Archives de catégorie : Parutions

Pierre de Jean Olivi, Questions sur la foi, Paris, Vrin, “Translatio”, 2021.

Les questions sur la foi de Pierre de Jean Olivi (v. 1248-1298) présentent avec clarté les enjeux principaux des traités de la foi du XIIIe siècle : en quoi l’acte de foi peut-il être dit volontaire et vertueux? Est-il irrationnel de croire sans preuves? L’auteur se distingue par sa radicalité : le devoir de croire sans preuves, fondé sur une obéissance instinctive à Dieu avant même que son existence ne soit admise, s’applique bien au-delà, dans de nombreux domaines de la vie. Ce point de vue et l’écriture et l’organisation originales de ces questions en font un texte passionnant, à la fois représentatif de son temps et en rupture significative avec la tradition dans laquelle il s’inscrit.

Nicolas Faucher est Core Fellow au Helsinki Collegium for Advanced Studies et spécialiste de l’histoire de la philosophie médiévale, avec un intérêt particulier pour la philosophie de la religion, l’épistémologie et la philosophie de l’esprit.

 

Vrin – Translatio
188 pages – 11 × 18 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2963-3 – janvier 2021
 
http://vrin.fr/book.php?code=9782711629633

J. Brumberg-Chaumont, C. Rosental (ed.), Logical Skills, Cham, Springer, 2021.

Comprehensively examines two opposing conceptions of logical skills, allowing readers to approach logic from a new interdisciplinary, non-reductionist perspective

Employs an interdisciplinary approach to explore the social and political issues raised by logic over the course of history

Utilizes a clear and engaging style to present a socio-historical examination of logical skills that is accessible to students, researchers, and academics alike

Table of content:

  • https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-58446-7#toc

Dominique Poirel (éd.), Le théologico-politique au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Aujourd’hui comme hier, les relations entre la loi humaine et la loi divine, entre le fondement sacré de l’autorité et l’organisation temporelle de la cité, ne cessent de soulever des questions nombreuses et brûlantes. Le religieux et le politique sont-ils deux espaces autonomes, séparés, ou bien est-il inévitable qu’ils se chevauchent, au risque soit de l’annexion de l’un par l’autre, soit de la lutte ouverte entre les deux? Sur ces questions de toujours, le Moyen Âge, non seulement occidental, mais aussi byzantin et musulman, a fourni une contribution étonnamment diverse et féconde, dont ce volume ambitionne d’être le reflet. Lecteurs médiévaux d’Augustin, penseurs originaux comme Maxime le Confesseur, Farabi, Avicenne, Thomas d’Aquin, Gilles de Rome et Marsile de Padoue, tous les courants, tous les auteurs étudiés montrent que la concurrence entre des sources religieuses comme la Bible et le Coran, philosophiques comme les textes de Platon et d’Aristote, et juridiques comme les compilations de Justinien, fit de la Méditerranée médiévale une sorte de laboratoire des théories sur la manière la meilleure d’articuler les deux puissances et leurs deux fins, spirituelles et temporelles, moins distinctes qu’entrelacées. Par là, ils nous aident à répondre à cette question : durant les derniers siècles, avons-nous assisté à une lente sécularisation du religieux en politique, ou bien à un mimétisme et à une concurrence entre les deux glaives?

Ont participé à ce volume : O. Boulnois, B. Bourdin, F. Daguet, J.-Ph. Genet, G. Kapriev, O. L. Lizzini, S. Simonetta, É. Tardivel et Ph. Vallat

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629534

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
168 pages – 13,5 × 21,5 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2953-4 – septembre 2020

Pascale Bermon et Isabelle Moulin (éd.), Commenter au Moyen âge, Paris, Vrin, 2020.

Le commentaire possède-t-il une légitimité? Commenter est-il un acte théologique, entre-t-il dans les cadres philosophiques ou bien n’est-il qu’une simple pratique pédagogique, voire une perte de temps? Epictète soulignait déjà que « commenter les enseignements » est encore moins profitable que d’écrire des textes, le but de la philosophie étant avant tout de la vivre et de la pratiquer.
Superflu, transformateur voire générateur de trahison, les critiques médiévales à l’égard de la pratique du commentaire ont été parfois virulentes. Pourtant, le Moyen Âge regorge de commentaires, faisant de l’acte herméneutique un acte philosophique à part entière et un acte théologique nécessaire. Dégager le sens, redonner vie aux auteurs oubliés, reproduire avec ses propres mots, permettent tout aussi bien de lire et de comprendre le texte original que son commentaire. La relation des textes et leur engendrement témoignent de la vie des idées et de la transmission des savoirs.
Dans un souci d’interdisciplinarité, ce volume de la collection de l’Institut d’études médiévales de l’Institut Catholique de Paris réunit des contributeurs philosophes, théologiens, spécialistes d’exégèse, canonistes et historiens.

Ont participé à ce volume : P. Bermon, O. Boulnois, J. Casteigt, G. Dahan, J. Dalarun, S. Ebbesen, L. Himmelfarb, Th. Joubert, R. Meyer, I. Moulin, E. Petit, Chr. Schabel et Ph. Vallat
 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711629251

Vrin – Publications de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris
280 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2925-1 – janvier 2020

Meryem Sebti et Daniel de Smet (dir.), Noétique et théorie de la connaissance dans la philosophie arabe, Paris, Vrin, 2020.

Cet ouvrage étudie la théorie de l’âme et de l’intellect dans la philosophie arabo-musulmane du IXe au XIIe siècle. Les falâsifa les plus célèbres (al-Kindī, al-Fārābī, Avicenne) y côtoient des penseurs (Abû Bakr al-Rāzī, al-Sijistānī, al-Kirmānī, les Frères de la Pureté, al-’Āmirī, al-Lawkarī, Bahmanyār et Abu l-Barakāt al- Baghdādī) dont la noétique resta longtemps peu connue, sans oublier les traductions gréco-arabes de Plotin et d’Aristote. Chaque auteur, spécialiste renommé en son domaine, cherche à cerner comment ces philosophes, appartenant à différentes époques et à divers courants et milieux intellectuels, ont abordé les problèmes posés par le Traité de l’Âme d’Aristote : la nature de l’âme et de l’intellect, leur relation, leurs différentes facultés, leur lien avec le corps; le processus de la connaissance; la nature et le rôle de l’intellect agent dans la noétique, la cosmologie et l’eschatologie. Ces études permettent de suivre les voies multiples qu’a empruntées en terre d’Islam la synthèse du platonisme et de l’aristotélisme, laissant apparaître la continuité de la réflexion par rapport à la tradition tardo-antique et, par là même, l’originalité de la position des penseurs musulmans.
Chaque chapitre est accompagné d’une anthologie de textes et d’un lexique. L’ouvrage se présente ainsi comme un manuel qui offre une première synthèse en la matière.
 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711628544

Vrin – Études musulmanes
412 pages – 16 × 24 × 2,4 cm
ISBN 978-2-7116-2854-4 – janvier 2020

Lemler, David, Création du monde et limites du langage. Sur l’art d’écrire des philosophes juifs médiévaux, Paris, Vrin, 2020.

Les philosophes juifs médiévaux – de Saadia Gaon à Hasday Crescas, en passant par Maimonide – emploient des stratégies d’écriture ésotérique lorsqu’ils traitent de la question de la création du monde. L’usage d’un tel art d’écrire ne saurait s’expliquer par le seul impératif de prudence ou la crainte de la persécution (il ne fait pas bon de mettre en cause des opinions traditionnelles). Il s’impose quand se rencontrent les sciences philosophiques et l’herméneutique rabbinique : la pensée est alors exposée à des problèmes qui mettent en défaut les capacités du langage. En atteste notamment l’effort répété des philosophes pour tenter d’énoncer le surgissement du dicible.


David Lemler est maître de conférences au Département d’études hébraïques et juives de l’Université de Strasbourg.

Vrin – Études de philosophie médiévale
208 pages – 16 × 24 × 1,2 cm
ISBN 978-2-7116-2941-1 – septembre 2020

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629411

Schabel, Chris, Pierre Ceffons et le déterminisme radical au temps de la peste noire, Paris, Vrin, “Conférences Pierre Abélard”, 2020.

Le XIVe siècle est souvent caractérisé comme un âge de « contingence radicale ». Selon leurs critiques modernes, les philosophes et les théologiens de l’époque ont affirmé que la chaîne de causalité secondaire est contingente, que l’homme pourrait changer sa prédestination ou réprobation éternelle, et même que Dieu pourrait défaire le passé. Cependant, la pensée du XIVe siècle était loin d’être monolithique. Ce livre entend précisément attirer l’attention sur la tendance opposée, le « déterminisme radical », à travers les lunettes d’un penseur français exceptionnel, quoique méconnu, Pierre Ceffons, moine de l’Abbaye de Clairvaux, dont les œuvres ont été rédigées entre 1348 et 1353. Le passé et le futur ont été abordés par Ceffons dans le contexte des discussions sur la puissance et la connaissance divines dans ses questions sur les Sentences de Pierre Lombard. Pour ce qui est du statut modal du présent, la nécessité des phénomènes naturels et humains a constitué le thème de ses quatre principia sur les Sentences, développé lors de débats contre les autres bacheliers en théologie. Enfin, Ceffons a traité de la prédestination et de la réprobation éternelles de Dieu dans le Confessionale Petri, le Centilogium, et les questions et principia sur les Sentences.


Chris Schabel, est Professeur à l’Université de Chypre, Nicosie

Vrin – Conférences Pierre Abélard
244 pages – 13,5 × 21,5 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-2921-3 – janvier 2020

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629213

Rubio, Josep E., Raymond Lulle le langage et la raison. Une introduction à la genèse de l’Ars, Paris, Vrin, “Conférences Pierre Abélard”, 2017

 
 

Raymond Lulle le langage et la raison

Une introduction à la genèse de l’Ars

Josep E. Rubio

 
 
 
Le philosophe et théologien Raymond Lulle (1232-1316) est connu surtout comme l’auteur d’une Ars de trouver la vérité qu’il présente comme alternative aux méthodes développées dans le milieu universitaire.
Pour comprendre cette Ars, il faut tenir compte de son but : convaincre les infidèles de la vérité de la foi catholique à l’aide de la raison. Cela n’est possible qu’en la concevant comme un langage commun, universel, qui surmonte les déficiences propres à la nature sensible du signe et qui offre à l’entendement de vrais signifiés intellectuels. Le lecteur trouvera dans ce livre une explication de la genèse et du fonctionnement de la méthode lullienne, envisagée comme une réponse aux enjeux expressifs et communicatifs impliqués dans le souci missionnaire de son auteur. On perçoit ainsi que l’Ars de Lulle incorpore des solutions, et même des références concrètes, empruntées aux réflexions théoriques contemporaines à propos du langage, mais orientées vers une pratique communicative au service de la mission.
 
Vrin – Conférences Pierre Abélard
140 pages – 13,5 × 21,5 × 0,8 cm
ISBN 978-2-7116-2714-1 – avril 2017
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711627141

König-Pralong, Catherine, Médiévisme philosophique et raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, Paris, Vrin, “Conferences Pierre Abélard”, Paris, Vrin, 2016

L’Arabe, le scolastique et le mystique sont les trois figures principales des récits qui, entre 1700 et 1900, narrent les origines médiévales de la raison moderne. De Pierre Bayle à Ernest Renan, les historiens de la philosophie et les historiens de la culture s’approprient un monde historique relégué dans l’ombre depuis la Renaissance : la philosophie du Moyen Âge. Dans leurs reconstructions, la pensée médiévale joue tantôt le rôle de repoussoir, tantôt elle se mue en berceau de la civilisation moderne. La philosophie et son histoire y côtoient des questions linguistiques, « raciales », culturelles et civilisationnelles. Cette enquête sur l’invention du médiévisme philosophique à l’âge moderne met ainsi en lumière la dimension éminemment politique de l’histoire de la philosophie

Catherine König-Pralong est professeur de philosophie médiévale à l’Université de Freiburg im Breisgau.
 
Vrin – Conférences Pierre Abélard
176 pages – 13,5 × 21,5 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2679-3 – avril 2016
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711626793

E. Weber, Nature, singularité et devenir de la personne humaine chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, “Bibliothèque thomiste”, 2018

Précédée par La personne humaine au XIIIe siècle, portant sur les discernements de l’anthropologie et de la noétique thomasiennes s’opposant à la thèse d’un intellect unique pour tous, la présente étude met en lumière, au bénéfice d’une acception exigeante de la personne humaine, la proximité du principe premier de la noétique d’Averroès, dûment réinterprétée, et de l’épistémologie de Thomas qui a libéré la théologie latine de l’impasse où elle était enfermée à propos de la connaissance eschatologique de Dieu « tel qu’il est ».
Le principe fondamental qui commande la conception, combattue par Thomas, de l’unicité de l’intellect est en fait issu d’Aristote : la Cause première, Pensée qui se pense toujours en acte, suscite par séduction noétique en tout intellect, de soi en puissance, la promotion à l’intellection en acte. Or, au registre théologique, c’est ce même principe qui permet à Thomas de dépasser l’impossibilité d’une adéquation de l’intellect humain à l’infinie essence de Dieu : Dieu lui-même, en son don transcendent, assure, sous mode de forme intelligible, à l’intellect de chaque élu l’intellection de Dieu « tel qu’il est ». Ce discernement de haute sagesse permet aussi à Thomas d’Aquin d’assumer, tout en l’interprétant, l’enseignement de Bernard de Clairvaux quant à la coopération (« totus effectus ab utroque agente », version de l’amésôs dionysien), rebelle à toute analyse, du libre arbitre humain et de la grâce divine.

Édouard Wéber, Dominicain, chargé de recherche émérite au C.N.R.S., est l’auteur d’études sur Albert le Grand, Bonaventure, Thomas d’Aquin, Averroès et Maître Eckart.
 
Vrin – Bibliothèque Thomiste
484 pages – 16 × 24 × 3,0 cm
ISBN 978-2-7116-2748-6 – juillet 2018
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711627486

Bobillier, Stève, L’Éthique de la personne. Liberté, autonomie et conscience dans la pensée de Pierre de Jean Olivi, Paris, Vrin, “Etudes de Philosophie médiévales”, 2020.

Bobillier, Stève, <i>L’Éthique de la personne. Liberté, autonomie et conscience dans la pensée de Pierre de Jean Olivi</i>, Paris, Vrin, “Etudes de Philosophie médiévales”, 2020.

Pourquoi fait-on parfois le mal en toute liberté et connaissance de cause? Cette question est au cœur de l’éthique de Pierre de Jean Olivi (1248-1298), dont cet ouvrage offre pour la première fois une analyse détaillée.
Pour y répondre, Olivi offre une définition de la personne, en tant que sujet libre et conscient, et ce, bien avant les propositions de Descartes ou de Locke. Si la conscience dote la personne d’une capacité normative inédite, son absolue liberté lui permet de choisir volontairement le mal.
Toutefois, ce choix résulte d’une mauvaise compréhension du bien. Pour y remédier, Olivi développe la notion de « goût spirituel » et d’humilité, comme maîtrise de soi. L’analyse de la chute de Lucifer lui permet enfin d’illustrer remarquablement les raisons du choix du mal et les solutions pour l’éviter.
L’éthique d’Olivi apporte un éclairage historique sur les bouleversements de pensée du XIIIe siècle et philosophique, en proposant des réponses à la question du mal, qui prévalent aujourd’hui encore.

Stève Bobillier est éthicien et philosophe suisse. Après un Doctorat à l’EHESS de Paris et un PostDoc FNS à la Sapienza de Rome, il travaille comme bioéthicien pour la Conférence des évêques suisses.
 
Vrin – Études de philosophie médiévale
288 pages – 16 × 24 × 1,8 cm
ISBN 978-2-7116-2954-1 – octobre 2020
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711629541

Elisabeth Boncour, Maître Eckhart lecteur d’Origène. Sources, exégèse, antropologie, théogénésie, Paris, Vrin, “Etudes de philosophie médiévales”, Paris, 2019

L’œuvre d’Eckhart révèle que le maître s’est appuyé sur Origène pour développer trois thèmes centraux de sa pensée. D’abord, l’usage des principes exégétiques d’Origène, et notamment la recherche du sens spirituel sous l’« écorce de la lettre », conduit Eckhart à une affirmation centrale : la vérité philosophique est contenue dans la révélation, en particulier dans la personne du Christ, source de toute vérité. C’est à partir de cette lecture allégorique qu’il peut développer une anthropologie singulière axée sur la question de la nature de l’image de Dieu en l’homme : Eckhart fait de l’homme l’image du Fils, le même fils que le Fils Premier-né. Associant à cette source les analyses augustiniennes, Eckhart fonde une anthropologie complexe à deux niveaux, l’une qui ressortit de la création – l’image est alors celle du ternaire augustinien mémoire, intelligence et volonté –, l’autre de ce qu’il nomme « le fond incréé et incréable » en l’âme, lieu où la grâce s’épanche. Si donc l’âme en son fond est connaturelle au Verbe, elle est alors capax dei et peut devenir en acte et par grâce le lieu incirconscriptible de la naissance du Verbe. Que le Verbe naisse semper et simul en l’âme, que la grâce de l’Incarnation n’aie d’autre fin que la grâce d’Inhabitation, tels sont les théologoumènes qu’Eckhart développe inlassablement à la suite d’Origène.

Élisabeth Boncour, agrégée et docteur en philosophie, enseigne la philosophie.
Préface d’Olivier Boulnois.
 
Vrin – Études de philosophie médiévale
240 pages – 16 × 24 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-2891-9 – décembre 2019
 
http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711628919

Bonaventure, Itinéraire de l’esprit vers Dieu, Paris, Vrin, “Translatio”, 2019.

Composé sur le mont Alverne en 1257, l’Itinéraire est un livre étonnant : relativement court, il possède l’envergure d’une somme; mystique dans sa finalité, il n’est guère compréhensible que par des philosophes, ou des théologiens philosophes; fruit de la méditation d’un « pauvre dans le désert », il se déploie dans la profusion des créatures et des savoirs; structuré selon le modèle du séraphin crucifié, il a pour tonalité principale la joie. Enfin, il s’agit aujourd’hui de l’ouvrage le plus célèbre et le plus lu de saint Bonaventure, avec le Breviloquium, alors qu’il est l’un des plus difficiles à lire. Ce texte énigmatique mérite pourtant bien son nom d’itinéraire, avec la fonction introductive que cela implique. Il suffit, à l’invitation de Bonaventure, de se « laisser conduire par la main ».

Texte latin introduit et annoté par L. Solignac.
Traduction d
A. Ménard o.f.m.

 

http://vrin.fr/book.php?code=9782711628827

Vrin – Translatio
176 pages – 11 × 18 × 1,0 cm
ISBN 978-2-7116-2882-7 – septembre 2019

Brenet, Jean-Baptiste, Lizzini, Olga (éd.), La philosophie arabe à l’étude / Studying Arabic Philosophy. Sens, limites et défis d’une discipline moderne Meaning, Limits and Challenges of a Modern Discipline, Paris, Vrin, “Translatio”, 2019.

Où en est l’étude de la philosophie arabe? Ce livre propose un état des lieux. Il s’agit de dresser un premier bilan des travaux menés dans ce vaste champ. On examine l’historiographie, les dénominations employées; on s’interroge sur les thématiques, les objets retenus et les méthodes d’analyse mises en oeuvre; on y présente aussi des études sur des auteurs, des traditions ou des concepts, qui montrent comment le travail progresse, quelles tensions perdurent, quelles sont les perspectives.

What is the current state of the study of Arabic philosophy? This book provides an overview of the situation. The aim is to draw up a first assessment of the research carried out in the field of Arabic philosophy, reconsidering the historiography and the nomenclature, and examining the subjects and objectives, as well as the methods of analysis that have commonly been used. We also present studies – on authors, traditions and concepts – that show how work is progressing, what tensions persist, and what the prospects are.


Ont participé à ce volume : Ch. Adorisio, Y. Adouhane, R. Arnzen, F. Ben Ahmed, Z. Bou Akl, J.-B. Brenet, C. Cerami, R. Chiaradonna, M. Di Giovanni, D. Gutas, R. Hissette, D. Janos, J. Janssens, M. Lenzi, O.L. Lizzini, C. König-Pralong, R. Kruk, A. von Kügelgen, D. O’Meara, U. Rudolph, M. Sebti, S. Stelzer, D. Twetten, Ph. Vallat et D. Wirmer.

Vrin – Sic et Non
784 pages – 16 × 24 × 4,8 cm
ISBN 978-2-7116-2855-1 – septembre 2019

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711628551

Trego, Kristell, L’impuissance du possible. Émergence et développement du possible, d’Aristote à l’aube des temps modernes, Paris, Vrin, “Etudes de philosophie médiévale”, 2019.

Le possible nous enferme-t-il dans le monde des fictions et des chimères? Considérer le possible, est-ce fuir le réel? Le possible fait-il, à l’inverse, signe vers une puissance effective d’exister?
Ce livre décrit l’émergence du concept de possible et soutient qu’il convient de distinguer la possibilité de la potentialité, telle qu’Aristote la donnait à penser. S’il s’est nourri du potentiel, qu’il a pu redoubler, le possible s’en est aussi, et décisivement, séparé. L’examen des différents concepts, et façons de le nommer, de l’Antiquité tardive, au Moyen Âge arabe et latin, montre comment (au-delà de la chose concernée) le déploiement du possible suppose une puissance efficiente externe. Ce faisant, il renvoie en définitive à la fragilité ontologique de ce qui dépend d’un autre, jusqu’en son être. Corrélat d’une puissance externe qui le fait être, le possible s’entend comme ce qui s’offre à la liberté d’un agent qui le pense, avant de le choisir. A l’aube des temps modernes, il devient par excellence objet de science. S’il est donc une impuissance du possible, celle-ci fait probablement sa force.

Kristell Trego est maître de conférences en philosophie médiévale à l’Université Clermont-Auvergne, membre du centre « Philosophies et rationalités » et du Laboratoire d’Études des Monothéismes.

Vrin – Études de philosophie médiévale
368 pages – 16 × 24 × 2,2 cm
ISBN 978-2-7116-2845-2 – février 2019

http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711628452