio, Julien Véronèse, Iwakuma Yukio, Raffaella Zanni, Irene Zavattero

http://www.aracneeditrice.it/index.php/pubblicazione.html?item=9788825539134

I. Lystopad, Un platonisme original au XIIe siècle. Métaphysique pluraliste et théologie trinitaire dans le De unitate et pluralitate creaturarum d’Achard de Saint-Victor, Turnhout, Brepols, “Bibliotheca Victorina (BV 28)”, 2021.

Métaphysique pluraliste et théologie trinitaire dans la philosophie médiévale platonicienne d’Achard de Saint-Victor

Achard de Saint-Victor (†1171) est un représentant moins connu de l’école de Saint-Victor, élève d’Hugues, chanoine régulier, maître, abbé de Saint-Victor à Paris (1155-1161), évêque d’Avranches (1161-1171). Son œuvre principal, le De unitate et pluralitate creaturarum, consiste en deux parties qui portent sur la doctrine trinitaire et sur la doctrine de la pluralité des raisons éternelles dans le Verbe de Dieu.

Cette recherche entend rétablir les thèses principales exposées par Achard de Saint-Victor dans son livre De unitate et pluralitate creaturarum pour montrer que les capacités métaphysiques de ce penseur ne le cèdent pas aux philosophes plus connus de son époque. Notamment, l’autrice étudie la façon dont le De unitate recourt aux doctrines médio et néoplatoniciennes pour résoudre la question d’une coexistence de l’unité et de la pluralité en Dieu et dans les créatures. L’enjeu est de mieux comprendre la place de la métaphysique platonicienne dans l’école de Saint-Victor, et ce malgré la rareté des sources au XIIe siècle, en particulier des œuvres de Platon ou de ses disciples grecs.Le présent ouvrage contribue à résoudre deux problèmes de l’histoire de la philosophie : quels éléments et sources platoniciens ont été reçus au XIIe siècle et quelle place la pensée victorine fait à l’héritage platonicien. Les problèmes philosophiques soulevés sont la multiplication des objets intelligibles et sensibles, la définition de la chose et l’identité des êtres.

Iryna Lystopad a étudié la philosophie à l’Université Nationale “Académie Mohyla de Kyiv”. Le préésent ouvrage est issu de la thèse qu’elle a soutenue en 2016 en cotutelle entre cette université et l’École Pratique des Hautes Études (Paris), sous la direction d’Andriy Vasylchenko et Dominique Poirel.

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503593746-1

R. Poma, M. Sorokina, N. Weill-Parot, Les confins incertains de la nature (XII-XVIes), Paris, Vrin, 2021.

La délimitation des notions de nature et de naturel fait l’objet de multiples interrogations au Moyen Âge et à la Renaissance. Entre l’humanité et le règne animal ou végétal, entre le monde sublunaire et les cieux, entre l’univers matériel et l’univers spirituel se dessinent des zones ambiguës, où le discours est pris d’hésitations, voire de troubles. Qu’ils soient philosophes, théologiens ou médecins, nombre d’auteurs tentent de définir à leur façon les limites de l’ordre naturel. La ligne de démarcation entre ce qui est naturel et ce qui ne l’est pas apparaît mouvante, incertaine voire indécidable. C’est à l’exploration de ces territoires du doute que s’attelle cet ouvrage autour de trois grands confins : les limites de la définition de la nature, la frontière entre le naturel et le divin, et la lisière entre le naturel et le démoniaque.
 

http://vrin.fr/book.php?title_url=Les_confins_incertains_de_la_nature_%28XIIe_-XVIe_siecles%29_9782711630172&search_back=CONFINS&editor_back=%&page=1

Vrin – De Pétrarque à Descartes
248 pages – 16 × 24 × 1,5 cm
ISBN 978-2-7116-3017-2 – juin 2021

K. Trego (éd.), Libertés médiévales, Paris, Vrin, 2021.

La liberté s’est dite au Moyen Âge en de multiples acceptions. Elle revêt d’abord une dimension sociale et politique (on dit ainsi libre l’homme qui, n’étant pas esclave, jouit de certains droits, comme on dit libres les cités qui jouissent de certaines franchises); elle revêt d’autre part une dimension anthropologique, lorsque l’on parle du libre arbitre par lequel l’homme échappe au déterminisme. Cette question du libre arbitre se décline elle aussi pluriellement. On se demande en effet : dans quelle mesure l’action humaine échappe-t-elle à la contrainte? L’homme ne pourrait-il être libre que si des alternatives contingentes s’offrent à lui? Un agent est-il libre si son action n’est pas déterminée par des causes? Enfin, peut-il être à la fois libre et dans l’incapacité de faire le bien? Ces problématiques philosophiques s’accompagnent au Moyen Âge d’un enjeu théologique. Comment l’homme peut-il être libre si son action est prévue d’avance par la connaissance que Dieu en a, mais également si Dieu l’a prédestiné à agir? Agit-il encore librement, si, pour bien agir, il a besoin de la grâce? Parce que, tout à la fois, elle pose le problème du déterminisme, qu’elle envisage la responsabilité de l’homme, qu’elle engage l’éthique, qu’elle interroge, enfin, l’action divine dans l’histoire, la question de la liberté est au Moyen Âge une question fondamentale. Cet ouvrage, fruit d’un dialogue entre historiens et philosophes, voudrait permettre d’avancer sur ces questions.

Ont participé à ce volume : G. Alliney, I. Bochet, N. Carrier, Th. Dutour, M. W. Elliott, H. Goris, T. Hoffmann, C. Michon, J. Müller, M. Sorokina, K. Trego, Chr Trottmann et N. Weill-Parot.

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629732

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
240 pages – 13,5 × 21,5 × 1,2 cm
ISBN 978-2-7116-2973-2 – mars 2021

Jawath Jabbour, De la matière à l’intellect. L’âme et la substance de l’homme dans l’oeuvre d’al-Fârâbî, Paris, Vrin, “Etudes de musulmanes”, 2021

La pensée d’al-Fārābī joua un rôle majeur dans le développement de la psychologie philosophique médiévale. Pourtant, les lectures modernes ont souvent cantonné sa doctrine de l’âme aux problèmes eschatologiques et politiques, sans que soit envisagé ce qu’est l’âme ni comment l’homme, de substance matérielle, devient substance intellective. Ce livre s’attache à répondre à ces questions essentielles et à montrer l’originalité et la cohérence de la pensée de Fārābī, qui relie l’épistémologie, la métaphysique, la science naturelle, la logique et la politique. Cette réflexion est tout entière conduite par la volonté de penser le rapport du multiple à l’un, qu’il s’agisse de conjuguer la multiplicité des formes et puissances qui composent l’homme avec l’unité radicale de sa substance, ou de réduire la diversité des sources philosophiques en un système cohérent et unitaire qui s’insère dans le cadre de la pensée du Xe siècle abbasside.

Agrégé d’arabe, ancien élève de l’ENS de Lyon, Jawdath Jabbour est chercheur au CNRS (Aix Marseille Université TDMAM UMR 7297) et fait partie du programme de recherche PhASIF (Label DIM, région Île-de-France).

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629701

Vrin – Études musulmanes
472 pages – 16 × 24 × 2,8 cm
ISBN 978-2-7116-2970-1 – septembre 2021

Robert, Aurélien, Epicure aux enfers, Paris, Fayard, 2021

 

Robert, Aurélien, Epicure aux enfers, Paris, Fayard, 2021

Bien avant la Renaissance, des philosophes, des médecins et des théologiens médiévaux ont tenté de réhabiliter la figure d’Épicure et de faire revivre sa pensée. De l’hérétique au modèle de vie pour le chrétien, de la caricature d’un immoraliste athée à la promotion du plaisir, Aurélien Robert suit la longue construction des représentations de l’épicurisme, reçues et transformées au Moyen Âge. Et livre ainsi un portrait inédit de la philosophie médiévale.
Dans la Divine comédie de Dante, un seul philosophe se trouve au sixième cercle de l’Enfer, au milieu des hérétiques  : Épicure. Comment un penseur ayant vécu au ivsiècle av.  J.-C. peut-il être jugé ainsi  ? En proposant une archéologie des représentations de l’épicurien dans les trois grandes religions monothéistes, Aurélien Robert retrace la longue élaboration des associations entre épicurisme et hédonisme, athéisme et hérésie, et leur transformation au Moyen Âge.
Mais cette histoire en cache une autre, restée dans l’ombre d’une imposante littérature religieuse. Dès le xiie  siècle apparurent des tentatives de réhabilitation du philosophe grec, près de trois siècles avant la redécouverte de Lucrèce par Poggio Bracciolini. Ces témoignages de théologiens, de médecins, de philosophes présentent Épicure comme un grand sage, voire un modèle pour les chrétiens. Dans le même temps, sa pensée du plaisir retrouvait progressivement son prestige. Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas le Moyen Âge qui inventa la caricature de l’épicurien. Plus encore, c’est à cette époque que l’on tenta de sauver Épicure et sa philosophie des enfers.
 
Directeur de recherche au CNRS, ancien membre de l’École française de Rome, Aurélien Robert est spécialiste d’histoire de la philosophie du Moyen Âge et de la Renaissance. En 2019, il a reçu la médaille de bronze du CNRS pour l’ensemble de ses travaux.
https://www.fayard.fr/histoire/epicure-aux-enfers-9782213711744