Archives de catégorie : Parutions

Avicenne, Commentaire sur le Livre Lambda de la Métaphysique d’Aristote, Paris, Vrin, 2014

Avicenne

Commentaire sur le livre Lambda de la Métaphysique d’Aristote

 Édition critique, traduction et notes par Meryem Sebti et Marc Geoffroy et Jules Janssens

Ce texte d’Avicenne est l’un des seuls commentaires sur Aristote laissés par le philosophe persan. Il s’attaque au noyau théologique de la Métaphysique du Stagirite, les chapitres 6 à 10 du livre Lambda. Avicenne dépend d’une tradition gréco-arabe (Alexandre d’Aphrodise, Thémistius, l’école “péripatéticienne” de Bagdad). La tradition arabe a aussi attribué à Aristote plusieurs œuvres d’origine néoplatonicienne, notamment une Théologie adaptée de Plotin, et un Livre du Bien pur, adaptation des Éléments de Théologie de Proclus. Le « Dieu d’Aristote » est ainsi pour Avicenne la Cause première efficiente de l’être. La structure hiérarchique de l’univers résulte de l’émanation produite par l’autointelligence du premier Principe. Il ne fait pas de doute, pour Avicenne, que ces doctrines aient été celles du Stagirite.

Avicenne, Commentaire sur le Livre Lambda de la Métaphysique d’Aristote, Édition critique, traduction et notes par Meryem Sebti et Marc Geoffroy et Jules Janssens, Paris, Vrin, « Études musulmanes », juin, 2014
ISBN 978-2-7116-2542-0 – juin 2014

url: www.vrin.fr

Valérie Cordonier / Tiziana Suarez-Nani (éd.), L’aristotélisme exposé, Fribourg, Dokimion, 2014

Valérie Cordonier / Tiziana Suarez-Nani (éd.), L’aristotélisme exposé, Aspects du débat philosophique entre Henri de Gand et Gilles de Rome2014 Fribourg, Academic Press Fribourg, XXXII-266 pages, broché

Certains textes ont la particularité de pouvoir être mieux compris en regard d’autres textes : c’est le cas des écrits de Gilles de Rome et d’Henri de Gand, deux théologiens actifs à l’Université de Paris après Thomas d’Aquin († 1274). Ces deux auteurs gagnent à être lus en regard l’un de l’autre car c’est ainsi qu’ils ont conduit leurs carrières, écrit leurs travaux et approfondi l’édition des  « œuvres complètes » d’Aristote parue alors. La méthode commune aux cinq études réunies dans ce livre – de Catherine König-Pralong, Gordon A. Wilson, Pasquale Porro, Valérie Cordonier et Robert Wielockx – consiste à soumettre l’intertextualité caractéristique de ces écrits à l’analyse, en vue de mieux saisir leur contenu. La lecture croisée des ouvrages d’Henri et de Gilles entre eux, avec ceux de leurs devanciers ou de leurs contemporains ainsi qu’avec des manuscrits de la bibliothèque de Godefroid de Fontaines permet d’approfondir leurs discussions, d’en mettre en lumière des lieux restés jusqu’à présent inaperçus et de mesurer les effets de ce débat sur la réception latine d’Aristote en ce moment où le renouvellement de la philosophie naturelle, de l’anthropologie, de la métaphysique et même de la théologie est passé par une exposition du système aristotélicien – au double sens du terme.

 

Valérie Cordonier est chercheur au CNRS depuis octobre 2010, au Centre d’Histoire des Sciences et des Philosophies Arabes et Médiévales (CNRS, UMR 7219, Paris), où elle es coresponsable du projet de recherches: « Modèles de transmission physique dans la tradition péripatéticienne ».

 

Tiziana Suarez-Nani est professeur au Département de Philosophie de l’Université de Fribourg pour la chaire dePhilosophie Médiévale et Ontologie depuis octobre 2002, où elle dirige notamment le projet de recherches du FNS : « Matière, lieu et espace dans la philosophie médiévale : éléments pour une archéologie de la pensée moderne ».

http://www.paulusedition.ch/academic_press/product.php?id_product=1515

N. Bériou, J.-P. Boudet, I. Rosier-Catach (eds.), Le Pouvoir des mots au Moyen Âge, Brepols, BHCMA 13, 2014

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage:

Le pouvoir des mots au Moyen Âge 

N. BériouJ.-P. BoudetI. Rosier-Catach (eds.)

601 p., 15 b/w ill. + 16 colour ill., 156 x 234 mm, 2014
ISBN: 978-2-503-55141-8

L’idée d’un pouvoir ou d’une efficacité des paroles émerge de la lecture de sources fort différentes au Moyen Âge, qu’il s’agisse de textes doctrinaux ou d’ouvrages à vocation pratique. Ce livre se veut une confrontation la plus large possible, sur ce thème, dans une perspective d’histoire intellectuelle et anthropologique. En effet, dans les différents cas, relevant de différents domaines, de nombreuses questions transversales se posaient, au sujet des éléments qui étaient décrits comme déterminant l’efficacité de la parole (les paroles elles-mêmes, le rituel, les protagonistes). Cette efficacité faisait-elle l’objet d’un discours normatif ? Donnait-elle lieu à un discours réflexif, de la part des philosophes ou des théologiens ? L’engagement du locuteur, sa croyance, son intention, étaient-elles, comme le consentement ou la collaboration de l’auditeur, des facteurs déterminants ? Existait-il dans les paroles un pouvoir intrinsèque, ou n’étaient-elles que le vecteur d’un pouvoir venu d’ailleurs, surnaturel notamment ? Des matériaux et analyses présentés surgissent des questions qui pourront intéresser la philosophie du langage comme l’histoire ou l’anthropologie.

Les contributeurs: Eléonore Andrieu, Enrico Artifoni, François Boespflug, Hélène Bouchardeau, Jean-Patrice Boudet, Alain Boureau, Carla Casagrande, Laurent Cesalli, Florence Chave-Mahir, Béatrice Delaurenti, Jean-Pierre Descamps, Lucie Doležalová, Giacomo Gambale, Benoit Grévin, Gábor Kiss Farkas, Gábor Klaniczay, Corinne Leveleux-Teixeira, Costantino Marmo, Franco Morenzoni, Sylvain Piron, Alessandra Pozzo, Aurélien Robert, Irène Rosier-Catach, Silvana Vecchio, Julien Véronèse

Table of Contents

Introduction
Irène Rosier-Catach, Le pouvoir des mots au Moyen Âge : diversité des pratiques et des analyses
Jean-Patrice Boudet, Julien Véronèse, La Somme de la magie sacrée, du maître Bérenger Ganell

Arts du langage, littérature et images
Laurent Cesalli, Faut-il prendre les mots au mot? Quelques réflexions logico-sémantiques sur le pouvoir des mots
Costantino Marmo, De virtute sermonis/verborum. L’autonomie du texte dans le traitement des expressions figurées ou multiples
Éléonore Andrieu, Quand les rhinocéros prennent la parole: le gab et la question de la parole efficace dans Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople
Benoit Grévin, L’étymologie en action? Questions sur la pratique des annominationes de noms propres dans la rhétorique politique du XIIIe siècle
Lucie Doležalová et Gábor  Kiss Farkas, Le pouvoir des mots dans l’art de la mémoire à la fin du Moyen Âge
François Boespflug, Illustrer, faire aimer, faire rêver. Pouvoirs des mots et pouvoirs des images à la lumière des représentations de Dieu-Trinité dans l’art

Deux discours normatifs : droit et théologie morale
Corinne Leveleux-Teixeira, Prêter serment au Moyen Âge. La virtus verborum au risque du droit
Alain Boureau, Le vœu, une parole à l’efficacité disputée

Discours public, prédication et prophétie
Enrico Artifoni, La politique est «in fatti» et «in detti». L’éloquence politique et les intellectuels dans les cités communales au XIIIe siècle
Carla Casagrande, Sermo potens. Rhétorique, grâce et passions dans la prédication médiévale
Franco Morenzoni, Signes, mots et images dans la prédication de Guillaume d’Auvergne
Sylvain Piron, La parole prophétique
Alessandra Pozzo, Un langage inspiré « efficace ». La xénolalie dans les récits hagiographiques du Moyen Âge

Discours bénéfiques, discours maléfiques
Florence Chave-Mahir, L’exorcisme des possédés, une parole efficace d’après quelques œuvres doctrinales des VIe-XIIIe siècles
Gábor Klaniczay, L’efficacité des mots dans les miracles, les visions, les incantations et les maléfices
Silvana Vecchio, Légitimité et efficacité de la malédiction dans la réflexion théologique médiévale
Giacomo Gambale, ‘Par langue les livre a martire…’ . La potestas nocendi de la parole

Magie, médecine, théories et pratiques
Jean-Patrice Boudet, Jean-Pierre Descamps, Pouvoir des mots et  brevets magiques
Julien Véronèse, La parole efficace dans la magie rituelle médiévale (XIIe-XVe siècle)
Béatrice Delaurenti, La nature à l’horizon. Virtus verborum, causalité et naturalisme
Aurélien Robert, Le pouvoir des incantations selon les médecins du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)
Hélène Bouchardeau, La disposition: un autre point de vue sur l’efficacité de la parole

Conclusions
Irène Rosier-Catach, Regards croisés sur le pouvoir des mots au Moyen Âge

Indices

Liens: http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503551418-1

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=BHCMA

Jean-Christophe Bardout, Penser l’existence. L’existence exposée, Paris, Vrin, 2014

Jean-Christophe Bardout

Penser l’existence
L’existence exposée

Bardout

Vrin, « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie », 2014. 488 p., 13,5 × 21,5 cm.

ISBN : 978-2-7116-2503-1

A la différence de nombreux concepts hérités d’Aristote, l’existence fait en métaphysique une entrée aussi discrète que tardive, avant de devenir un thème à ce point majeur qu’aucune philosophie n’a pu s’en dispenser, en dépit d’un paradoxe constitutif : l’existence n’est-elle pas l’autre absolu de la pensée? Pourquoi l’existence s’est-elle constamment maintenue, au-delà du questionnement métaphysique qui fut son horizon médiéval, jusqu’à constituer un des concepts fondamentaux de toute anthropologie? Pour répondre, une histoire de l’existence dans la longue durée s’imposait, qui entreprenne d’en relever les mutations principales : née dans l’Antiquité tardive pour singulariser l’être du Christ, développée au Moyen Âge pour appréhender l’être du monde créé, l’existence qualifie, aux temps des Lumières, l’être de l’homme. Le premier volet de cette histoire complexe analyse l’émergence de l’existence aux côtés de l’être, puis en concurrence avec lui. Il retrace le lent processus médiéval de son incorporation à la philosophie, de Marius Victorinus à la scolastique moderne : existe ce qui se pose à partir de son origine, puis hors de sa cause. Ainsi l’existence fut-elle premièrement exposée.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie, Jean-Christophe Bardout est maître de conférences à l’Université de Rennes 1.

Alain de Libera, La double révolution, (Archéologie du sujet, t. III: L’acte de penser, vol. 1), Paris, Vrin, 2014.

Alain de Libera, Archéologie du sujet, tome III: L’acte de penser, 1. La double révolution, Vrin, « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie », 2014. 688 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2533-8

Doublerevolution

Qu’appelle-t-on penser? La pensée est-elle un acte? Une action? Pensée et conscience vont-elles de pair? Toute pensée est-elle consciente? Personnelle? Subjective? Immanente? Le sujet de la pensée est-il psychique ou corporel? Unique ou multiple? Âme ou esprit? Esprit ou corps? Avec ce troisième tome commence, scandé par les interventions successives de l’Université (condamnations parisiennes de 1277) et du Magistère (concile de Vienne, 1312, et de Latran V, 1513), la relation d’un débat de plus de cinq siècles sur l’aptitude de l’homme à revendiquer le statut de sujet-agent psychique. Tout gravitant autour d’Aristote et de Descartes, on monte vers ce dernier en historiens du Moyen Âge et descend vers lui en archéologues de la modernité – d’où l’image de l’escalier à double vis. La description heideggérienne du « moment » cartésien de l’invention de la subjectivité ne suffisant pas à décrire le passage à la modernité, dans la mesure où elle ne livre que l’histoire allemande, idéaliste, transcendantale, bref « kantienne » de l’invention du sujet, on s’attache à l’autre source de la modernité en psychologie et philosophie de l’esprit : empiriste, autrichienne (Brentano), mais aussi anglaise (Locke) et écossaise (Reid, Hamilton).L’Acte de penser comporte donc deux volumes. La Double révolutionva d’Aristote à Reid, avec Averroès, Siger de Brabant, Thomas d’Aquin et Olivi. L’Empire du sujet revient au Moyen Âge à partir de la modernité.

Url: http://www.vrin.fr/html/main.htm

Nouvelles publications sur Raymond de Lulle

Trois nouvelles publications de C. Teleanu sur Raymond de Lulle:

1. . Magister Raymundus Lull. La propédeutique de l’Ars Raymundi dans les Facultés de Paris.

2. Philosophia Conversionis. La querelle des Facultés de Paris selon Raymond Lulle.

3. Raymundista et Averroista. La réfutation des erreurs averroïstes chez Raymond Lulle.

url de référence du projet: Schola Lvulliana

O. Weijers, In Search of the Truth. A History of Disputation Techniques from Antiquity to Early Modern Times, Turnhout, Brepols, 2013

O. Weijers

 In Search of the Truth, A History of Disputation Techniques from Antiquity to Early Modern Times, 341 p., 127 x 203 mm, 2013, ISBN: 978-2-503-55051-0

 

Language: English

Disputation and debate have accompanied human development from its beginnings. However, what we still call ‘disputation’, technically speaking, is a particular method of reasoning and analysing, involving either a debate between two people, or of one person with himself. It is this method which is the object of this study. The disputation was one of the main methods of teaching and research during the Middle Ages. Tracing its development shows how it influenced the way in which people examined abstract problems. Reasoning and arguing about contradictory positions remained a feature of intellectual life well into the nineteenth century, and the practice remains alive even today.

For a long time the disputation was the main tool for analysing problems in a range of fields, especially in philosophy and theology. The main features were the analysis of opposite positions and thorough discussion of the various arguments for both sides, the collective search for the truth in special public disputations, the recognition that the truth may differe from the conclusion reached and the willingness to accept better arguments if they brought one closer to the truth. All this is typical of an intellectual attitude, the key features of which are critical thinking and honest collaborative research, that still marks the Western world. The history of the disputation can tell us something about the way in which we learned to think.

url: http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503550510-1

S. Ebbesen, J. Marenbon, P. Thom (éd.), Aristotle’s Categories in the Byzantine, Arabic and Latin Traditions, Copenhage, 2013.

Sten Ebbesen, John Marenbon, Paul Thom

 Aristotle’s Categories in the Byzantine, Arabic and Latin Traditions, 2013, 340 sider.

 

getimage.aspx

Få bøger har haft så stor indflydelse som Aristoteles’ lille Kategorier fra 300-tallet f.Kr. Det er dette værks fortjeneste, at vi den dag i dag bruger ord som ‛kvalitet’ og ‛kvantitet’. Fra senantikken til langt op i nyere tid var det en selvfølge, at alle, der fik en højere uddannelse, læste dette skrift eller i det mindste et koncentrat af dets indhold. Værket blev læst i flere kulturer: den græske, den arabiske og den latinsprogede.

De tolv kapitler i den nye bog, der er forfattet af lige så mange forskere fra seks forskellige lande, behandler eksempler på brug og fortolkning af Kategorierne i de tre kulturkredse. Den spænder lige fra 800-tallets Konstantinopel til 1600-tallets København.

Henri de Gand, Sur la possibilité de la connaissance humaine, Paris, Vrin, « Translatio », 2014.

Henri de Gand

Sur la possibilité
de la connaissance humaine

HenrideGand

Henri de Gand, Sur la possibilité de la connaissance humaine, Vrin, «Translatio », 2014. 256 p., 11 × 18 cm. ISBN : 978-2-7116-2525-3

La Somme des questions ordinaires d’Henri de Gand (v. 1220-1293) s’ouvre sur un vaste traité d’épistémologie (trente-neuf questions) visant à établir la possibilité, la nature et les modalités du savoir humain dans la perspective de la fondation de la théologie comme science. Dans le prologue et les trois questions initiales, dont ce volume offre la première traduction française, Henri de Gand discute longuement du problème de la possibilité de la connaissance humaine face à l’écueil du scepticisme; il mobilise les théories de la connaissance d’Aristote et d’Augustin, pour en proposer une synthèse originale; il y présente enfin sa vision de l’histoire de la philosophie depuis son origine présocratique jusqu’à l’avènement de la théologie chrétienne. Attaquées par Duns Scot, qui accusera le maître gantois d’avoir falsifié Augustin pour ressusciter la doctrine des Académiciens, ces pages nous délivrent un document majeur autant pour l’histoire de l’augustinisme médiéval que pour l’histoire de la redécouverte du scepticisme antique.

Dominique Demange est maître de conférences à l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, où il enseigne la philosophie médiévale

Théologie et prédication. D’Origène à Thomas d’Aquin, Revue des sciences philosophiques et théologiques (RSPT)

Revue des Sciences
Philosophiques et Théologiques

Théologie et prédication
D’Origène à Thomas d’Aquin

Theologieenpredication

Théologie et prédication, D’Origène à Thomas d’Aquin, Vrin, « Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques (fascicule) », 2013. 288 p., 16 × 24 cm. ISSN : 0035-2209

À l’occasion de la parution, à la fin de l’année 2013, de l’édition critique des Sermons de saint Thomas d’Aquin, préparée par le Père L. J. Bataillon († 2009) et achevée par les soins de la Commission Léonine, la Revue des Sciences philosophiques et théologiques propose ici, grâce aux contributions de neuf spécialistes, une réflexion historiquement plus large sur la façon dont la théologie et la philosophie ont été articulées dans la prédication d’auteurs chrétiens aussi divers qu’Origène, Jean Chrysostome, Augustin, les « Carolingiens », Bernard de Clairvaux, Alain de Lille, Guillaume d’Auvergne, Bonaventure et Thomas d’Aquin

Ont contribué à ce volume : C. Broc-Schmezer, M. Fédou, C. Giraud, R. Imbach, A. Massie, K.Mitalaïté, F. Morenzoni, A. Oliva et F. Siri.

Sean L. Field, Robert E. Lerner et Sylvain Piron (dir.), Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Paris, Vrin, 2014

Sean L. Field, Robert E. Lerner
et Sylvain Piron (dir.)

Marguerite Porete
et le Miroir des simples âmes
Perspectives historiques, philosophiques
et littéraires

MargueritePorete

Marguerite Porete et le Miroir des simples âmes. Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, Paris, Vrin (Etudes de philosophie médiévale, 102), 2013, 368 p., 34€, http://vrin.fr/books/2711625249.htm

Redécouvert et publié par l’historienne italienne Romana Guarnieri au milieu du XXe siècle, le Miroir des simples âmes de Marguerite Porete est un ouvrage hors du commun à plusieurs égards : chef d’œuvre de la littérature médiévale en langue française, texte fondamental de la mystique occidentale, il offre également le cas exceptionnel d’une œuvre spéculative rédigée par une femme au Moyen Âge. De son auteur, on ne sait presque rien, si ce n’est qu’elle fut sans doute béguine à Valenciennes ou dans les environs et qu’elle refusa de parler pour se défendre lors de son procès. Condamnée par l’inquisiteur de France pour avoir persisté à diffuser un livre déjà condamné, elle fut brûlée en place de Grève le 1er juin 1310.
Les articles réunis dans ce volume sont pour partie issus d’un colloque international organisé à Paris pour marquer le septième centenaire de sa condamnation. Ils apportent de nouveaux éclairages sur les horizons politiques et sociaux de Marguerite, sa culture théologique et littéraire. Trois articles proposent une interprétation à nouveaux frais de son procès. Une étude des états de langue française dans lesquels est conservé son texte permet d’apporter une série de corrections à l’édition Guarnieri.

Table des matières:

Sean L. Field, Robert E. Lerner, Sylvain Piron, “Marguerite Porete et son Miroir: Perspectives historiographiques,” p. 9-23.

John Van Engen, “Marguerite (Porete) of Hainaut and the Medieval Low Countries,” p. 25-68.

Sylvain Piron, “Marguerite, entre les béguines et les maîtres,” p. 69-101.

Geneviève Hasenohr, “Retour sur les caractères linguistiques du manuscrit de Chantilly et de ses ancêtres” (avec 8 pages de corrections à l’édition Guarnieri/Verdeyen), p. 103-126.

Olivier Boulnois, “Qu’est-ce que la liberté de l’esprit ? La parole de Marguerite et la raison du théologien,” p. 127-154.

Camille de Villeneuve, “Au-delà de la dette : la dissolution de la relation d’amour dans le Miroir des simples âmes de Marguerite Porete,” p. 155-167.
Jean-René Valette, “Marguerite Porete et le discours courtois,” p. 169-196.
Robert E. Lerner, “Addenda on an Angel,” p. 197-213.

William J. Courtenay, “Marguerite’s Judges : The University of Paris in 1310,” p. 215-231.
Sean L. Field, “William of Paris’ Inquisitions Against Marguerite Porete and Her Book,” p. 233-247.

Marleen Cré, “The Mirror of Simples Souls in Middle English Revisited :  The translator and the compiler,” p. 249-262.

Geneviève Hasenohr, “La seconde vie du Miroir des simples âmes en France : Le Livre de la discipline d’amour (XVe-XVIIIe s.)” (avec édition d’extraits du Livre de la discipline d’amour), p. 263-317.

Bibliographie et indices