École des Hautes Études en Sciences Sociales

Séminaires et enseignements de l’EHESS 2017-2018

 

Dominique Iogna-Prat (EPHE/CNRS CéSor) et Bénédicte Sère (Paris-Nanterre)

Les usages contemporains du Moyen Âge : historiographie et ecclésiologie

Le séminaire propose de repenser l’écriture de l’histoire religieuse, dans une perspective historiographique critique et au regard des acquis les plus récents de la recherche scientifique. L’approche s’attachera à pointer les sensibilités des différentes traditions historiographiques nationales et confessionnelles. Le but est de repenser l’écriture historique de l’histoire de l’Église au regard des pratiques traditionnelles, quelles soient historiennes ou magistérielles. On proposera une relecture de cette histoire à partir de dossiers précis que l’on revisitera à la lumière des préoccupations ecclésiales du XXe siècle.

1ère séance : 28 septembre 2017 : Conciliarisme
Participants : Emilie Rosenblieh, Fabrice Delivré

2ème séance : 12 octobre 2017 : Antiromanisme
Participants: Philippe Boutry

3ème séance : 23 novembre 2017 : Modernisme
Participants : Guillaume Cuchet, Alain Rauwel, Jacob Schmutz

4ème séance : 18 janvier 2018 : Constitutionnalisme
Participants : Frédéric Gabriel, Laurent Fonbaustier, Jean-Pascal Gay

5ème séance : 8 février 2018 : Réformisme / anti-réformisme ; Infaillibilisme
Participants : Guillaume Cuchet, Claude Gauvard

 

Au premier semestre, le jeudi  de 15 h à  19 h en salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur le Prince, Paris 75006

 

*

Sylvain Piron, avec Christophe Grellard (EPHE)

Qu’est-ce que l’hérésie ? Une lecture du Dialogus de Guillaume d’Ockham (avec S. Piron, EHESS)

Réfugié à la cour de l’empereur Louis de Bavière qui dénonce le pape Jean XXII comme hérétique, Guillaume d’Ockham s’interroge méthodiquement dans le Dialogus sur la situation politique dans laquelle il se trouve embarqué. En quoi consiste une hérésie ? Qui doit la dénoncer et qui peut en juger ? Et si le chef de l’Église en est convaincu, qui est apte à le destituer ? En examinant pas à pas l’enchaînement de ces interrogations, qui seront situées à chaque fois dans leurs perspectives historiques et juridiques, nous suivrons Ockham dans son travail de mise à nu des règles de composition de la société chrétienne.

2e et 4e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 novembre 2017 au 28 mai 2018.

 

*

 

Béatrice Delaurenti (EPHE, CRH-ALHOMA)

Fascination et mauvais œil au Moyen Âge

La fascination, appellation médiévale du mauvais œil, désigne les effets nocifs que certaines personnes ou certains animaux sont capables d’exercer sur autrui au moyen de leur regard. Des récits de fascination circulent dans les sources médiévales ; ils sont le support d’explications théoriques sur le pouvoir du regard et sur l’action à distance. L’enquête menée cette année dans le séminaire prendra la fascination comme fil conducteur pour croiser différents types de sources : textes doctrinaux de philosophie naturelle, théologie ou médecine, encyclopédies, commentaires bibliques. Nous nous intéresserons d’un côté aux fondements de la croyance médiévale au mauvais œil et aux limites dans lesquelles s’inscrivent l’intérêt des maîtres scolastiques pour ce phénomène ; d’un autre côté, nous poursuivrons la réflexion sur la circulation des textes et les pratiques intellectuelles qui rendent possible leur transmission en suivant la réception latine de la doctrine d’Avicenne sur le pouvoir de l’âme en dehors du corps au XIVe et XVe siècles. Différents types de sources seront explorés : textes doctrinaux de philosophie naturelle, théologie ou médecine, encyclopédies, commentaires bibliques.

 

Le séminaire a lieu les 1er, 3e et 5e vendredis du mois de 13 h à 15 h, du 17 novembre 2017 au 1er juin 2018, (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Des intervenants sont prévus pour les séances suivantes :

2 février : Koen Vermeir (CNRS, Sphere) : « fascination et imagination chez Francis Bacon »

16 mars : Béatrice Delaurenti et Françoise Guichard-Tesson (Montréal) : « Oresme et Évrart de Conty, musique et magie »

4 mai : Douglas Cairns (Université d’Edimbourg) : « The Evil Eye in Ancient Greek Culture »

18 mai : Caterina Guenzi (EHESS, Ceias) : « L’emprise du regard: dieux, planètes et artefacts (Inde du Nord) »

 

*

 

Elizabeth Claire (CNRS), Béatrice Delaurenti (EHESS), Roberto Poma (UPEC) et Koen Vermeir (CNRS)

Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques

La notion d’imagination est aujourd’hui considérée comme un objet d’étude à part entière, après avoir longtemps été discréditée par la recherche scientifique. Néanmoins, dans la littérature moderne et contemporaine, l’imagination est généralement présentée de manière négative, comme une faculté mentale susceptible de provoquer l’erreur, l’illusion ou le péché. Nous voudrions aller à l’encontre de cette conception en étudiant une tradition intellectuelle et pratique alternative et méconnue : depuis les XIIe-XIIIe siècles jusqu’au début du XIXe siècle, des penseurs et des praticiens appartenant à des diverses disciplines, s’exprimant depuis des positions institutionnelles variées, ont soutenu l’idée que l’imagination possède de grands pouvoirs.

Comme l’année précédente, le séminaire fonctionnera autour de ces textes à la manière d’un atelier, et s’attachera à mettre en œuvre un travail collectif de discussion, d’analyse et de confrontation des sources sur la longue durée.

Les séances du 9 février et 8 juin 2018 ont lieu au 105 bd Raspail, salle 9, de 13h à 17h. La séance du 13 avril a lieu au 54 bd Raspail, salle AS1_08, de 9h à 13h

télécharger le programme/calendrier