Université Panthéon-Sorbonne

Université Panthéon-Sorbonne

Enseignements de Jean-Baptiste Brenet

2021-2022

L3 : (semestre 1 – mardi 10h-13h) : “Qu’est-ce que la philosophie arabe ? Une introduction”

Entre les Grecs et les Latins : les Arabes. Le cours propose une introduction à la philosophie médiévale arabe (al-Fârâbî, Avicenne, Averroès, mais aussi Ibn Bâjja, al Ghazâlî, etc.) dont l’Europe  hérite à partir du XIIe siècle certaines de ses théorisations les plus fécondes. On prend comme base le Discours décisif d’Averroès, dont on développe plusieurs problèmes solidaires de la tradition arabo-islamique : la place de la philosophie en Islam, la nature de l’homme et sa destination, le statut de l’acte humain, l’éternité du monde, l’essence de l’intellect, le rapport entre raison et théologie, la fonction politique de la religion et de la pensée.


Se procurer :
Averroès, Discours décisif, Paris, GF-Flammarion (bilingue arabe-français) ; id., L’Islam et la raison, Paris, GF-Flammarion ; id., L’intelligence et la pensée, Paris, GF-Flammarion. Les autres textes seront distribués, ainsi qu’une bibliographie.

*

M1 (semestre 2) : Devenir immortel et puis… mourir : la philosophie d’al-Fârâbî

Le séminaire porte sur le premier grand péripatéticien arabe de l’histoire – peut-être le plus grand : Al-Fârâbî (m. 950). Surnommé « le second Maître » (après Aristote), il est une source majeure d’Avicenne ou d’Averroès, et l’une des clés, par l’ampleur de son système, de la pensée occidentale. On propose ici de se placer au cœur de sa doctrine en se concentrant sur la question de la « substantialisation », c’est-à-dire sur le  devenir-substance de l’homme philosophe capable en cette vie, par son intellect, de décrocher de la matérialité : le philosophe comme animal divinisé, en somme.
Les textes seront distribués, ainsi qu’une bibliographie complète. D’al-Fârâbî, on peut commencer à lire, toutefois :

(a) La politique civile ou les principes des existants, texte, traduction et commentaire par A. Cherni, Beyrouth,  Albouraq, 2011 ; Id., Le livre du régime politique, introduction, traduction et commentaires de Ph. Vallat, Paris, Les Belles Lettres, 2012
(b) Idées des habitants de la cité vertueuse, traduit de l’arabe avec introduction et notes par Y. Karam, J. Chlala, A. Jaussen, Beyrouth-Le Caire, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d’œuvre-Institut français d’archéologie orientale, 1986.
(c) L’Épître sur l’intellect (al-Risâla fî-l-‘aql), traduit de l’arabe, annoté et présenté par D. Hamzah, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Epître sur l’intellect (Risâla fî l-‘aql). Introduction, traduction, et commentaire de Ph. Vallat, suivis de « Onto-noétique. L’intellect et les intellects chez Fârâbî », Paris, Les Belles Lettres, 2012.

*

Enseignements de Véronique Decaix

2021-2022

L3 (semestre 1 – mercredi 12h30-15h30) : “L’homme et ses passions (Thomas d’Aquin/Descartes)”

Ce cours confronte la théorie des passions développée par Thomas d’Aquin dans la Somme de théologie  (IaIIae, qu. 22-48) et par Descartes dans Les passions de l’âme. Il s’intéresse à l’explication que les deux philosophes donnent du phénomène passionnel en général, ainsi que le nombre et l’ordre des différentes passions. Certaines passions particulières (la peur, la colère, la joie, l’amour etc.) donneront l’occasion à des études plus approfondies. Le rapport de l’âme au corps (ou l’interaction corps-esprit) que révèle la dynamique des passions, ainsi que la définition de l’homme qui s’y joue, permet de découvrir la philosophie médiévale non simplement en rupture, mais en discussion avec la modernité.

Œuvres (un fascicule sera distribué à la rentrée) :
Aristote, Éthique à Nicomaque, trad. J. Tricot, Paris, Vrin, 1ed 1959.
Aristote, Éthique à Nicomaque, trad. R. Bodéüs, Paris, GF Flammarion, 2004.
Thomas d’Aquin, Summa theologiae cum Supplemento et commentariis Caietani, édition Léonine, t. IV-XI, Rome, 1886-1906.
Thomas d’Aquin, Somme théologique, Paris, Cerf, 4 vols., trad. A. M. Roguet et al., 1994-1996.
René Descartes, Les Passions de l’âme, vol. XI des Œuvres de Descartes, Ch. Adam and P. Tannery (eds.), Paris, Vrin, 1996
René Descartes, Les Passions de l’âme, introduction et notes par Geneviève Rodis-Lewis, Paris, Vrin, 1994.
René Descartes, Correspondance avec Elisabeth de Bohème et Christine de Suède, éd. J-R Armogathe, Paris, GF-Folio, 2018.

Bibliographie secondaire :
Antoine-Mahut, Delphine, Descartes. Une politique des passions, Paris, PUF, 2011.
Brenet, Jean-Baptiste, « Descartes l’arabe. Averroès jusque dans la querelle d’Utrecht », in O. Lizzini et J.-B. Brenet (dir.) La philosophie arabe à l’étude. Sens, limites et défis d’une discipline moderne, Paris, Vrin, 2018.
Chenu, Marie-Dominique, « Les passions vertueuses : l’anthropologie de Saint Thomas », Revue philosophique de Louvain 72, p. 11-18.
Guernancia, Pierre, L’intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien, Paris, Gallimard, 1998.
Kambouchner, Denis, L’homme des passions : commentaires sur Descartes, Paris, Albin
Michel, 1995.
King, Peter, « Aquinas on the Passions », in Scott MacDonald & Eleonore Stump (ed.), Aquinas’s Moral Theory : Essays in Honor of Norman Kretzmann, Ithaca, Cornell University Press, p. 101-132.
Knuttila, Simo « Medieval Theories of Passions of the Soul », in Henrik Lagerlund & Mikko Yrjönsuuri, Emotions and Choice from Boethius to Descartes, Cham, Springer, 2002, p. 49-79.
Knuttila, Simo, Emotions in Ancient and Medieval Philosophy, Oxford, Oxford University Press, 2004.
Libera, Alain (de), Le sujet de la passion, Cours du Collège de France 2015-2016, Paris, Vrin, 2021.
Meyer, Michel, Le philosophe et les passions : Esquisse d’une histoire de la nature humaine, Paris, Poche, 1991.
Meyer, Michel, « Le problème des passions chez saint Thomas d’Aquin », Revue internationale de philosophie 48, 1994, p. 363-374.
Miner, Robert, Thomas Aquinas on the Passions, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.
Nussbaum, Martha, Upheavals of Thought : The Intelligence of the Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.
Pasnau, Robert, Thomas Aquinas on Human Nature, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Perler, Dominik, Feelings transformed. Philosophical Theories of the Emotions, Oxford, Oxford University Press, 2018.
Sweeney, Eileen, « Restructuring Desire : Aquinas, Hobbes and Descartes on the Passions », in Stephen F. Brown (dir.), Meeting of the Minds : The Relation between Medieval and Classical Modern European Philosophy, Turnhout, Brepols, 1999, p. 215-233.

*

Enseignements d’Aurélien Robert

2021-2022

M1 (semestre 1) : “Persévérer dans l’être ou mourir volontairement : débats médiévaux sur le conatus

L’émergence du concept philosophique de conatus – effort de chaque étant pour persévérer dans l’être – est généralement associé à la modernité, c’est-à-dire à Hobbes d’abord, mais surtout à Spinoza. Pourtant, l’idée qu’il y aurait dans la nature un véritable élan et même un désir de persévérer dans l’être se trouve déjà dans certains textes antiques – notamment chez Aristote – puis chez des auteurs chrétiens, tel Augustin par exemple. Le Moyen Âge occidental s’est aussi emparé de cette idée, en l’associant de manière originale à la question du libre arbitre et de la mort, au carrefour de la métaphysique, de l’éthique et de la politique : comment rendre compatible l’existence de ce désir naturel avec la possibilité d’un choix libre et volontaire de mourir ? Existe-t-il des raisons justifiant le suicide ou le sacrifice, au point de s’opposer légitimement au conatus, une fois son existence reconnue ? Croire en la mortalité ou l’immortalité de l’âme modifie-t-il la réponse qu’il faut apporter à cette question ? En partant des textes antiques qui servent de point de départ à ces débats, nous lirons ensuite un certain nombre de textes médiévaux peu connus, parfois non traduits et peu étudiés en français (Thomas d’Aquin, Gilles d’Orléans, Henri de Gand, Nicole Oresme…). Les textes seront fournis en traduction pendant le cours et la bibliographie ci-dessous est seulement indicative.

Bibliographie :
Aristote, Physique, trad. P. Pellegrin, Paris, GF-Flammarion, 2000.
Augustin, Le libre arbitre, in Œuvres, I, éd. L. Jerphagnon, Paris, Gallimard 1998.
Thomas d’Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q. 64, a. 5, Paris, Les éditions du Cerf 1984.
G. Fioravanti, « Pro patria mori. Un conflitto di modelli etici nel pensiero medievale », dans maria barbanti, G. R. Giardina, P. Manganaro (éds), Unione e amicizia. Omaggio a Francesco Romano,Catania, CUECM 2002, p. 643-651.
E. H. Kantorowicz, « Mourir pour la patrie dans la pensée politique médiévale », dans Mourir pour la patrie : et autres textes, trad. L. Mayali et A. Schütz, préface et présentation par P. Legendre, Paris, Fayard, 2004.