Séminaires de l’École pratique des hautes études

Séminaires et enseignements de l’École pratique des hautes études (EPHE) – 2017-2018

Section des sciences religieuses :

Olivier Boulnois

Premier semestre : Heidegger, Etre et Temps et la philosophie médiévale

Le grand livre de Heidegger, Etre et Temps, se présente comme une destruction des concepts fondamentaux de la métaphysique, mais se réfère peu aux sources antiques et médiévales. En effet, ces concepts avaient été retravaillés dans les cours des années 20, par un dialogue avec Aristote et Augustin.  Or la philosophie médiévale est également une réinterprétation conjointe d’Aristote et d’Augustin. Est-ce pour cela que Heidegger, tantôt passe sous silence les interprétations médiévales, tantôt polémique avec elles ? — On confrontera quelques concepts clés (résolution, curiosité, souci, etc.) avec leurs sources antiques et leurs reprises médiévales.

ENS, 45 rue d’Ulm, Vendredi 10h à 12h Salle Pasteur

Second semestre : Recherches sur les fondations de l’éthique au Moyen Âge

17 rue de la Sorbonne, 75005 – salle D064 – Escalier E.

 

*

Christophe Grellard

christophe.grellard[a]ephe.sorbonne.fr
Qu’est-ce que l’hérésie ? Une lecture du Dialogus de Guillaume d’Ockham (avec S. Piron, EHESS)

Réfugié à la cour de l’empereur Louis de Bavière qui dénonce le pape Jean XXII comme hérétique, Guillaume d’Ockham s’interroge méthodiquement dans le Dialogus sur la situation politique dans laquelle il se trouve embarqué. En quoi consiste une hérésie ? Qui doit la dénoncer et qui peut en juger ? Et si le chef de l’Église en est convaincu, qui est apte à le destituer ? En examinant pas à pas l’enchaînement de ces interrogations, qui seront situées à chaque fois dans leurs perspectives historiques et juridiques, nous suivrons Ockham dans son travail de mise à nu des règles de composition de la société chrétienne.

2e et 4e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 novembre 2017 au 28 mai 2018

L’ignorance invincible et le problème de l’hétérodoxie, de Pierre Abélard à Bartolomé de Las Casas (fin)

A partir de Pierre Abélard, les théologiens scolastiques développent un ensemble de réflexion sur la possibilité d’excuser le péché (et en particulier d’infidélité) en raison d’une ignorance du vrai qui ne pouvait être évitée, l’ignorance invincible. Dans ce cadre, va se trouver interroger la possibilité de faire son salut sans connaître pleinement les vérités révélées. Si, dans un premier temps, les théologiens prennent le soin d’exclure, autant que possible, l’excuse de l’ignorance, afin de limiter la possibilité de l’hétérodoxie, à partir du xive siècle se mettent en place un ensemble de schèmes théoriques qui valorisent la pureté de l’intention, et la relation directe à Dieu. Le séminaire de cette année, qui viendra conclure deux ans d’enquête, entend évaluer les effets des transformations qui sont survenues au xive siècle. Après un examen d’un certain nombre de positions défendues au xve siècle (le pseudo-Gerson, Jean Nider, Adrien VI), on s’attachera principalement à « l’école de Jean Mair » (Paris, début du xvie siècle) et à son héritage dans le cadre de la fameuse « école de Salamanque » (Francesco de Vitoria, Domingo de Soto, etc.). Le but est de comprendre comment les modèles théoriques élaborés au Moyen Âge sont réinvestis quand sont découverts des groupes de païens dont l’ignorance était véritablement invincible.

Le vendredi de 13h à 15h (salle D052, EPHE, Sorbonne, Esc. E, 1er étage), à partir du 3 novembre 2017

*

Aurélien Robert

robert_aurelien[a]hotmail.com
Théologie de la création et mathématiques à la fin du Moyen Âge : le De macrocosmo de Marco Trevisano et son contexte

La figure de Marco Trevisano, noble vénitien mort en 1378, est aujourd’hui méconnue. On ne connaît de lui qu’une seule œuvre intitulée De macrocosmo sive de maiori mundo conservée dans deux manuscrits. Dans ce texte, l’auteur propose une explication totale du monde en termes mathématiques, depuis sa création jusqu’à la fin des temps, sous forme d’un commentaire au verset de la Sagesse XI, 21 : « Dieu a tout disposé en nombre, poids et mesure ». À la différence de saint Augustin et de ceux qui, après lui, ont proposé une lecture certes mathématique, mais surtout symbolique de ce verset, Marco Trevisano entreprend un véritable travail de réhabilitation de la tradition néo-pythagoricienne et s’engage dans une série de démonstrations mathématiques pour montrer la rationalité de la création et la possibilité d’un dénombrement de tout ce qui est, en tout cas du point de vue de Dieu. Il s’agira donc d’étudier ce texte en détail, à partir de l’édition que nous sommes en train de réaliser, en l’insérant dans son contexte. Plus généralement, il s’agira d’évaluer l’importance de ce texte dans l’histoire longue de l’avènement de la science moderne dans cette même région de l’Italie aux siècles suivants, afin de mettre à l’épreuve la thèse que défendait Alexandre Koyré, dans ses séminaires de l’École Pratique de Hautes Études consacrés à l’influence du platonisme sur la science moderne.

Le vendredi de 15h à 17h, tous les quinze jours (salle D052, EPHE, Sorbonne, Esc. E, 1er étage), à partir du 24 novembre (24/11, 8/12, 22/12, 19/1, 2/2, 16/2, 16/3, 30/3, 4/5, 25/5)

*

Irène Rosier-Catach

irene.catach[a]wanadoo.fr

Avec la collaboration de Bruno Ambroise (CNRS), Philippe Büttgen (prof. Paris I), Corine Leveleux (prof. Orléans)

Le blasphème, perspectives historiques et théoriques

Dans la suite du séminaire de 2016-2017, la question du blasphème sera abordée sous des angles multiples : étude des textes sources ; leur interprétation dans les traditions juive, chrétienne, musulmane ; réalité et contenu des accusations de blasphème, frontière avec d’autres accusations (sacrilège, idolatrie, etc.) ; dimension religieuse, politique, et juridique du blasphème (Moyen âge, période de la Réforme, période contemporaine) ; blasphème en mots et en images (caricatures, films, histoire de l’art) ; débats théoriques contemporains sur injures, insultes et blasphèmes dans la philosophie du langage contemporaine et les études ethnologiques.

Le vendredi de 15h à 17h tous les quinze jours (salle D052, EPHE, Sorbonne, Esc. E, 1er étage), à partir du 17 novembre (17/11, 1/12, 15/12, 12/1, 26/1, 9/2, 9/3, 23/3, 13/4, 18/5, 1/6)

Tableau calendrier 2017-2018 – Grellard-Robert-RosierCatach

*

 

Section des sciences historiques et philologiques :

Nicolas Weill-Parot

Le vol dans les airs au Moyen Âge. Etude d’une utopie scientifique.
Commentaires de la Physique d’Aristote des universités d’Europe centrale (milieu XIVe-milieu XVe siècles).

Alternativement, les mardis à partir du 24 octobre, de 18h à 20h (salle D059, Sorbonne, Esc. E, 1er étage)