Sorbonne Université

Sorbonne Université – Faculté des Lettres

Enseignements de Tobias Hoffmann

2021-2022

Premier semestre :

L3 : « Libre arbitre et liberté depuis Augustin jusqu’à Duns Scot »

Qu’est-ce que le libre arbitre ? Sommes-nous libres lorsque nous ne pouvons pas agir autrement ? Quel est le fondement psychologique du libre arbitre ? Est-ce que l’on choisit nécessairement ce que l’on juge mieux choisir, toutes choses considérées ? Ce cours examinera la manière dont ces questions ont surgi historiquement et les réponses que donnent Augustin, Jean Damascène, Anselme de Cantorbéry, Bernard de Clairvaux, Pierre Lombard, Thomas d’Aquin et Jean Duns Scot. L’accent sera mis sur les points de continuité et de rupture des positions postérieures par rapport aux théories antérieures.

*

M1 : « Théories médiévales de la causalité »

Ce cours examinera les théories médiévales de la causalité en trois moments :

1/ La réception médiévale de la théorie aristotélicienne des quatre causes chez Ibn Sīnā (Avicenne), Thomas d’Aquin et Duns Scot, pour aboutir à la critique ockhamienne de la cause finale.

2/ La distinction aristotélicienne entre « cause par soi » et « cause par accident » et sa réception chez Thomas d’Aquin, illustrée par sa solution au problème de l’origine du mal.

3/ Le rapport entre la cause première (Dieu) et les causes secondes (les créatures) chez
al-Ghazālī, qui soutient une théorie occasionaliste (ce n’est pas le feu qui brûle le coton mais Dieu seul), et chez Thomas d’Aquin, qui rejette l’occasionalisme.

*

M2 : « L’âme et la connaissance selon Thomas d’Aquin »

Ce cours commencera par analyser les arguments thomasiens au sujet de l’immatérialité de l’âme dans la Somme contre les Gentils. Ensuite, il se concentrera sur les Questions disputées de l’âme, dans lesquelles Thomas d’Aquin propose, entre autre, sa théorie de la composition de l’âme et du corps, sa réfutation de la théorie averroïste de l’unicité de l’intellect, sa défense de l’unicité de la forme substantielle dans l’homme, sa théorie de la distinction des puissances de l’âme d’avec l’âme et entre elles et ses arguments pour l’immortalité de l’âme. En traitant ces thèmes, Thomas explique le processus de la formation des concepts universels à partir des choses individuelles perçues par les sens et représentées par l’imagination. Pour compléter la lecture des Questions disputées de l’âme, on tiendra aussi compte des textes principaux de référence, qui sont le De anima d’Aristote et le Grand Commentaire au De anima d’Averroès, et on lira d’autres textes de Thomas dans lesquelles il aborde les mêmes sujets.