École des Hautes Études en Sciences Sociales

École des Hautes Études en Sciences Sociales

2022-2023

Séminaires de Catherine König-Pralong

Identités philosophiques

Dans un ouvrage paru en 2010, le sociologue Jean-Louis Fabiani demandait « Qu’est-ce qu’un philosophe français ? ». Ce séminaire reprend la question pour interroger la notion d’identité philosophique appréhendée dans ses deux sens : celui de l’identité que confère à un acteur intellectuel la pratique de la philosophie et celui de l’identité conférée aux différentes philosophies par une appartenance géographique, politique, institutionnelle ou communautaire. On postule que cette double question n’est pas apparue au XIXe siècle avec les États-nations, mais qu’elle se posait déjà, d’autres manières, au Moyen Âge. Dans son éloge de l’université de Paris, en 1323, le philosophe Jean de Jandun affirmait que n’être pas de Paris, c’est être à moitié homme. Le séminaire établira une comparaison entre Moyen Âge et modernité. Dans sa première partie, il s’intéressera à l’identité philosophique constituée au Moyen Âge tardif par la situation dans un lieu et par l’appartenance à un groupe ou à une école. On enquêtera sur la formation d’identités philosophiques non parisiennes, marginales donc, en demandant « Qu’est-ce qu’un philosophe allemand au Moyen Âge ? », « Comment ne pas être un philosophe scolastique parisien ? », « Qu’est-ce que la philosophie oxonienne ? », et « Qui était philosophe en Italie ? ». La deuxième partie du séminaire portera sur le monde contemporain, celui des philosophies nationales, en étudiant, à partir du cas français (de Comte et Cousin à Bergson), la formation d’identités philosophiques dans le concert des nations européennes. On s’intéressera enfin à la manière dont ces philosophies ont été évaluées hors de leurs frontières nationales et reflétées dans le miroir de l’histoire de la philosophie états-unienne au XIXe siècle (jusqu’en 1915).

Programme des séances :

8 novembre 2022 : Introduction générale : histoire de la philosophie, sociologie de la philosophie et histoire des savoirs

Première partie. Formations d’identités philosophiques au Moyen Âge

15 novembre 2022 : Paris, épicentre de la philosophie. Écoles et université comme lieux de socialisation philosophique

22 novembre 2022 : De Paris à l’Italie : quitter la philosophie pour des sciences et savoirs utiles. L’identification négative

29 novembre 2022 : La constitution d’une identité philosophique par la distinction : des philosophes « Allemands » contre les « scolastiques » parisiens

6 décembre 2022 : La science anglaise : concurrence, échanges et stratégies de différenciation

13 décembre 2022 : Identités philosophiques laïques au Moyen Âge

Seconde partie. La philosophie « française » au XIXe siècle

10 janvier 2023 : De l’université médiévale aux universités des nations modernes : histoire et historiographie

17 janvier 2023 : Le cas de la philosophie française au XIXe siècle. La constitution d’une philosophie nationale et la référence médiévale

24 janvier 2023 : La philosophie « française » en France, de Cousin à Bergson. Qu’est-ce que l’esprit français?

31 janvier 2023 : La philosophie française et la philosophie allemande : concurrence, échanges et stratégies de différenciation

7 février 2023 : La philosophie « française » vue des États-Unis

14 février 2023 : Trois bilans à la fin du siècle sur la philosophie « française » : Ravaisson, Boutroux, Bergson

Bâtiment EHESS-Condorcet 
Salle A527
EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
1er semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
du 8 novembre 2022 au 14 février 2023

*

Islam, science « arabe » et histoire de la philosophie européenne

Depuis le XVIIIe siècle, les historiens de la philosophie ont intégré à leurs récits la philosophie et la science arabes, en les situant dans leur Moyen Âge. Des usages politiques de l’Islam par Voltaire à la constitution d’un mythe marxiste-léniniste de la science arabe en Allemagne de l’Est et en URSS, la science arabe est présente dans presque toutes les constellations de l’histoire de la philosophie européenne, à la différence des pensées indienne et chinoise, qui en furent exclues au XIXe siècle. Cependant, la philosophie arabe a joué des rôles très variés selon les contextes politiques et institutionnels, les lieux et les temps. Ce séminaire en reconstruit un éventail, de la Révolution française à l’historiographie révolutionnaire marxiste-léniniste, en se focalisant sur une série de débats historiographiques et de controverses idéologiques qui ont vu s’opposer des historiens de la philosophie et des sciences, modernes et contemporains.

Campus Condorcet-Centre de colloques 
Salle 3.06
Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
2nd semestre / hebdomadaire, mardi 14:30-16:30
du 21 février 2023 au 23 mai 2023

*

Séminaires de Béatrice Delaurenti

La pratique incantatoire au Moyen Âge

Les incantations sont des rituels de prévention ou de guérison dans lesquels les mots sont employés comme remède pour toutes sortes de situations. Dans les sources médiévales, les incantations et les charmes se situent à la croisée d’une tradition ancienne de magie, pratique et non théorique, parfois désignée comme « tradition commune », d’une pratique médicale courante et non savante, médecine des recettes, et de traditions savantes, magiques, philosophiques ou médicales, qui la prennent pour objet de réflexion.  Le séminaire de cette année entend étudier les croisements entre ces traditions en prenant pour fil conducteur la notion de pratique incantatoire. Partant des charmes et formules présents dans les collections de recettes thérapeutiques, l’enquête abordera plusieurs questions. On s’interrogera d’une part sur les moyens d’appréhender la pratique incantatoire dans une perspective historique : quel type d’histoire tirer de ce matériau ? On examinera d’autre part la circulation de ces textes dans les manuscrits. On se demandera enfin comment cerner la pratique incantatoire dans son rapport à la doctrine : quel lien existe-t-il entre la mise en œuvre concrète d’une parole efficiente et les conceptions performatives de la parole exposées dans les discours savants ? Le travail mené en séminaire accompagnera la finalisation d’un projet de base de données de formules d’incantation médiévales, Carminabase.

 

4 novembre 2022 : Introduction. Les enjeux d’une histoire de la pratique incantatoire. La base de données Carminabase.

18 novembre 2022 : Enquête sur les charmes de la collection Sloane (Londres, British Library)

2 décembre 2022 : À la recherche des utilisateurs de charmes

16 décembre 2022 : La performativité verbale : modes d’efficience de la parole incantatoire

6 janvier 2023 : Julien Véronèse (Université d’Orléans), « Des mots mystérieux et efficaces : verba et nomina dans les rituels de conjuration et d’exorcisme des démons à la fin du Moyen Âge »

20 janvier 2023 : Anton Serdeczny (Florence, Medici Archive Project),  « L’étrange, l’évident et la documentation : appréhender l’oralité en histoire »

3 février 2023 : Les réticences à la pratique incantatoire

17 février 2023 : Edina Bozoky (Université de Poitiers), « L’efficacité des charmes : l’oral et l’écrit »

17 mars 2023 : à venir

31 mars 2023 : à venir

7 avril 2023 : à venir

2 juin 2023 : Fernando Salmon (Universidad de Cantabria, Santander),  « A medieval body without anatomy ? »

 

 1er et 3e vendredis du mois 14h30-16h30.
54 bd Raspail, salle A05_51
Du 4 novembre 2022 au 2 juin 2023.

*

Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques.

Co-organisé avec K. Vermeir et R. Poma

La notion d’imagination est aujourd’hui considérée comme un objet d’étude à part entière, après avoir longtemps été discréditée par la recherche scientifique. Néanmoins, dans la littérature moderne et contemporaine, l’imagination est généralement présentée de manière négative, comme une faculté mentale susceptible de provoquer l’erreur, l’illusion ou le péché. Nous voudrions aller à l’encontre de cette conception en étudiant une tradition intellectuelle et pratique alternative et méconnue : depuis les XIIe-XIIIe siècles jusqu’au début du XIXe siècle, des penseurs et des praticiens appartenant à des diverses disciplines, s’exprimant depuis des positions institutionnelles variées, ont soutenu l’idée que l’imagination possède de grands pouvoirs.

Comme l’année précédente, le séminaire fonctionnera autour de ces textes à la manière d’un atelier, et s’attachera à mettre en œuvre un travail collectif de discussion, d’analyse et de confrontation des sources sur la longue durée.

Université Paris Cité
Les Grands Moulins, 5 rue Thomas-Mann 75013 Paris
2nd semestre / mensuel, vendredi 09:00-18:00
du 10 mars 2023 au 12 mai 2023 : 10 mars ; 14 varil ; 12 mail

*

Histoire intellectuelle et sociale du Moyen Âge

Co-organisé avec P. Monnet et V. Debiais

Ce séminaire a été conçu dès sa mise en place comme un lieu de formation, de rencontre et de dialogue en histoire anthropologique du Moyen Âge entendu dans sa longue durée. Il se propose, en faisant appel à l’intervention des directeurs du séminaire, des collègues du nouveau groupe de recherche réunissant les médiévistes de l’EHESS (AHLoMA = Anthropologie historique du long Moyen Âge), de chercheurs invités et des doctorant·e·s et postdoctorant·e·s appelé·e·s à y présenter leurs travaux en cours, de partir de thématiques renouvelées, d’ouvrages récents, de débats et de questions historiographiques pour présenter et discuter une recherche ouverte, interdisciplinaire et internationale sur la société médiévale.

De manière large, et dans la continuité des années précédentes, le périmètre des objets et des méthodes que ce séminaire entend couvrir s’inscrira dans le champ scientifique revendiqué par le nouveau groupe de recherche sur une anthropologie historique du long Moyen Âge (AHLoMA). Il est structuré autour de cinq chantiers de recherche (anthropologie des savoirs ; anthropologie du visuel ; anthropologie du croire ; anthropologie du droit et anthropologie des appartenances), connectés entre eux, supposant chaque fois une forte exigence épistémologique, une réflexion sur la méthodologie, l’historicité et la pratique de l’anthropologie historique dans les limites d’un Occident chrétien plongé cependant dans la comparaison avec d’autres aires culturelles ainsi que d’autres traditions historiographiques européennes et extra-européennes.

Pas de séance le 4 janvier. Séance supplémentaire le 31 mai (même horaire, même salle).

Programme de l’année :

Mercredi 16 novembre : William Blanc (historien indépendant) : « Autour du Dictionnaire du Moyen âge imaginaire : quelques remarques sur une approche interdisciplinaire du médiévalisme ».

Mercredi 7 décembre : Lise Saussus (DIM-MAP, CRH/C2RMF) : « Vie sociale et professionnelle des métallurgistes douaisiens aux XIVe et XVe siècles ».

Mercredi 18 janvier : Julia Rüthemann (CRH /fondation Humboldt), « Autrices de récits allégoriques à la première personne : Christine de Pizan et Hadewijch d’Anvers ».

Mercredi 1er février : Paul Bertrand (Université Catholique de Louvain) : « Forger le faux : pour une histoire culturelle du faux au Moyen Âge ».

Mercredi 15 février : Béatrice Delaurenti (EHESS-CRH), « Fascination. Une histoire intellectuelle du mauvais œil ».

Mercredi 1er mars : Victoria Smirnova (Bayerische Staatsbibliothek, München) : « Iste liber attinet monasterio Tegernsee:  Lire et écrire dans une abbaye bénédictine réformée ».

Mercredi 15 mars : Emily Corran (University College London/IEA Paris) : « La casuistique entre les laïcs et l’église à la fin du Moyen Âge : une éthique des institutions complexes ».

Mercredi 5 avril : Zrinka Stahuljac (UCLA) : « Précolonial-décolonial : une question de la Renaissance ».

Mercredi 19 avril : Ekaterina Novokhatko (FOVOG, TU Dresden) sur les manuscrits liturgiques en Catalogne et Septimanie 7e-12e siècles

Mercredi 17 mai : Francisco Prado-Vilar (Université de St Jacques de Compostelle) : « Le jubé roman de la cathédrale de Santiago dans le contexte européen : récupération d’une œuvre inconnue »

Mercredi 31 mai : Samantha Kelly (Rutgers University) : « Transplants of the Faith: Ethiopian Pilgrims as Educator-Evangelists in Renaissance Europe ».

Mercredi 7 juin : Fernando Salmon (Universidad de Cantabria, Santander), « The patient’s voice: pain and madness in medical scholasticism ».

Bâtiment EHESS-Condorcet 
Salle 25-A
EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
annuel / bimensuel (1re/3e), mercredi 16:30-18:30
du 16 novembre 2022 au 7 juin 2023
A COMPLÉTER